GROUPE/AUTEUR:

IHSAHN

(NORVÈGE)

TITRE:
AFTER (2010)
LABEL:
CANDLELIGHT
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"After est la bande-son des catastrophes à venir, un trip puissant qui vous enserre l'âme et vous hantera pendant longtemps"
VAL - 17.02.2017 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Faut-il encore présenter Vegard Tveitan, alias Ihsahn ? Tête pensante du légendaire groupe de black métal Emperor, au sein duquel il fut guitariste, claviériste, chanteur, l'homme est une légende dans le monde du metal. Cette créativité débordante qu'il afficha dans les années 90 et qui mena Emperor au sommet du genre, il l'exploite depuis plusieurs années en solo. Et par solo, il faut comprendre en solitaire : en effet, après avoir pensé une trilogie, il s'est attellé à sa réalisation, totalement seul. Sur les deux premiers albums qu'il publie alors, il officie à tous les registres, ne déléguant que le poste de batteur au surpuissant Asgeir Mickelson (Spiral Architect, Borknagar). On se souviendra également d'un invité prestigieux sur le second opuscule, en la personne de Mickael Akerfeldt. Mais, soucieux de ne pas laisser sa musique s'étioler, il s'est pour ce dernier volet entouré de nouveaux camarades : Lars K. Norberg, lui aussi ex-Spiral Architect, le soulage des parties de basse, tandis que son compatriote Jorgen Munkeby, du groupe de jazz/prog déjanté Shining, occupe le poste de saxophoniste.

Et c'est ici que tout bascule. Oui, vous avez bien lu : un saxophoniste. Depuis déjà longtemps, les aspirations orchestrales d'Ihsahn sont bien connues, mais leur sur-emploi a lassé cet artiste, qui souhaitait ardemment inclure des cuivres à sa musique, et plus spécifiquement celui du saxophone. c'est désormais chose faite, et de quelle manière ! Plus qu'un simple ajout, l'instrument est le véritable fil rouge de l'album, son souffle de vie. Il n'apparaît pas immédiatement, laissant le soin à "The Barren Lands" d'introduire cette aventure glaciale. Ce choix permet à Ihsahn de ne pas faire valoir son idée (de génie ; j'y reviens) d'emblée, et de laisser un peu de champ à l'autre innovation au menu : une guitare 8-cordes au son immense qui va servir de toile de fond au disque tout entier. Morceau lent et mesuré, cet opener donne une idée de la direction empruntée : ambivalence du chant clair et de ces cris à la virulence incomparable, ambiance singulière... A mi-chemin entre les aspirations progressistes de The Adversary et la noirceur de angL. Mais dès la seconde piste, ce brûlot incandescent qu'est "A Grave Inversed", toutes les pièces du puzzle s'emboîtent, et l'on réalise soudainement que cette écoute ne sera pas comme les autres. Après une intro aussi brève qu'ébouriffante dans le plus pur style Emperor, Munkeby vient s'immiscer au milieu du déluge de plomb fondu concocté par les trois autres instrumentistes, et son saxophone débridé apporte la touche de folie rendant le tout imprévisible, malsain et pesant.

After ne se borne pas pour autant à appliquer cette recette jusqu'à l'overdose, bien au contraire. Ihsahn a une histoire à raconter, et emploie les outils à sa disposition avec un talent et un sens de l'à-propos rares. On passe ainsi d'une mélancolie poignante ("Austere" et ses accents Opeth/Katatonia, "After") à une démesure orgiaque (l'intro phénoménale de "Heavens Black Sea"), sans que l'identité profonde de l'ensemble n'en soit affectée. Un ensemble qui évolue au fil des écoutes autour de cette épine dorsale que constituent les morceaux "Undercurrent" et "On The Shores", le premier introduisant un leitmotiv au saxophone à la King Crimson, qui revient dans le second. Les deux pistes les plus longues de l'album forment ainsi une sorte de diptyque étrange qui lui donne corps. Insistons un bref instant sur "On The Shores", véritable chef-d'œuvre au cœur de ce chef-d'œuvre : après une longue et morose introduction au sax, un riff titanesque vous prend de court, vous coupant le souffle pendant que celui d'Ihsahn, plus impressionnant que jamais, délivre ces hurlements uniques avec une intensité terrible. Puis le final, splendide et obscur, s'éternise en une longue agonie crépusculaire, jusqu'au silence.

Tétanisant, ce voyage au-delà de l'Homme, noire divagation née de l'esprit d'un artiste en pleine désillusion, ne pouvant plus exulter que par le biais de sa musique. Comment définir ce disque ? En étant incapable, je dois me résoudre à le classer, par défaut, en métal progressif. Mais il est bien davantage.
Aliénée, aliénante, la musique d'Ihsahn échappe définitivement aux étiquettes, aux classements, aux codes. Indépendante jusqu'à en devenir sauvage, elle se meut avec une bestialité héritée du black metal, et fraye pour sa survie artistique avec le jazz et le rock progressif, dans une étreinte aussi froide que passionnelle, qui vous glace le sang autant qu'elle vous réchauffe le cœur, vous l'emplissant même d'une joie indescriptible, entre deux sursauts. Improbable et pourtant d'une efficacité phénoménale, After est la bande-son des catastrophes à venir, un trip puissant qui vous enserre l'âme et vous hantera pendant longtemps, pour peu que vous soyez réceptifs aux propos qui soutiennent les compositions, et à l'atmosphère de ces dernières. Solitary... Godless...

L'album de l'année dès le mois de janvier ? C'est fort possible...

Plus d'information sur http://www.ihsahn.com



GROUPES PROCHES:
EMPEROR, DEVIN TOWNSEND, KING CRIMSON, IRON MAIDEN, DEAFHEAVEN, JUDAS PRIEST, GUILLAUME PINGARD

LISTE DES PISTES:
01. The Barren Lands – 05:13
02. A Grave Inversed – 04:26
03. After – 04:48
04. Frozen Lakes On Mars – 05:55
05. Undercurrent – 10:00
06. Austere – 06:17
07. Heavens Black Sea – 06:16
08. On The Shores – 10:13


FORMATION:
Asgeir Mickelson: Batterie
Ihsahn: Chant / Guitares / Claviers
Jorgen Munkeby: Saxophone
Lars K. Norberg: Basse


TAGS:
Chant aigu, Chant guttural, Avant-gardiste, Mélancolique
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
NICOFRED - 14/02/2010 -
0 0
5/5
N'attendant rien de particulier de la part d'Ihsahn, cet opus bouclant la trilogie déjà amorcée par "The Adversary" et "AngL" revêt un caractère très particulier. Difficilement classable, bien que le métal progressif soit à mon sens la catégorie la plus appropriée, "After" risque bien de faire figure de véritable exemple pour une nouvelle génération de musiciens en quête de sensation forte. Cet album, certes pas facile d'accès, parvient tout de même susciter le plus haut intérêt en terme de créativité. Nul doute que son impact dépassera largement le simple cadre de son année de sortie.
LYNOTT - 14/02/2010 -
0 0
2/5
Je suis désolé, j'ai fait l'effort d'écouter vu le dithyrambe ambiant, mais, malgré de beaux passages évanescents, les interventions de la voix Death ont fait exploser chez moi, à chaque fois, l'intérêt qui naissait parfois...

Dommage, à mon goût, que le monsieur ait souhaité ainsi rappeler son appartenance à la scène du même-nom, alors qu'il m'aurait semblé plus opportun, tant qu'à opter pour un changement de registre musical radical, de laisser de côté tout lien avec celle-ci, surtout qu'il est en capacité, et il le prouve parfois ici, de pousser des vocalises en voix claire tout à fait de bon niveau.

METALNATURE - 08/02/2010 -
0 0
5/5
Pas un coup de cœur, pas une claque, mais bien une déflagration en pleine poitrine. Il faut quelques écoutes pour entrer dans l'univers de Ihsahn. Mais si vous vous laissez faire, des titres comme "A Grave Inversed" vous pénètreront à coup de sax, de riffs et de growl, tandis que les percussions en finale vous invitent à un voyage chamanique de folie. Mais attention, à ne pas mettre entre toutes les oreilles, ça reste bien extrême!
VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC IHSAHN
DERNIERE ACTUALITE
IHSAHN : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur IHSAHN
DERNIERE INTERVIEW
A quelques minutes de monter sur scène, Ihsahn nous a livré sa seule interview parisienne durant laquelle nous avons fait un large tour d'horizon de son actualité passée, présente et future (avec quelques exclusivités)...

NOTES
5/5 (1 avis) 4/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
EMPEROR: Prometheus – The Discipline Of Fire And Demise (2001)
BLACK METAL Prometheus dresse un parallèle entre son propre concept et l'histoire même d'Emperor, avec une intelligence vertigineuse et un à-propos reflétant le soin incroyable apporté à sa conception.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
IHSAHN: Arktis (2016)
METAL PROGRESSIF Pour son sixième album, Ihsahn se fait l'explorateur extrême de sa propre créativité et inaugure la période la plus mélodiquement fertile de sa carrière.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT IHSAHN
IHSAHN_Ámr
Ámr (2018)
5/5
-/5
SPINEFARM RECORDS / METAL PROGRESSIF
IHSAHN_Arktis
Arktis (2016)
4/5
4/5
CANDLELIGHT / METAL PROGRESSIF
IHSAHN_Eremita
Eremita (2012)
4/5
3/5
CANDLELIGHT / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020