GROUPE/AUTEUR:

NICKELBACK

(CANADA)

TITRE:
DARK HORSE (2008)
LABEL:
ROADRUNNER RECORDS
GENRE:
GRUNGE

""
NIURK - 17.02.2010 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
En 2005, après dix ans d’existence, un EP et cinq albums, Nickelback est devenue une machine commerciale. Envahissant les ondes à chacune de leurs sorties et faisant certifier platine jusqu’à leur premier disque pourtant fort peu glorieux, nos quatre Canadiens peuvent se reposer sur une base de fan internationale et qui semble ne plus porter grande attention à la qualité de ce qu’on lui propose.

Car en effet, non contents d’avoir trouvé la formule miracle pour gravir huit à huit des marches des charts et des nombres de ventes, Chad Kroeger (surtout lui) et sa troupe (beaucoup moins) ont également mécaniser leur musique à l’extrême. Exit la rage des débuts, dehors les grincements ou craquements involontaires, et adieu l’inspiration : place à une machine parfaitement huilée et calibrée, toujours prête à vomir les hits FM les plus racoleurs.

En 2008, Nickelback fait dans le Post-Grunge putassier, oubliant qu’il faut à chaque titre de chaque album se battre pour conserver son auditoire, et pour cause : l’auditoire en question a le porte-monnaie enfoncé si profondément dans les oreilles, que cela fait bien longtemps que ses tympans n’ont plus réellement vibré. Résultat ? Ce Dark Horse contient plus de « Yeah Yeah Yeah » et autre « Oooh, Oooh, Oooh » que toute la discographie du groupe réunie, et c’est un signe qui ne trompe pas.

Pourtant, nous avons voulu y croire, au moins le temps d’un morceau : le terrible et novateur « Something In Your Mouth ». Attention, novateur pour le groupe, pas pour la musique elle-même ! A titre de comparaison, je serais tenté de le rapprocher du travail d’un U2 sur une composition telle que « Discothèque », ou des dernières inspirations de Muse, qui pour sa part n’en manque jamais, sur un Black Holes & Revelations lorsque le groupe convie des éléments électro discrets mais saisissants. Un titre réussi donc, et puis s’en vont… ou restent pour onze de plus malheureusement.

« Burn It To The Ground » creuse le sillon et l’on sent l’indélébile patte de Monsieur Robert John "Mutt" Lange, producteur et compositeur à ses heures pour Def Leppard, AC/DC ou Bryan Adams. Le titre s’articule donc autour d’une ambiance stade et d’un riff en boucle, qui marcheront sûrement en live, mais qui lassent rapidement sur l’album. Le manque de profondeur se fait déjà sentir et l’on se sent déjà las de devoir poursuivre son écoute.

De las, on passe rapidement à exaspéré à l’écoute de la ballade Nickelback « Gotta Be Somebody », marque déposée par le groupe et gage de qualité en des temps qui paraissent déjà immémoriaux. « I’d Come For You » enfonce le clou, « Never Gonna Be Alone » enfonce les portes ouvertes et « Today Was Your Last Day » achève de nous achever.

Du côté des titres plus énergiques, on retrouve les mêmes structures déjà surexploitées, pré-mâchées et prédigérées, du binaire « Next Go Round » à l’émotionnel autant que sautillant « Just To Get High » qui finit par ne plus savoir sur quel pied danser, et nous avec lui. Également tombés au champ d’honneur, le poussif « Shakin’ Hands » et le matraqué « S.E.X. » où l’on comprend enfin que ce disque n’a en fait pour seul but que de servir de rythmique à nos ébats !

Fin d’album et pouf, voici que nos Canadiens nous ressortent l’habituel revers de dernière minute avec un « This Afternoon » plus rock et gentiment entraînant. Malheureusement la mécanique infernale enclenchée avec la touche play a déjà trop bien formaté nos oreilles, on apprécie donc la lueur, mais on regrette qu’il n’y ait pas eu plus de lumière jusqu’ici.

Je ne vais pas pour conclure vous rejouer le débat du commercial : Nickelback a fait selon moi un excellent travail qui s’est parfaitement bien vendu dans un passé pas si lointain et ce ne sont donc pas ses chiffres de ventes que je lui reproche. Le seul véritable reproche que l’on puisse faire aux Canadiens à mes yeux est d’avoir rationalisé jusqu’à la dernière note son approche musicale, délaissant presque irrémédiablement toute émotion primaire. En toute logique, l’album va donc se vendre par camions, mais en toute logique je m’en fous désormais royalement.

Plus d'information sur http://www.nickelback.com



GROUPES PROCHES:
TERMINAL, BARONS BALL, FAR PLAIN, STAIND, THREE DAYS GRACE, DOGGONE, HOTEL DIABLO, POLUTION, VARIAH, REVENGINE

LISTE DES PISTES:
01. Something In Your Mouth - 03:38
02. Burn It To The Ground - 03:47
03. Gotta Be Somebody - 04:13
04. I'd Come For You - 04:22
05. Next Go Round - 03:45
06. Just To Get High - 04:02
07. Never Gonna Be Alone - 03:47
08. Shakin' Hands - 03:39
09. S.e.x. - 03:55
10. If Today Was Your Last Day - 04:08
11. This Afternoon - 04:34


FORMATION:
Chad Kroeger: Chant / Guitares
Daniel Adair: Batterie
Mike Kroeger: Basse
Ryan Peake: Guitares / Choeurs


TAGS:
Chant éraillé, Accessible / FM
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
BOBLAMA - 18/02/2010 -
0 0
4/5
Je ne reprendrais pas en citation les propos de Loloceltic, mais mon avis est du même acabi, perso je ne regrette ni "la rage" ni le côté passablement "amateur" des 1ers albums, certes on peut regretter la facette très polie et "mainstream" pour ne pas dire "radiofriendly" de ce nouvel opus des canadiens qui officient pour le coup dans de la pop musclée qui n'a plus grand chose à voir avec le grunge, mais les mélodies disons "sucrées" sont là, la maitrise du propos en concordance parfaite avec le genre, bref pour ma part c'est carton plein, une foule de hits, une bonne "patate" et un bon gros son, finalement je n'en demande pas plus!
LOLOCELTIC - 17/02/2010 -
0 0
4/5
Je ne fais pas partie de ces personnes qui souhaitent qu'un groupe se renouvelle de fond en comble à chaque album, en particulier si j'apprécie sa musique. Cet album est la parfaite illustration de ce que je demande et de ce j'attends de Nickelback. Un style reconnaissable, de bonnes compos et de légères évolutions, juste ce qu'il faut. Tout ça pour passer un excellent moment à l'écoute de la musique des Canadiens, même s'ils ne révolutionnent ni le genre, ni LA musique en général. L'énergie, la mélodie et le plaisir sont là et c'est bien le principal !
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC NICKELBACK
DERNIERE ACTUALITE
NICKELBACK sur scène au Palais des Sports
Toutes les actualités sur NICKELBACK
NOTES
4/5 (1 avis) 3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
PEARL JAM : Vitalogy (1994)
HARD ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
RELOCATOR: Relocator (2010)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT NICKELBACK
NICKELBACK_Feed-The-Machine
Feed The Machine (2017)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / GRUNGE
NICKELBACK_No-Fixed-Address
No Fixed Address (2014)
3/5
-/5
MERCURY / GRUNGE
NICKELBACK_Here-And-Now
Here And Now (2011)
4/5
-/5
ROADRUNNER RECORDS / ROCK
NICKELBACK_All-The-Right-Reasons
All The Right Reasons (2005)
2/5
-/5
ROADRUNNER RECORDS / GRUNGE
NICKELBACK_The-Long-Road
The Long Road (2003)
4/5
-/5
ROADRUNNER RECORDS / GRUNGE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020