ARTISTE:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)
TITRE:

HEAVEN'S OPEN

(1991)
LABEL:

VIRGIN

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Instrumental
""
TONYB (22.04.2010)  
1/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Autant la première partie de carrière de Mike Oldfield est à souligner pour sa linéarité et sa constance dans la production de pépites toutes plus splendides les unes que les autres, autant sa période moderne, démarrée avec le controversé Earth Moving n'a de cesse de souffler le chaud et le froid (pour ne pas dire l'effroi).
L'exemple le plus frappant de cette alternance de chef d'œuvres ou d'albums simplement bons avec d'autres que nous qualifierons parfois pudiquement de moins réussis trouve son apothéose avec l'enchaînement incompréhensible pour les fans de l'acclamé et porté au pinacle Amarok, formidable pied de nez à l'exclusive tentation commerciale de Richard Branson et de son label Virgin, et le projet Heaven's Open, sorti sous le patronyme officiel de Michael Oldfield, posé là comme solde de tout compte avec son hébergeur historique.

Format classique pour cet album : une face de chansons, et un long instrumental de 20 minutes en face B. L'analogie avec Crises ou Islands s'arrête pourtant dès les premières secondes de Make Make.
Pour la première fois, Mike Oldfield apparaît comme vocaliste principal. Bon, son organe n'est sans doute pas la cause première du ratage des cinq premiers titres de l'album, mais son timbre légèrement rauque et souvent forcé reste quand même bien loin des saveurs distillées par les Maggie Reilly et autres Anita Hegerland.
Autre élément à charge ? La production ultra-synthétique, à la précision certes chirurgicale mais totalement dénuée d'émotions, et faisant sonner parfois les synthés comme les premiers claviers midi branchés sur les PC de notre enfance. Quant aux chœurs féminins, ils sont tout bonnement la plupart du temps vulgaires. Et comme ces chansons sont loin d'apparaître comme des hits (écoutez donc le reggae raté de Gimme Back pour vous en convaincre)…
Seuls rescapés de cette gabegie, le morceau titre, Heaven's Open, dans lequel on retrouve enfin quelques envolées de guitare propres à rassurer les pavillons acoustiques, et à un degré moindre un Mr Shame qui parvient à maintenir un peu d'intérêt.

Et alors me direz-vous, peu nous importe car un instrumental de 20 minutes nous attend ? Habituel point d'ancrage des albums oldfieldiens, et à coup sûr source de multiples bonheurs, ces longues plages représentent traditionnellement le point d'orgue des disques de l'artiste. Point de tout cela ici : Music From The Balcony ne s'avère qu'une interminable litanie de thèmes sans intérêt ou presque, collés les uns aux autres sans aucune magie, celle qui faisait par exemple de Taurus II une pièce aux enchaînements uniques.
Notre artiste tente bien quelques coups en reprenant des sonorités et fulgurances entendues quelques mois auparavant sur Amarok, mais en vain. Cette pièce est totalement ratée, à l'image d'un disque bâclé et qui reste toujours un mystère 20 ans après.

Album de commande réalisé pour boucler (bâcler ?) un dernier contrat avec Virgin, Heaven's Open est un ratage quasi-complet, de ceux dont on peine à se relever. Malgré cela, Mike Oldfield rebondira peu de temps après, grâce à la resucée de Tubular Bells en tous genres, l'œuvre qui le révéla au monde musical. Mais vous connaissez sans doute l'histoire.


Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/





LISTE DES PISTES:
01. Make Make - (4:18)
02. No Dream - (6:02)
03. Mr. Shame - (4:22)
04. Gimme Back - (4:12)
05. Heaven's Open - (4:31)
06. Music From The Balcony - (19:44)

FORMATION:
Andy Longhurst: Claviers
Courtney Pine: Saxophone, clarinette basse
Dave Levy: Basse
Mickey Simmonds: Claviers
Mike Oldfield: Chant / Guitares / Claviers
Simon Phillips: Batterie
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
26/09/2010
  0 0  
3/5
A contre-courant de l'opinion majoritaire, je souhaiterais dépoussiérer quelque peu l'étendard d'Heaven's Open.
L'artiste lui-même semble avouer ne pas être convaincu par cette réalisation, délaissant son prénom pour un pseudonyme dérivé, comme s'il voulait dire, "l'auteur ici, ce n'est pas vraiment moi".

Pourtant, malgré la platitude générale qui s'en dégage à la première écoute, Heaven's possède quelques atouts. Une sonorité, en premier lieu, qui sans faire l'unanimité, cherche à innover: étranges croisements, mêlant Amarok, Crises et Islands. De fait, l'album oscille incessamment entre ces différents états d'esprit: des élans tourmentés, entrecoupés d'éléments festifs et méditatifs.
Ensuite, une qualité de composition qui n'est pas si mauvaise: Make Make habille son refrain simpliste d'une myriade de paillettes colorées (artifices pour les uns, subtilités pour les autres), No Dream a des accents dramatiques plutôt sincères, Mr Shame est assez désinvolte mais peut se voir comme le yin ou le yang du titre précédent, Gimme back, sans être impérissable, est un petit exercice de style jouant sur ses variations vocales -pas déplaisant- , et le titre éponyme occupant la plage n°5 nous rappelle quelques grands moments de l'époque discographique 'from Platinum to Islands'.

Music from the Balcony n'élève malheureusement pas la qualité générale au pallier supérieur; il constitue un petit Amarok en beaucoup, beaucoup plus fade.
Ce dernier morceau étouffe les quelques bonnes idées qu'il embarque: il faut quasiment attendre la 9ème minute pour qu'enfin quelque chose se produise, hélas la mayonnaise retombe presque aussitôt. Rebelote à 12min et 30 secondes.
On dirait que le maestro n'a cherché à mettre ces moments en exergue que pour mieux les suicider ! Beau final, malgré tout.

En définitive, un album dispensable ? oui, mais non. Il fait partie de ceux qu'on n'écoute pas souvent. Mais retirez-le de votre collection, pour vous en séparer concrètement: vous verrez, il y a des chances pour que vienne la pensée, "c'est bizarre, il me manque quelque chose !".

ALADDIN_SANE
23/04/2010
  0 0  
1/5
Et dire qu'il y en a pour dire qu'Earth Moving est un mauvais album de Mike Olfield... Heaven's Open est le pire album de la période Virgin en ce qui me concerne.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2/5 (2 avis)
STAFF:
1.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
DERNIERE INTERVIEW
Mike Oldfield - Tubular Bells et au-delà : interview avec Frédéric Delâge
"Mike Oldfield - Tubular Bells et au-delà" est le premier ouvrage en français consacré à Mike Oldfield, et plus particulièrement à l’un des albums mythiques de l’histoire du rock progressif.
 
AUTRES CHRONIQUES
TERMINAL: Tree Of Lie (2010)
METAL PROGRESSIF -
STEVE HACKETT: Cured (1981)
ROCK PROGRESSIF - Moins sophistiqué, plus pop, plus immédiat mais beaucoup moins consistant que ses prédécesseurs, cet opus surprend et déçoit dans la discographie de Steve Hackett
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.2/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022