ARTISTE:

STOLEN MEMORIES

(FRANCE)
TITRE:

THE STRANGE ORDER

(2010)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Technique
""
PLATYPUS (12.03.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Stolen Memories, comme son nom ne l’indique pas, se trouve être un groupe de métal progressif français, formé à Lyon au cours de l’année 2007. Jeune groupe donc, dont The Strange Order n’est rien d’autre que le premier disque, totalement autoproduit, et gorgé de huit morceaux de durées variables (de six à neuf minutes) mais globalement conformes aux standards du métal prog. C’est avec une certaine curiosité, d’autant plus forte du fait de la nationalité du quintet, que je me suis lancé dans l’écoute de cet album.

Ce qui frappe de prime abord, c’est la virtuosité implacable de l’ensemble des musiciens, Baptiste Brun (guitares) et Alexis Armion (claviers) en tête, leur instrument respectif les portant à assumer la totalité des nombreux soli émaillant chaque composition. Days Of Despair est à cet égard un véritable festival, et met de plus en valeur la centralité du clavier dans le travail d’accompagnement. Baptiste Brun étant suffisamment occupé par des suites de riffs tentaculaires, c’est à Alexis Armion qu’échoit la noble tâche de varier les couleurs et les ambiances, d’adoucir ou de durcir encore plus les rythmiques dantesques imposées par ses compères. D’un point de vue technique, Stolen Memories n’a donc rien à envier à ses glorieux aînés, dont l’influence est en de maints endroits perceptible : Dream Theater, Andromeda, Symphony X et consorts n’ont qu’à bien se tenir, la relève est assurée.

Ou, pour être plus précis, pourrait être assurée, s’il ne manquait pas trop souvent deux qualités à nos cinq Français : l’inventivité et la musicalité. Car la virtuosité, la vélocité et la complexité des plans rythmiques comme des soli ne suffisent pas à construire un bon album de métal progressif. Lorsqu’il ne revient bien souvent qu’au chanteur de proposer des mélodies, il convient d’en déduire que la musicalité de l’ensemble est un peu faible. La prestation de Najib Maftah n’est pour autant pas à remettre en cause, car hormis quelques approximations de justesse, son timbre de voix reste agréable et suffisamment varié pour ne pas être monotone. Ce dont souffre The Strange Order, c’est bien plutôt de l’oubli des contrastes, des plages de repos pour l’auditeur submergé par un déluge de notes dont il ne sait bientôt plus que faire ; et, fondamentalement, de l’absence d’émotion, patent sur la majorité des titres.

Néanmoins, une fois cette critique majeure effectuée, il me faut immédiatement la nuancer en rendant justice à certains morceaux, incontestablement réussis. The Gift, en proposant un refrain mélodique à souhait et en s’incorporant un court passage plus calme sublimé par une basse délicieusement groovy, met en scène un réel effort de composition, que l’on retrouve sur Under The Rain, titre assez proche du Dream Theater des débuts. Là encore, l’urgence et la vitesse concèdent du terrain aux mélodies, les riffs abrasifs font de temps à autre silence au profit d’arpèges, et les soli, toujours incroyablement techniques, n’en deviennent que plus jouissifs. Enfin, My Last Resort clôt l’album sur une touche beaucoup plus mélancolique, prouvant tant au niveau du chant que des soli, que le groupe est capable d’une réelle sensibilité.

C’est au final un curieux album que cette première production du quintet lyonnais. Attachant malgré sa relative stérilité émotionnelle, impressionnant malgré - et du fait même de - sa complexité, The Strange Order, premier album donc galop d’essai, ne l’oublions pas, finit par convaincre. En attendant un deuxième effort qui sera, je n’en doute pas, moins démonstratif et plus sensible !


Plus d'information sur http://www.myspace.com/stolenprog



GROUPES PROCHES:
SYMPHONY X, DREAM THEATER, ADAGIO, CAMPENS


LISTE DES PISTES:
01. Faces Of Madness - 06:29
02. Days Of Despair - 06:56
03. The Gift - 08:53
04. Painfull Regrets - 05:46
05. The Mortal God - 07:15
06. Under The Rain - 06:46
07. Order Of Sin - 08:17
08. My Last Resort - 08:04

FORMATION:
Alexis Armion: Claviers
Antoine Brun: Batterie
Baptiste Brun: Guitares
Mathieu Blanchet: Basse
Najib Maftah: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
STOLEN MEMORIES en concert à Décines le 8 novembre
DERNIERE INTERVIEW
STOLEN MEMORIES (3 OCTOBRE 2017)
A l'occasion de la sortie de "Paradox", Music Waves a rencontré Stolen Memories pour une interview vérité.
 
AUTRES CHRONIQUES
MATTSSON: Tango (2010)
METAL PROGRESSIF -
PEARL JAM : Yield (1998)
ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT STOLEN MEMORIES
STOLEN-MEMORIES_Paradox
Paradox (2017)
4/5
3/5
DOOWEET / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022