GROUPE/AUTEUR:

IMMOLATION

(ETATS UNIS)

TITRE:
MAJESTY AND DECAY (2010)
LABEL:
NUCLEAR BLAST
GENRE:
DEATH METAL

""
VAL - 26.04.2010 - (0) Avis des lecteurs - (1) commentaire(s)
4/5
Immolation fait partie de ces formations si profondément liées à une scène (death métal en l'occurrence) qu'elles semblent quasiment faire partie des meubles. A l'image de leurs compatriotes Obituary, ils sont une légende vivante du death US, étant eux aussi issus de cette première vague de la fin des années 80. Fort d'un line-up enfin stable et à l'aube de son 25e anniversaire, le groupe a manifestement décidé de montrer qu'il n'en a pas encore fini avec son public. Exit les petits français de Listenable Records, et bienvenue dans la grosse écurie Nuclear Blast ; un choix qui n'étonnera pas grand monde puisque le label teuton est déjà depuis quelques années en train de phagocyter la scène extrême. Rien à craindre question intégrité non plus, car avec un cursus comme le leur, les 4 énervés de Yonkers n'ont évidemment pas à courber l'échine devant un patron de label, quel qu'il soit. Majesty And Decay en est la preuve éclatante, si tant est que l'épithète soit adaptée...

En effet, il ne faudra pas longtemps après une intro un peu poussive pour retrouver les marques de fabrique du combo : le blast indécent de Shalaty, les textures vertigineuses décrites par Robert Vigna et son compère Taylor, et bien sûr la voix inimitable de Ross Dolan. Tout est en place, et l'évolution entamée sur les précédents albums de se poursuivre de plus belle. Le son râpeux des origines a semble-t-il définitivement disparu, au profit d'une ambiance toujours lourde mais au son nettement plus clair (la caisse claire de Shalaty n'a d'ailleurs jamais été aussi nette). On est souvent surpris par l'importance qu'ont également pris les effets de production dans la musique du groupe ; production réalisée comme d'habitude par Paul Orofino (cette fois assisté de Zach Ohren, ceci expliquant probablement cela). Des arrangements d'intro à une recherche sonore manifeste, notamment sur les guitares ("The Rapture Of Ghosts" et son ambiance étonnante), on regrettera la disparition d'une certaine identité, mais le renouvellement était nécessaire, car, et c'est le revers de la médaille, l'âge n'a pas aidé Immolation à se diversifier. On nage en pleine boucherie, happé par un death d'excellente facture, sombre et tortueux, mais d'un classicisme plutôt éprouvant. En ce sens, les quelques nouveautés apportées et/ou confirmées par ce huitième album sont les bienvenues, comme l'instrumental "A Glorious Epoch", pas vraiment remarquable en lui-même mais qui montre un réel désir d'évolution.

Majesty And Decay laisse une drôle d'impression après quelques écoutes. On se dit tout d'abord que le groupe a perdu de sa superbe pour de bon, et que la signature chez Nuclear Blast n'a pas aidé à redorer son blason, celui qui avait fait de Failures For Gods un incontournable. La direction artistique (voulue par le groupe ?), consacrée par la pochette de Pär Olofsson, déjà responsable de celle du dernier Immortal, abandonne les teintes flamboyantes coutumières des covers d'Immolation et se penche vers la froideur, et le même constat s'applique aux compositions. Le côté crade et organique des premiers opus a laissé place à une noirceur plus clinique, qui aura autant de fans que de détracteurs ; votre serviteur, lui, est mi-figue, mi-raisin (pourri), et malgré la présence de morceaux vraiment fédérateurs ("In Human Form", "A Token Of Malice" ou encore le titre éponyme, rocambolesque), n'a pas été excessivement emballé par un album pourtant diablement attendu.

Les fans de death devraient dans l'ensemble être ravis, mais une mise en garde est toutefois inévitable en guise de conclusion, car tout n'est pas parfait ici, loin de là. En dépit d'une formule ultra-efficace et d'un groupe techniquement impeccable, la redondance de certaines parties (le très plat " A Thunderous Consequence" par exemple) et la nouvelle direction empruntée ne satisferont certainement pas tout le monde...

Plus d'information sur http://www.everlastingfire.com



GROUPES PROCHES:
INCANTATION, SUFFOCATION, DECAPITATED, MORBID ANGEL

LISTE DES PISTES:
01. Intro - 01:19
02. The Purge - 03:19
03. A Token Of Malice - 02:41
04. Majesty And Decay - 04:29
05. Divine Code - 03:39
06. In Human Form - 04:04
07. A Glorious Epoch - 04:38
08. Interlude - 02:04
09. A Thunderous Consequence - 03:59
10. The Rapture Of Ghosts - 05:19
11. Power And Shame - 03:44
12. The Comfort Of Cowards - 05:52


FORMATION:
Bill Taylor: Guitares
Robert Vigna: Guitares
Ross Dolan: Chant / Basse
Steve Shalaty: Batterie


TAGS:
Chant grunt/growl, Lourde
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
SCUMED - 26/03/2014 15:57:06
0
Ce morceau titre de malades...
Haut de page
EN RELATION AVEC IMMOLATION
DERNIERE ACTUALITE
Immolation: Kingdom Of Conspiracy
Toutes les actualités sur IMMOLATION
NOTES
4.5/5 (2 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
SLAYER: Hell Awaits (1985)
THRASH
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ODYSSICE: Silence (2010)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT IMMOLATION
IMMOLATION_Atonement
Atonement (2017)
4/5
-/5
NUCLEAR BLAST / DEATH METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020