ARTISTE:

PLEBEIAN GRANDSTAND

(FRANCE)
TITRE:

HOW HATE IS HARD TO DEFINE

(2010)
LABEL:

BASEMENT APE INDUSTRIES

GENRE:

HARDCORE

TAGS:
Chant screamo, Dissonant, Happy
""
CHILDERIC THOR (28.04.2010)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

"How Hate Is Hard To Define", premier crachat après le EP "The Vulture’s Riot", des Français de Plebeian Grandstand, est une démonstration, celle qu’il ne faut jamais rester sur une (mauvaise) impression initiale.

Le déflorage de cette éruption de rage laisse de fait une image de bouillie sonore sans queue ni tête. Se farcir ces neuf titres en à peine plus de trente minutes d’un hardcore énervé, relève de l’exploit pour qui aime les jolies mélodies. Ceci étant dit, à force de multiplier les écoutes, celles-ci perdent peu à peu leur allure de supplice. L’œuvre, tsunami fiévreux aux airs de révolte, de manifeste, prend forme, dévoile alors ses entrailles et ce qu'elle a dans le ventre. Et derrière cette brutalité organique et laide, qui confine presque à la folie furieuse, finit par jaillir une beauté souterraine en même temps qu’un désespoir poisseux.

Etouffant et sévère peut-être, néanmoins le groupe sait tout de même se pauser le temps d’un court instrumental, "Pie In The Sky", d’un calme (faussement) salvateur. Trente minutes donc et pourtant "How Hate Is Hard To Define" semble en durer le double tant ses géniteurs maîtrisent l’art du maillage ultra dense. Ces morceaux de haine, projetés contre un mur de sang par une batterie explosive et par un chanteur qui dégueule ses boyaux à chaque parole prononcée (?) sont tendus, taillés à vif dans une chair de laquelle suinte un sentiment d’inexorabilité profonde, traits crépusculaires qui arriment Pleibeian Grandstand au doomcore suffocant. Le monstrueux "Easy To Hate / Hard To Define" en témoigne notamment, tout comme le titanesque "Don’t Expect Much From The World’s End", que lacèrent de lourdes décélérations mortifères.

Soyez-en sur, il en faut du talent pour vomir un maelström de négation, de nihilisme, de cette trempe sans pour autant perdre en cohésion. C’est le cas des Français qui insufflent une violence hallucinante à un genre pourtant peu avare en sauvagerie, et se vident avec "How Hate Is Hard To Define", d’un premier jet maîtrisé de bout en bout dont on sort exsangue, sur les rotules, mais heureux, non pas qu’il soit terminé mais de l’avoir découvert. Comme quoi, il faut toujours insister...


Plus d'information sur http://www.plebeiangrandstand.com



GROUPES PROCHES:
CORTEZ


LISTE DES PISTES:
01. Kata Ton ? Aimona Eaytoy - 01:37
02. Ordo Ab Chao' - 02:58
03. Nice Day Are Week - 03:54
04. Mein Kopf Ist Mein Heimat - 03:54
05. Easy To Hate/hard To Define - 06:06
06. Pie In The Sky - 02:09
07. Don't Expect Much From The World's End - 06:20
08. Are You Angry [...] - 03:54
09. [...] Or Boring ? - 04:52

FORMATION:
Adrien: Chant
Jerome: Basse
Raphaël Bovey: Batterie
Simon: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
SLAYER: South Of Heaven (1988)
THRASH -
WILD CHAMPAGNE: Fire And Water (2010)
HEAVY METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PLEBEIAN GRANDSTAND
PLEBEIAN-GRANDSTAND_The-Vulture-s-Riot
The Vulture's Riot (2008)
2/5
-/5
HEAD / DOOM
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021