ARTISTE:

BARONS BALL

(ALLEMAGNE)
TITRE:

PUSH

(2009)
LABEL:

STF

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
FM
""
NIURK (20.05.2010)  
1/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Il existe une loi dans l’arsenal législatif français qui prohibe la publicité comparative, autrement dit on ne peut pas, pour tout un tas d’excellentes raisons, faire la promotion d’un produit en dénigrant celui des concurrents. Mais qu’en est-il de l’inverse ? Peut-on dénigrer son propre produit en acclamant ceux des concurrents ? Théoriquement rien ne s’y oppose et dans la pratique voila ce que cela pourrait donner.

Barons Ball est une formation allemande apparue en 2004, qui nous gratifie avec ce « Push » de son premier album. Le groupe nous aguiche en invoquant quelques grands noms tels que les Guns & Roses, AC/DC, Nickelback ou Bon Jovi, nous promettant une première galette qui ne révolutionnera pas le rock, mais qui saura partir de peu pour aller à l’essentiel et nous délivrer un rock efficace bourré de testostérone.

Pour le « partir de rien », nous sommes absolument d’accord, c’est donc concernant le « aller à l’essentiel » que nous allons émettre quelques réserves. Attention : aller à l’essentiel est une intention louable, un nombre bien trop grand de formations tentant aujourd’hui vainement de serpenter sur les sentiers du rock pour diluer le vide dans le vide et délivrer des albums creux. Néanmoins, avant d’aller où que ce soit il est toujours bon de s’assurer que l’on possède les qualités requises pour atteindre son but. Barons Ball n’en possède pour ainsi dire aucune et c’est bien là tout le problème.

AC/DC fait le même album depuis cent ans, à la bonne heure, mais nos Australiens le font avec un groove, un sens du riff et une conviction qui défriserait en trois mesures n’importe quel membre des Jackson 5. Ils sont sans doute parmi les plus illustres défenseurs du rôle de la section rythmique en matière de rock, l’inusable poum-tchak-poum-tchak mille fois réutilisé provoquant toujours les mêmes démangeaisons dans la nuque de leurs fans. Pour les fans de Barons Ball, nous en sommes sincèrement désolés, mais leurs cous devraient rester tristement statiques pendant ces 47 minutes de battage mou. La paire de jumeaux Dave et Ricco va certes à l’essentiel, mais sans aucune conviction, le rendu est en définitive plus pauvre qu’accrocheur.

Deuxième comparaison et deuxième déception : n’est pas Slash qui veut. Se comparer aux Guns & Roses ne confèrera en effet jamais à votre six-cordistes le redoutable sens du riff du mythique Guitar Hero chapeauté. Encore une fois chaque accord plaqué manque de conviction et d’énergie, deux qualités sans lesquelles le rock n’est rien. Chaque titre est donc un peu plus plombé par cette nouvelle défaillance, mais ce n’est malheureusement pas la dernière.

En effet, la déception la plus grande vient sans doute du chant de M. Snake Levon qui s’acharne à vouloir évoluer dans un registre tantôt faussement agressif, tantôt véritablement larmoyant, singeant tour à tour ses deux références flagrantes, John Bon Jovi ou Chad Kroeger. Plus gênant encore que son manque de puissance, c’est son manque de justesse qui délivre le coup de grâce à chaque ligne de chant sacrifiée sur l’autel des imitations ratées.

On aurait aimé croire qu’un talent de composition unique aurait pu faire de Barons Ball un groupe écoutable malgré cette myriade de défauts techniques, mais il n’en est rien et vous retrouverez là encore pour chaque titre une imitation ratée de chacun des groupes précédemment cités.

Voici donc un exemple de publicité comparative inversée où les marques originales surpassent en tous points la nouvelle venue. Entendons-nous bien, ce n’est pas véritablement un problème de plagiat que nous condamnons ici, mais bien plus un problème d’envergure. Il manque tant de clés à cette nouvelle formation pour passer au niveau supérieur qu’il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter de trouver en eux ces ressources inexploitées pour enfin en faire usage. Bonne chance.


Plus d'information sur http://www.baronsball.de/



GROUPES PROCHES:
AC/DC, GUNS'N'ROSES, BON JOVI, NICKELBACK


LISTE DES PISTES:
01. When Push Comes To Shove - 05:37
02. Give Me All Your Love - 03:26
03. Rising Higher - 03:33
04. Fall To Pieces - 04:39
05. Cold Sweat - 03:32
06. Do You Wanna Run - 03:21
07. Give Me A Sign - 04:17
08. Bizarre - 03:18
09. You Make A Fool Out Of Me - 03:12
10. Gasoline - 04:04
11. Put On Mine - 03:44
12. This Is God For Me - 04:28

FORMATION:
Dave Hurley: Batterie
Mat Stevens: Guitares
Ricco Hurley: Basse
Snake Levon: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
1/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
SPELLBLAST: Battlecry (2010)
PAGAN/VIKING METAL -
CRYSTAL PALACE: Reset (2010)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BARONS BALL
BARONS-BALL_Changes
Changes (2011)
1/5
-/5
STF / HARD ROCK MELODIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021