ARTISTE:

METALLICA

(ETATS UNIS)
TITRE:

RELOAD

(1997)
LABEL:

ELEKTRA ENTERTAINMENT

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
Chant éraillé
""
NOISE (04.08.2010)  
3/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

C’est à peine plus d’un an après la sortie de "Load" que déboule son frère jumeau "Reload". Sans perdre de temps, Metallica remet le couvert avec ce qui doit être vu comme la seconde partie de "Load", les 13 titres qui le composent ayant en effet tous écrits pendant les mêmes sessions. La décision de le sortir plus tard a été prise au vu de la complexité d’enregistrer tant de titres en si peu de temps. De fait, "Reload" est très proche artistiquement de "Load", la seule différence venant de la production, toujours travaillée par Bob Rock, donnant un son plus brut et puissant. Ce 7ème album studio souffre donc des mêmes défauts que son petit frère, à savoir une longueur excessive (encore plus de 76 minutes) et trop de titres bouche-trous. On sent clairement que Metallica, s'il a gardé sous la main quelques singles en puissance, propose quelques chansons qui sont plutôt des chutes de studios retravaillées pendant la production du disque. Voilà qui plombe l’ensemble, plus particulièrement dans sa deuxième partie.

Malgré ses défauts, "Reload" tient le choc grâce à un son plus heavy et une certaine homogénéité que Load n’avait pas forcément. De plus, le groupe démontre un savoir-faire assez redoutable au niveau de l’écriture. Le trio Hetfield, Hammet et Ulrich connait bien son boulot et a très intelligemment placé ses meilleures cartouches en tout début de disque. En commençant par un "Fuel" ultra heavy et rentre dedans, Metallica choisit la chanson idéale pour lancer le disque. Ce titre va droit à l’essentiel avec un refrain très rapide et chanté comme à la grande époque. "Fuel" est clairement le tube de ce "Reload", taillé pour la scène et pour scotcher l’auditeur de belle manière. Puis le combo nous balance rapidement deux titres taillés pour être des singles en puissance, avec d’abord "The Memory Remains" et ses airs de "Until It Sleeps". La présence aux chœurs de Marianne Faithfull amène de plus une ambiance macabre et glauque très forte et donne une épaisseur bienvenue.
Puis le groupe ose proposer une suite à son hit du "Black Album", "The Unforgiven", simplement appelée "The Unforgiven II". Le résultat, calqué dans la même mélodie que son ainé, est bon, même si un peu téléphoné et clairement composé pour décrocher un tube radio. Le groupe excelle dans ce genre de titre mélancolique et doux avec juste quelques petites accélérations heavy. James Hetfield en particulier y délivre une prestation énorme, vivant encore une foi avec une rare énergie ce qu’il chante.

Puis ressortent encore deux gros titres heavy avec "Devil’s Dance" et "Better Than You". Le premier est connu des fans depuis 1995 car interprété live en exclusivité aux Monsters Of Rock puis gardé dans les cartons. Metallica a été bien inspiré de mettre ce titre en réserve pour "Reload". Son aspect lourd et puissant en fait un bon moment avec un chant bien graisseux qui lui donne pas mal d’ampleur. "Better Than You" est un bon titre, à la fois nerveux et puissant, avec d’excellents riffs de guitare, un chant rapide et un petit côté groovy sur le refrain assez sympathique. Ensuite, avec "Slither", "Bad Seed", "Prince Charming", "Attitude" ou le morceau final, "Fixxxer", nous avons droit à ces titres bouche-trous, présentant un heavy rock qui peine à décoller avec pas mal de longueurs, en particulier sur "Fixxxer", inutilement allongé sur plus de huit minutes. Le tout se laisse écouter, grâce au chant ("Slither"), ou grâce à un ton général bien rock ("Prince Charming"), mais ne passionne pas vraiment au final.

Sur la fin d’album, nous retiendrons "Carpe Diem Baby" pour un ton lancinant très efficace, en particulier sur le chant, et une atmosphère assez sombre. Il y a aussi l’incontournable ballade acoustique, "Low Man’s Lyric", qui confirme le talent d’Hetfield et Ulrich pour composer des petites perles à la fois émouvantes et prenantes. Ici, l’aspect folk rock est très fort et est irrésistible. Il y a enfin l’ovni du disque, seul titre où participe Jason Newsted et qui porte sa marque: "Where The Wild Things Are". Très influencé par la pop et le rock, ce titre est une petite pépite mélancolique, porté par un Hetfield qui module son chant à merveille, parfaitement à l’aise dans ce registre qui rappelle par moment Oasis. Le tout propose une partie musicale parfaitement maitrisé avec passages calmes et plus rapides où ressort particulièrement la batterie de Lars Ulrich, très à l’aise dans ce registre.

"Reload" est donc un complément parfait à "Load" et à son image, il provoquera les mêmes divisions entre amateurs et détracteurs tant il s’inscrit dans la même veine heavy rock. Même s'il est un ton en dessous de son jumeau, il s’écoute encore avec plaisir pour les bons titres qu’il contient. Avec ce double album, Metallica s’est clairement lâché et s'ait fait plaisir sans se soucier des réactions, car un simple disque de 11 titres aurait eu un effet largement plus ravageur. Malgré tout il faut redécouvrir "Reload" et "Load" pour capter l’état d’esprit d’un groupe en pleine mutation, loin de la furie thrash du passé, mais qui garde ce petit quelque chose qui fait la force des grands groupes.


Plus d'information sur http://www.metallica.com/





LISTE DES PISTES:
01. Fuel (04:30)
02. The Memory Remains (04:40)
03. Devil's Dance (05:18)
04. The Unforgiven II (06:36)
05. Better Than You (05:20)
06. Slither (05:13)
07. Carpe Diem Baby (06:13)
08. Bad Seed (04:05)
09. Where The Wild Things Are (06:55)
10. Prince Charming (06:05)
11. Low Man's Lyric (07:37)
12. Attitude (05:16)
13. Fixxxer (08:14)

FORMATION:
James Hetfield: Chant / Guitares
Jason Newsted: Basse
Kirk Hammett: Guitares
Lars Ulrich: Batterie
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
IS93000
04/11/2015
224
  0 0  
2/5
Si l'album avait été écrit par un groupe lambda, on aurait dit surement que le groupe possédait un certain potentiel. Mais de la part d'un groupe qui a créé des masterpieces comme ses précédents albums, le choc est rude... Bref metallica n'arrivera plus jamais à retrouver la magie de l'avant black album.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.3/5 (6 avis)
STAFF:
1.9/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Sondage de la semaine (HELLOWEEN, METALLICA, OPETH, OVERKILL...)
DERNIER ARTICLE
JOUER DE LA BATTERIE SUR GUITAR HERO
Ce dossier s'adresse à ceux qui souhaiteraient débuter la batterie rapidement sans se prendre la tête.
 
AUTRES CHRONIQUES
D'ESPAIRSRAY: Immortal (2010)
METAL INDUSTRIEL -
RAINBOW: Difficult To Cure (1981)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT METALLICA
METALLICA_Hardwired…To-Self-Destruct
Hardwired…to Self-destruct (2016)
4/5
3.3/5
AUTRE LABEL / THRASH
METALLICA_Death-Magnetic
Death Magnetic (2008)
2/5
3.1/5
WARNER / HEAVY METAL
METALLICA_St-Anger
St Anger (2003)
4/5
2/5
ELEKTRA ENTERTAINMENT / HEAVY METAL
METALLICA_Load
Load (1996)
3/5
2.7/5
ELEKTRA ENTERTAINMENT / HEAVY METAL
METALLICA_Metallica
Metallica (1991)
4/5
4.2/5
ELEKTRA ENTERTAINMENT / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021