ARTISTE:

DIRE STRAITS

(DEFAULT)
TITRE:

ON EVERY STREET

(1991)
LABEL:

VERTIGO

GENRE:

ROCK

TAGS:
Chant éraillé, FM
"En embrassant une grande variété de styles, ce "On Every Street" laisse une impression mitigée."
ABADDON (19.08.2010)  
3/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

6 ans après le succès planétaire de Brothers In Arms (30 millions d’exemplaires !), Mark Knopfler décide enfin de remettre sur la route l’entreprise Dire Straits. Du quatuor des débuts, qui avait surpris le monde du rock avec le très marquant Sultans Of Swing, ne subsistent que le guitariste Mark et le bassiste John Illsley. Le batteur Terry Williams a quitté le navire après la tournée Brothers In Arms. Pour cet ultime opus nommé On Every Street, Dire Straits invite des guest stars de luxe : rien de moins que Jeff Porcaro (Toto) et Manu Katché à la batterie, ainsi que George Martin (“le cinquième Beatles”) comme chef d’orchestre.

Partie d’un rock simple, fluide et élégant, les compositions de Mark ont évolué avec le temps, se teintant de rock FM (Communiqué) ou de larges touches atmosphériques (Brothers In Arms). On Every Street est un album un peu atypique dans la carrière de Dire Straits, moins centré et plus éclectique, puisque Mark et ses compères parcourent ici de nombreux styles, entre pop-rock sophistiquée (Calling Elvis), rockabilly (The Bug), blues (Fade To Black), ambiances plus claviers soft (You And Your Friend, qui rappelle le Why Worry ? de l'album précédent), sans oublier le côté folk cher à Mark (cf ses productions ultérieures), un style plus largement présent ici (When It Comes To You, How Long).

Comme d’habitude, la production impeccable met en valeur la rythmique précise, et fait ressortir le feeling très particulier de la guitare de Mark Knopfler. Mais l’ensemble ne donne pas la même impression d’unité que les albums précédents, et les titres sont moins forts. Restent quand même en mémoire l’efficacité de Heavy Fuel (le gros rock qui fait du bien), l’élégance de Calling Elvis où l’auditeur attend en vain le solo qui décolle, et la délicatesse de Planet Of New Orleans, jolie ballade pleine d’atmosphère continue mais pas statique.

En embrassant une grande variété de styles, ce On Every Street laisse une impression mitigée, un peu en demi-teinte, faute de propos réellement cohérent et de titres phares. Clairement, l’ultime album de Dire Straits marque moins les esprits que leur premier, mais reste un ouvrage que l’on suit avec une nostalgie attendrie mais parcourue de petits regrets.


Plus d'information sur





LISTE DES PISTES:
01. Calling Elvis – 06:26
02. On Every Street – 05:04
03. When It Comes To You – 05:01
04. Fade To Black – 03:50
05. The Bug – 04:16
06. You And Your Friend – 05:59
07. Heavy Fuel – 05:10
08. Iron Hand – 03:09
09. Ticket To Heaven – 04:25
10. My Parties – 05:33
11. Planet Of New Orleans – 07:48
12. How Long – 03:49

FORMATION:
Chris White: Flûte, Saxophone
Danny Cummings: Percussions
Jeff Porcaro: Batterie
John Illsley: Basse
Manu Katché: Batterie
Mark Knopfler: Chant / Guitares
Phil Palmer : Guitares
Roy Bittan: Claviers
Vince Gil: Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
MR.BLUE
30/08/2010
  0 1  
4/5
Je serais pour le coup plus généreux que mon collègue sur cet album très classe et emprunt d'une réelle ambiance. Inspiré par son récent album avec le groupe " The Notting Hillbillies", Knopfler pose avec ce "On Every Street" un pied dans sa brillante carrière solo à venir. car oui, en dehors des titres plus Rock que sont "The Bug" et "Heavy Fuel", le reste du répertoire ci présent pourrait trouver sa place dans "Sailing to Philadelphia" ou "The Ragpicker's Dream". Ainsi, "Fade To Black", "Iron Hand" et "Ticket To Paradise" sont délicieusement intimistes et feutrés, emprunts d'une belle aura. Le titre éponyme set quant à lui un habile mélange entre le Dire Straits des origines et les orientations plus chères à Knopfler.
Ce n'est plus vraiment Dire Straits mais c'est beau !

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.3/5 (3 avis)
STAFF:
3.5/5 (11 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
QUEEN: The Works (1984)
ROCK - Sans aucun doute supérieur à "Hot Space", "The Works", malgré son retour occasionnel au style baroque et romantique qui avait fait la gloire du groupe, souffre d'un certain manque de cohérence et de quelques faiblesses.
CHRISTOPHER LEE: Charlemagne (By The Sword And The Cross) (2010)
AUTRES -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DIRE STRAITS
DIRE-STRAITS_Brothers-In-Arms
Brothers In Arms (1985)
4/5
4.6/5
VERTIGO / ROCK
DIRE-STRAITS_Love-Over-Gold
Love Over Gold (1982)
4/5
4.3/5
VERTIGO / ROCK
DIRE-STRAITS_Making-Movies
Making Movies (1980)
2/5
3.5/5
VERTIGO / ROCK
DIRE-STRAITS_Communique
Communiqué (1979)
4/5
3/5
VERTIGO / ROCK
DIRE-STRAITS_Dire-Straits
Dire Straits (1978)
4/5
4.3/5
VERTIGO / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022