ARTISTE:

BURZUM

(NORVÈGE)
TITRE:

BELUS

(2010)
LABEL:

BYELOBOG PRODUCTIONS

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Growl, Mélancolique
""
CHILDERIC THOR (08.09.2010)  
5/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Quelques secondes. Oui, quelques secondes, celles qui ouvrent "Belus' Død" suffisent à effacer les quatorze années séparant Filosofem de cette huitième offrande de Varg Vikernes, long tunnel durant lequel le Norvégien gravera derrière les barreaux et avec le peu de moyens mis à sa disposition les seuls Daudi Baldr et Hlidskalf. Depuis ce dernier en 1999, la chance d’entendre un nouveau Burzum semblait de plus en plus improbable. En outre désormais privé de claviers, Varg donnait l’impression de ne plus se sentir concerné par la musique. Or, dès sa libération en 2009, tout s’emballe et très vite l’enregistrement d’un nouvel album est officialisé.

Pour autant, l’enthousiasme face à cette information n’est alors pas forcément de mise. Ainsi, l’excitation se mêle à la méfiance. Quelle en sera donc la teneur ? Du Black Metal, de l’Ambient comme sur les deux derniers opus ? Un peu des deux ? Les questions demeurent, d’autant plus que le communiqué que le musicien poste sur son site quelques mois avant la sortie n’est pas pour rassurer tous ceux qui espèrent un retour aux sources et craignent par-dessus tout un disque dans la veine électronique qui, si elle a pu aboutir à des moments de tristesse infinie (surtout sur Daudi Baldr), a surtout enfanté deux œuvres inégales. Bref, au mieux, nous nous attendions à une œuvre bipolaire. La (bonne) surprise n’en est que plus grande.

Guidé par une inspiration dont nous étions nombreux à penser qu’elle l’avait en partie déserté, Varg livre un très grand disque de Black Metal ni passéiste ni moderne mais tout simplement éternel et fidèle à sa légende. Bien que thématiquement proche de ses deux prédécesseurs, Belus se veuille plus atmosphérique qu’ambient. De même, si "Belus' Død" a des faux airs de "Dunkelheit", l’album ne saurait néanmoins être réduit à une resucée de ses plus lointains aînés. Certains esprits jamais contents le regretteront. Comme ils trouveront que Burzum a oublié ce son pollué qui autrefois le caractérisait. Peut-être, mais bien que la production soit plus propre, plus claire, le Norvégien n’a rien perdu de son aura sonore, témoin les vibrations grésillantes libérées par son jeu. D’ailleurs, on reconnaît immédiatement la signature de Vikernes, ce son si particulier, cette façon souvent imitée et jamais égalée de répéter un même accord pendant de très longues minutes, cette manière de faire surgir les instruments.

Après une courte introduction, l’album s’ouvre avec le sombre "Belus' Død", complainte sinistre et lancinante qu’irrigue un riff obsédant. Le décor est posé, la légende noire, intacte. Durant ces six minutes, on se croirait presque revenu quinze ans plus tôt, impression néanmoins infirmée par le chant désormais plus caverneux et evil de Varg et par les titres suivants. A commencer par le long et hypnotique "Glemselens Elv" où le musicien démontre toute sa maîtrise du canevas minimaliste qui sait pourtant toujours creuser des cicatrices profondes dans la mémoire. Le titre débute par une longue entrée en matière qui tournoie, vrille avant que la voix du maître des lieux ne surgisse. Celui-ci se pare par moment d’un chant clair et solennel étonnant.

Puis se succèdent trois morceaux rapides comme un torrent en crue et certainement les plus Black Metal que Vikernes ait écrits depuis très longtemps. "Kaimadalthas' Nedstigning" alterne émanations écorchées et pauses suspendues au-dessus du vide durant lesquelles Varg se transforme en narrateur, "Sverddans", court et transpercé par un solo bien speed et enfin "Keliohesten", propulsé par un riff magnifique et qui annonce l’élévation finale où Belus accède au rang de monument définitif. Le tempo se fait alors plus lancinant, plus hypnotique aussi. Varg y donne une leçon et démontre que personne, absolument personne ne lui arrive ne serait-ce qu’à la cheville en terme de composition et d’ambiance, comme l’illustrent les cinq dernières minutes répétitives de "Morgenrod". Burzum y exsude plus de tristesse que toutes les discographies réunies de ces hordes qui prétendent sonner toujours plus suicidaire que le voisin. L’enchaînement avec "Belus’s Tilbakemont" vous donne des frissons. Cette dernière piste entièrement instrumentale confine à une forme de transe. Encore une fois, avec un sens de l’équilibre qui n’appartient qu’à lui, le Norvégien joue sur la répétition durant près de dix minutes en un decrescendo éblouissant.

L’homme a évolué et son art avec lui, mais son talent et sa vision de la musique demeurent intact, et il faut être sourd pour ne pas s’en rendre compte. Bien peu le croyaient encore capable d’accoucher d'une telle réussite. Il l’a pourtant fait. Belus est tout bonnement le meilleur album que Burzum pouvait créer aujourd’hui, ni inférieur ni supérieur à Llvs Tar Oss ou Filosfem, auxquels certains ne manqueront bien entendu pas de le comparer mais tout simplement unique. Belus est une œuvre qui se suffit à elle-même. Soyez-en sûr, Burzum est de retour.


Plus d'information sur http://www.burzum.org





LISTE DES PISTES:
01. Leukes Renkespill (introduksjon) - 00:33
02. Belus' Død - 06:23
03. Glemselens Elv - 11:54
04. Kaimadalthas' Nedstigning - 06:43
05. Sverddans - 02:27
06. Keliohesten - 05:45
07. Morgenrøde - 08:54
08. Belus' Tilbakekomst (konklusjon) - 09:37

FORMATION:
Varg Vikernes: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
VAL
08/09/2010
  0 0  
2/5
Grosse, grosse déception pour ma part... L'attente aura été aussi longue que vaine : Belus est un exercice formel et dépossédé de ce qui conférait aux créations de Vikernes cette aura singulière, résolument noire mais pourtant vivante, palpitant d'une énergie primaire et incroyable.
Burzum, c'était mieux avant. On est ici à des années-lumière de Filosofem... Circulez, y a rien à voir !

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Burzum: Umskiptar
 
AUTRES CHRONIQUES
PETER HAMMILL: Sitting Targets (1981)
ROCK - Plus direct, plus rythmé, plus "dansant" que les albums auxquels Peter Hammill nous avait habitués, "Sitting Targets" n'en est pas moins un très bon disque.
RICK MILLER: Angel Of My Soul (2008)
ROCK ATMOSPHERIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BURZUM
BURZUM_The-Ways-Of-Yore
The Ways Of Yore (2014)
3/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / AUTRES
BURZUM_Sôl-Austan-Mâni-Vestan
Sôl Austan, Mâni Vestan (2013)
3/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / AUTRES
BURZUM_Umskiptar
Umskiptar (2012)
4/5
2/5
CANDLELIGHT RECORDS / BLACK METAL
BURZUM_From-The-Depths-Of-Darkness
From The Depths Of Darkness (2011)
4/5
3/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / BLACK METAL
BURZUM_Fallen
Fallen (2011)
4/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / BLACK METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021