GROUPE/AUTEUR:

LIFE LINE PROJECT

(HOLLANDE)

TITRE:
DISTORTED MEMORIES (2010)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
TONYB - 06.10.2010 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Au milieu des rééditions et autres réenregistrements en tous genres entamés lors de sa (heureusement brêve) course contre la mort il y a de cela trois années, Erik de Beer nous propose en cette année 2010 un nouvel album de Life Line Project, Distorted Memories, écrit, composé et interprété dans la droite ligne de The Finnishing Touch.

Pour mémoire, ce dernier voyait le LLP se constituer en véritable groupe et amorcer une évolution de style évidente instaurant une fusion entre les traditionnels éléments symphoniques 70's si chers à Erik de Beer, et des genres plus affirmés comme le jazz, le folklore ou encore quelques fulgurances électriques. Poursuivant cette évolution, Distorted Memories reprend tous ces ingrédients, mais en améliorant grandement la recette et en y apportant à nouveau quelques touches de fraîcheur.

Première nouveauté, et non des moindres, le maestro a laissé la composition de deux pistes au talentueux Jason Eekhout, et la patte du jeune homme donne un véritable coup de fouet à ces compositions, notamment dans le jouissif Caelum Aurum, au sujet duquel le duo (duel ?) qu'il compose avec la encore plus jeune violoniste Josine Fraaij mérite assurément le détour. Il semble également que les tonalités carrément rock (P.C. Left is Right) lui doivent un petit quelque chose.
Justement, puisque nous l'évoquons, comment passer sous silence la performance de cette jeune virtuose dont le talent n'a d'égal que le jeune âge (1). Erik de Beer profite ainsi de ses capacités pour intégrer quelques notes de Vivaldi dans ses compositions les plus symphoniques (Distorted Memories).

Aux côtés de ces deux jeunes talents, nous retrouvons bien évidemment toute la palette sonore entendue dans les précédents albums de Life Line Project : claviers 70's, guitare tantôt acoustique tantôt électrique, voire même électrisante, basse inventive accompagnée de cette batterie aux sonorités typiques toujours un peu sèches, instruments classiques (hautbois et flûte), venant souligner les thèmes les plus mélancoliques, le tout se mélangeant de manière harmonieuse, à un degré largement supérieur aux autres réalisations du groupe, Erik de Beer parvenant à mettre en symbiose parfaite ces différentes inspirations.

Et comme il n'est pas nécessaire d'expliquer à notre artiste comment composer des plages dans lesquelles les thèmes tour à tour se dévoilent, se mêlent et se rejoignent, l'aboutissement de sa démarche se retrouve synthétisé de façon fantastique sur les deux plages épiques de l'album : Life Line Suite 2010 tout d'abord, qui remet au goût du jour le premier titre enregistré par LLP, et puis surtout le splendide The Final Word, rehaussé par les parties vocales de Marushka Kartosonto au service d'un texte poignant.

Pour résumer, Distorted Memories pourrait se définir comme la fusion (plus que) réussie du symphonisme de The King, et de la fusion jazz-prog de The Finnishing Touch. Vous trouverez sans doute que cette chronique est truffée de superlatifs, mais pour parodier une marque célèbre, je ne pourrai qu'ajouter que c'est parce que cet album le vaut bien, et l'abnégation mise par Erik de Beer dans la production, album après album, d'une musique intelligente qui parle au centre des émotions, mérite vraiment que l'on s'y intéresse.

(1) Pour mieux nous en convaincre, Erik de Beer nous a transmis un CD entièrement dédié à des concerti peu connus de Vivaldi, interprété par son ensemble baroque au sein duquel évolue notamment Josine Fraaij.

Plus d'information sur http://www.lifelineprojectbandclanofduplo.com



GROUPES PROCHES:
CAMEL, ELP, TUGS, RICK WAKEMAN

LISTE DES PISTES:
01. Ignition - 0:40
02. Distorted Memories - 5:28
03. Life Line Suite 2010 - 9:57
04. Frozen Heart - 4:47
05. Caelum Aurum - 6:46
06. Interlude - 1:22
07. Reaper Of The Keys - 5:42
08. P.c. Left Is Right - 5:26
09. Acoustic Spring - 2:01
10. Steam Roller - 6:41
11. The Final Word - 13:22
12. The Dancing Duchess (bonus) - 2:46


FORMATION:
Dineke Visser: Hautbois
Elsa De Beer: Flûte traversière, flûte basse
Erik De Beer: Guitares / Basse / Claviers / Batterie / Mandoline, luth, chitarrone, clavecin
Iris Sagan: Basse
Jason Eekhout: Guitares
Jody Van Der Gijze: Guitares / Choeurs
Josine Fraaij: Violons
Ludo De Murlanos: Batterie / Percussions diverses et variées
Maruschka Kartosonto: Chant


TAGS:
70's, Symphonique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 14/10/2016 -
0 0
3/5
Bien que les sonorités et la griffe soient immédiatement reconnaissables, "Distorted Memories" est (beaucoup) moins homogène, dans sa narration musicale, que ses prédécesseurs. On s’égare parfois entre deux lignes directrices ('Life Line Suite 2010' relève plus du patchwork que de la composition progressive), même si la logique expressive d’Erik de Beer, affectionnant particulièrement les contrastes stylistiques, est toujours bien présente (le titre éponyme est aussi talentueux que l’Opening sur "The King", et ce n’est pas un hasard s’il en reprend le même développement). Globalement, la première moitié de l’album est plutôt complexe, assez difficile d’accès. La seconde moitié est plus mélodique, et plus naturellement convaincante. D’un auditeur à l’autre, les appréciations pourront varier considérablement, mais dans tous les cas, une opinion définitive devra raisonnablement s'appuyer sur 3 ou 4 auditions très attentives.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC LIFE LINE PROJECT
DERNIERE INTERVIEW
Rencontre avec Erik de Beer, fondateur et tête pensante de Life Line Project, projet de rock symphonique découvert récemment dans les colonnes de MusicWaves.

NOTES
2.3/5 (3 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
AMORPHIS: Magic And Mayhem - Tales From The Early Years (2010)
HEAVY METAL
 
CHRONIQUE SUIVANTE
GIFTS FROM ENOLA: Gifts From Enola (2010)
POST ROCK
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LIFE LINE PROJECT
LIFE-LINE-PROJECT_Armenia
Armenia (2013)
4/5
2.5/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LIFE-LINE-PROJECT_Twenty-Years-After-
Twenty Years After (2012)
4/5
2/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LIFE-LINE-PROJECT_The-Journey
The Journey (2011)
4/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LIFE-LINE-PROJECT_The-King
The King (2009)
5/5
2/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LIFE-LINE-PROJECT_The-Finnishing-Touch
The Finnishing Touch (2009)
4/5
2/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020