ARTISTE:

CARPTREE

(SUÈDE)
TITRE:

NYMF

(2010)
LABEL:

FOSFOR CREATION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Symphonique
""
CORTO1809 (15.10.2010)  
5/5
(5) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Trois ans après "Insekt", les Suédois de Carptree reviennent avec leur cinquième album, "Nymf". Les années passent, les albums se succèdent, les chroniqueurs de MW changent, et pourtant deux facteurs restent constants : la qualité des productions de Carptree et le plaisir pour les dits chroniqueurs de donner leurs impressions sur de si beaux disques. Car, au risque de gâcher un peu le suspense, disons le tout de go : ce CD est excellent. Carptree poursuit dans une voie qui lui a jusqu'à présent si bien réussi. Ayant visiblement très bien assimilé les œuvres des grands maîtres du progressif, le duo suédois sait en restituer la quintessence dans un style qui lui est propre, sans qu'il puisse être trop étroitement affilié à telle ou telle obédience. Chaque titre possède son propre attrait et est différentiable des autres, ce qui ne nuit cependant pas à la cohésion de l'album. La musique est complexe sans être rébarbative, originale sans être expérimentale, mélodieuse sans être répétitive.

"Kicking And Collecting" fait par exemple penser aux titres qui servent d'introduction aux groupes de métal mélodique : une certaine emphase, une touche de mystère, un brin de religion, puis un déboulé de guitares furieuses. La musique est sombre et soutenue, contenant des riffs de guitares assez lourds et une rythmique en puissance, mais dotée d'une construction élaborée et finissant sur des chœurs gothiques du plus bel effet. A l'opposé, "Dragonfly" commence par une longue introduction instrumentale composée de quelques notes cristallines de piano auxquelles fait écho une basse lourde et oppressante. La mélodie empreinte d'un certain désenchantement est traversée d'effets sonores divers et discrets, de chœurs désincarnés et d'un cours passage échevelé au synthé (la fuite de la libellule ?). Le tout donne une impression de fin du monde.

Malgré leurs différences, ces deux titres, comme les cinq autres qui constituent l'album, gardent une cohésion par les atmosphères qu'ils diffusent, la richesse des arrangements, la superposition des instruments, qui semblent parfois jouer des partitions différentes, mais dont l'ensemble est toujours harmonieux, l'utilisation à propos des chœurs, l'alternance de moments forts et de moments doux, voire presque religieux. Ainsi, "Land Of Plenty" rappelle la belle époque de "Selling England By The Pound", "Nursery Cryme" et autres "Foxtrot", sans aucun plagiat, "The Weight Of The Knowledge", à la ritournelle qui tourne carrée, prouve qu'il n'est pas besoin d'un titre long pour faire du très bon progressif, et le très beau "The Water" conclut l'album en nous laissant une sensation de fragilité, de retenue et de grande tristesse.

Un mot du chant. Niclas Flinck a une voix typée, très caractéristique, du genre on aime ou ça énerve. Légèrement nasale, elle fait parfois penser à Peter Gabriel, Peter Nicholls et même à certains moments à David Bowie, références flatteuses s'il en est. Cependant, comme pour la musique, Niclas Flinck n'essaye pas de cloner l'un de ces quelconques chanteurs, mais a une identité propre qui colle parfaitement au style musical de Carptree.

Là réside probablement la force de ce groupe : offrir une musique de qualité, apporter sa propre touche au monde du progressif, sans essayer de vouloir être innovant à tout prix, mais simplement parce que la qualité de l'inspiration est au rendez-vous. La différence qui permet à Carptree de se hisser parmi les meilleurs.


Plus d'information sur http://www.carptree.com





LISTE DES PISTES:
01. Kicking And Collecting - 07:05
02. Land Of Plenty - 07:34
03. The Weight Of The Knowledge - 06:52
04. Dragonfly - 08:21
05. Between Extremes (prelude) - 02:13
06. Sunrays - 06:35
07. The Water - 05:46

FORMATION:
Carl Westholm: Claviers / Synthés
Cia Backman: Choeurs
Jejo Perkovic: Batterie
Niclas Flinck: Chant
Öivin Tronstad : Choeurs
Stefan Fandén: Guitares / Basse / Bouzouki
Ulf Edelönn: Guitares
   
(5) AVIS DES LECTEURS    
PROFBURP37
20/06/2011
220
  0 0  
5/5
En fait, ma note est de 10... Le meilleur album de Carptree pour moi. Mais je suis un fan, alors je ne suis peut-être pas objectif ! N'empêche, je suis dingue de leur style et de la voix de Niclas Flinck. Ce type me fout la chair de poule... Et dans cet album, il y tout pour me plaire : la mélancolie, le côté sombre, la retenue, les mélodies... Et le piège de la fin : "The water", dont je n'arrive pas à me dépétrer... Il passe en boucle, et les larmes me viennent aux yeux à chaque fois que je l'écoute ! Aidez-moi !!!!
TOPPROG
23/04/2011
360
  0 0  
5/5
Carl WESTHOLM est probablement l'un des claviéristes les plus intéressants de la scène prog (avec Andy Tillison de The Tangent). Non pas qu'il s'illustre par des solis virtuoses, ce n'est pas le genre de la maison Carptree (ni même les solis de guitare pourtant ici bien présente). Non, c'est surtout l'ambiance qu'l sait créer avec des sons tout aussi anciens que modernes ou simplement un arpège de piano, une ambiance qui fait que Carptree est un groupe à l'identité sonore immédiatement reconnaissable. Son compère Niclas Flinck et sa voix elle aussi singulière contribue à créer cette identité sonore unique dans le prog. Certes le message musical est le plus souvent angoissant, parfois gothique voire "cinématographique" mais sans lourdeur excessive. En cela la réduction des choeurs à 2 voix masculine et féminine contribue à épurer un peu plus le discours musical qui était parfois un peu lourd avec les cheurs classiques dans les 2 précédents albums.Même si le rythme n'est jamais très rapide il n'y a pas de mollesse dans cette musique ni même de monochromie sonore, le No Future Orchestra assure un maximum et que l'on écoute la guitare la basse (très présente) ou la batterie tout cela est très cohérent et d'un très haut niveau. Sans ostentation, ce qui donne un discours musical très homogène où la mélodie prime avec bien sûr la voix très expressive de Niclas Flinck. Le disque se termine d'ailleurs par un magnifique morceau, "The water" très poignant, simple mais simplement magnifique. Un groupe qui n'a probablement pas le succès qu'il mériterait, car il n'y a jamais eu de fautes de goût dans leurs créations.
LOLO_THE_BEST
06/11/2010
565
  0 0  
1/5
Désolé mais je n'arrive pas à partager l'enthousiasme général. La voix me tape sur les nerfs, ce qui est déjà un mauvais point de départ pour écouter tout un album. Ensuite, je trouve les compositions quelconques, les changements d'atmosphère peu fluides, ça manque de soli bien amenés, ça manque d'émotion, ça manque ... d'un peu de tout en fait. Je laisse les aficionados poursuivre un chemin que je ne suivrais pas.
Voir les 5 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.1/5 (14 avis)
STAFF:
4.2/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
CARPTREE: Détails et extrait de "Subimago"
 
AUTRES CHRONIQUES
PHIL COLLINS: Going Back (2010)
ROCK -
BLACK COUNTRY COMMUNION: Black Country Communion (2010)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT CARPTREE
CARPTREE_Subimago
Subimago (2018)
5/5
4.3/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
CARPTREE_Emerger
Emerger (2017)
5/5
4.2/5
REINGOLD / ROCK PROGRESSIF
CARPTREE_Insekt
Insekt (2007)
5/5
4.7/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
CARPTREE_Man-Made-Machine
Man Made Machine (2005)
4/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
CARPTREE_Superhero
Superhero (2003)
5/5
4.4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021