ARTISTE:

ANIMA MUNDI

(CUBA)
TITRE:

THE WAY

(2010)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo, Symphonique
"Anima Mundi démontre avec "The Way" que dans le monde du rock progressif symphonique, il existe encore des voies à explorer."
PETER HACKETT (05.11.2010)  
5/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

L'Amérique du sud (au sens large du terme), nous le savions déjà, est une terre fertile pour le rock néo-progressif à tendance symphonique et ce nouvel opus d'Anima Mundi prouve que Cuba peut être associé à cette culture latine de la musique généreuse. Avec Jagannath Orbit en 2008, Anima Mundi avait confirmé que son coup d'essai (Septentrion) n'était pas un trait de génie sans lendemain. Faire mieux avec ce troisième album est donc un difficile challenge que le combo cubain se devait de réussir. Challenge réussi ? C'est ce que nous allons déterminer maintenant. Suivez-moi, je vous montre The Way...

Ambiance "2001, l'Odyssée de l'espace" (ou "La guerre des étoiles" pour les plus jeunes) pour l'intro de "Time To Understand" avec une musique symphonique chargée de suspens qui va rapidement exploser dans un déferlement de claviers et de soli de guitare entremêlés. Construit comme une œuvre classique avec ses alternances de mouvements forts et de passages plus intimistes, le titre étire ses 14 minutes sans aucune faiblesse. Qu'elle soit festive ou poignante, chaque portion de cette composition est riche en sonorités et en mélodies qui font voyager jusqu'à ce solo final à la guitare, beau à pleurer, dont on ne sort pas indemne.

Si vous vouliez un petit moment de répit, c'est trop tard, car déjà un son de hautbois qui fait penser au "Boléro" de Ravel annonce le plat de résistance de l'album : "Spring Knocks On The Door Of Men" et ses 26"32. Une fois encore la musique se fait symphonique et l'on peut évoquer Renaissance un peu après la huitième minute alors que vers la onzième, on entend Mike Oldfield. Le chant, qui est correct sans être un point fort du groupe, prend dans ce morceau des intonations Hogarthiennes aussi agréables que surprenantes. Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce titre qui va de rebondissement en rebondissement sans que s’en voit la fin et pourtant, quand elle arrive cette fin, un seul mot vient à l'esprit: déjà ? Sur lequel les plus mordus pourront enchaîner: encore !!

Malheureusement nous avons consommé plus de 40 minutes du temps qui est imparti à ce CD et les deux dernières pistes vont se partager un peu plus de 17 minutes, seulement !
Mais même en 8 ou 9 minutes Anima Mundi sait faire vibrer l'auditoire. "Flying To The Sun" commence comme une chanson des Beatles mixée avec du Procol Harum, avec une pincée de Yes qui nous amène à un passage de grandes orgues. Et puis encore un solo de guitare et des nappes de claviers qui vont se transformer en une sorte de toccata inédite de Bach. Enfin, "Cosmic Man" et son atmosphère planante nous laisse espérer une période de calme nécessaire à reprendre un peu nos esprits... Mais ce serait bien mal connaître nos Cubains qui nous offrent pour final le pendant de l'intro, à savoir la bande originale avec orchestre (ne cherchez pas, il n'y en pas vraiment) de "La victoire des Forces du Bien sur le Coté Obscur".

Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas chroniqué un album aussi riche, que chaque écoute rend encore plus passionnant. Anima Mundi démontre que dans le monde du rock progressif symphonique, il existe encore des voies à explorer, il suffit d'un peu de génie et on trouve Le Chemin ! Plus qu'une recommandation, c'est une prescription que je fais à tous les mélomanes en manque de grandeurs musicales.


Plus d'information sur http://www.animamundimusic.com



GROUPES PROCHES:
ELP, YES, SPOCK'S BEARD


LISTE DES PISTES:
01. Time To Understand - 13:59
02. Spring Knocks On The Door Of Men - 26:32
03. Flying To The Sun - 09:33
04. Cosmic Man - 08:18

FORMATION:
Carlos Sosa: Chant
Javier Mauri: Percussions (invité)
José Manuel Govin: Batterie
Mónica Acosta: Basson (invité)
Roberto Díaz: Chant / Guitares
Virginia Peraza: Claviers
Yailín Martinez: Flûte (invité)
Yaroski Corredera: Basse
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
LOLO_THE_BEST
23/01/2011
565
  0 0  
2/5
Désolé mais j'ai du mal à partager l'enthousiasme général. Ce n'est pas que je ne comprenne pas les notes attribuées par ailleurs mais, pour ma part, je n'ai jamais réussi malgré plusieurs écoutes à pénétrer dans cet album. Il est certainement très bon mais rien à faire, je n'accroche pas, sans savoir exactement pourquoi. Même la pièce 2, pourtant un pur morceau de rock prog comme je les aime, s'étire en longueur, comme s'il cherchait à retrouver un second souffle. Dommage ... pour moi, sans doute !
CORTO1809
07/11/2010
  0 0  
4/5
Quatre titres seulement pour cet album. Faisons un sort au moins bon, qui n’est pas mauvais pour autant : Cosmic Man est une chanson pas désagréable, avec un refrain un peu mièvre et une musique rendue "spatiale", comme l’annonce le titre, par les effets d'un synthé un peu strident.
Les deux longues suites que sont Time To Understand et Spring Knocks On The Door Of Men sont variés et mélodieuses. Les changements de rythme sont bien amenés, claviers et guitares passent leur temps à se céder la parole sur une basse et une batterie très présentes. Le chant, sans être phénoménal, est plaisant, les mélodies sont bien trouvées. Anima Mundi a tété au sein de ses prestigieux ainés, Yes, King Crimson et Genesis en tête.
Enfin Flying To the Sun est plus moderne et s'apparente plutôt aux Flower Kings, à Spock's Beard ou à Marillion période Fish. Un titre de métal doux ou de prog hard, au choix.
Sans révolutionner le monde du rock progressif, voilà un album très agréable à écouter.
Un 8,5 bon poids.

BENOÎT
05/11/2010
525
  0 0  
5/5
Un 9 qui mérite en réalité plus.
Anima Mundi a fait un bon prodigieux depuis Jagannath Orbit. Cet album est une pure merveille du début à la fin et s'annonce pour moi très certainement comme l'album de 2010 et même plus encore.
Chaque écoute (nombreuses, vous pouvez me croire) est plus enrichissante que la précédente, au point que je me forcerais presque à écouter autre chose pour ne pas me lasser.
Les albums qui me font cette impression (écoutes en boucle sans lassitude aucune) sont très rares, le dernier fut peut-être Mundus Incompertus de Pär Lindh Project.
Je ne reprendrai pas la chronique de Peter qui dit tout ce qu'il faut dire de bien de cet album. Il prouve que le prog reste un langage musical universel (même à Cuba !) et moderne.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.4/5 (10 avis)
STAFF:
4.7/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ANIMA MUNDI: Nouvel album en octobre
DERNIER ARTICLE
SOIRÉE PROG'SUD 3 JUIN 2011
Après les Franciliens de Black Noodle Project, Anima Mundi a délivré une prestation époustouflante !
 
AUTRES CHRONIQUES
LINKIN PARK: A Thousand Suns (2010)
ROCK ALTERNATIF -
MIDNIGHT OIL: 10,9,8,7,6,5,4,3,2,1 (1982)
ROCK ALTERNATIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ANIMA MUNDI
ANIMA-MUNDI_Insomnia
Insomnia (2018)
4/5
4/5
PROGRESSIVE PROMOTION / ROCK PROGRESSIF
ANIMA-MUNDI_I-Me-Myself
I Me Myself (2016)
4/5
4.4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
ANIMA-MUNDI_The-Lamplighter
The Lamplighter (2013)
4/5
4.1/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
ANIMA-MUNDI_Jagannath-Orbit
Jagannath Orbit (2008)
4/5
4.3/5
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022