.
.
GROUPE/AUTEUR:

THE BOX

(CANADA)

TITRE:
LE HORLA (2009)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
NESTOR - 19.11.2010 - (3) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
Voilà un disque qui a divisé la rédaction de MW. Nous vous proposons donc la chronique primaire de Nestor suivi de l'avis différent de Nuno777

---- Nestor : 4,5/10

Après une longue carrière couronnée de succès au Canada, qui déboucha en 1992 sur un split, The Box nous revient une première fois en 2005, puis récemment avec ce "Le Horla". Abandonné le chant en anglais et les ambiances Pop-Rock, le groupe a désormais adopté un mode d’expression totalement emprunt d’influences Prog-Rock. Le propos se veut très ambitieux et a pour volonté de faire revivre une des nouvelles de Guy de Maupassant, "Le Horla". Mais si l’œuvre originale flirte avec la folie et a vocation à se montrer inquiétante, nous avons droit ici à un très pâle remake qui peine à susciter ce type de sentiments.

En effet, que ce soit avec les très dispensables "Le Chat Noir", une pièce de piano seul, dénuée d'âme, ou bien "Un Impénétrable Mystère" qui, tout au long de ses 7 minutes, ne parvient que très difficilement à susciter quelques sentiments fugaces chez l’auditeur, on peine à accrocher à ces monologues ânonnés et à ressentir l’aliénation qui suintait du livre original. Si la musique manque un peu de relief et de saveur, c’est surtout par le chant que le disque pêche. Oscillant entre poncifs du chant progressif et phrasé agaçant, celui-ci dessert totalement l’album. Le sommet est atteint avec "J’ai Vu", un titre qui voit Jean-Marc Pisapia ânonner des paroles sans grande originalité, en abimant de ce fait toute mélodie.

C'est fort dommage car ce disque n'en comporte pas moins d’excellents moments et trouvailles. Parmi ceux-ci, on peut citer le riff de guitare de "L'eau, Le Lait, Le Vin", ainsi que l’alliance clavier / guitare qui clôt ce même titre. Il est d’ailleurs regrettable que les guitares ne soient pas plus présentes tant leurs interventions sont toujours heureuses, à la fois surprenantes et délicieuses. Nous mentionnerons également le plus que correct "A Bougival", un titre langoureux qui repose sur une orchestration très heureuse. Enfin, le final nous surprend agréablement par le biais du très beau et envoutant "Sous Hypnose" et de l’entrainant et étonnant "Super 61".

Cela ne suffit toutefois pas à sauver un disque par trop inégal et manquant cruellement de relief, mais cela laisse un goût amer, car on a le sentiment que l'on passe très près de quelque chose de grand, tant ces bons passages se révèlent intéressants. Les amateurs de Prog très traditionnel y trouveront probablement quelques intérêts, les autres fuiront certainement ce disque bien trop fade et inabouti.

---- Nuno777 : 7/10

Aidé par le concept qui est de reprendre l’histoire imaginée par Maupassant dans son livre Le Horla, j’ai adhéré à cet album étrange, atypique, musicalement léger d'où émane une ambiance si particulière.

J’entends les arguments de Nestor mais je ne peux pas faire autrement que de ressentir toute la puissance du texte mise en musique par The Box. Je dois avouer que la musique seule ne m’aurait peut être pas interpellée de cette manière s’il n’y avait ce texte si puissamment scénarisé. Je retrouve la lourdeur de l’œuvre originale et le choix de ces deux voix mêlées pour la narration ne m’a pas du tout rebuté, bien au contraire.

La critique de dire que le ton est monocorde et indolent est légitime mais cette froideur laisse toute la place au texte pour résonner par lui-même sans la tentation d’y apporter des émotions qui auraient pu être mal choisi ou contradictoire avec l’intention première du récit.

On fustige souvent les œuvres musicales pour la pauvreté de leur texte, avec The Box (et même si ce n’est pas une création totale de leur part), c’est clairement le texte qui transcende la musique et l’histoire contée est promesse d’un vrai voyage.

Plus d'information sur http://theboxband.com/site/



GROUPES PROCHES:
PUZZLE KING

LISTE DES PISTES:
01. Ouverture - 06:14
02. Incubus - 09:13
03. L'eau, Le Lait, Le Vin - 06:30
04. Mont Saint Michel - 10:56
05. Le Chat Noir - 02:11
06. Un Impénétrable Mystère - 06:49
07. À Bougival - 05:07
08. Sous Hypnose - 07:01
09. J'ai Vu - 08:46
10. Super 61 - 03:43


FORMATION:
Daniel Volji: Basse
François «Ace» Bruneau: Guitares
Guillaume Marchand: Claviers
Isabelle Lemay : Chant
Jean-Marc Pisapia: Chant / Claviers
Martin Lapierre: Batterie


TAGS:
Chant féminin, Concept-album, 80's, Expérimental, Intimiste, Romantique
 
 
(3) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
SKY - 20/11/2010 -
0 0
4/5
Je dois avouer moi aussi que je vous trouve sévères sur cette album. C'est un projet qui était peut-être audacieux mais qui est très bien réussi. Par moment, ça me fait penser à du Morse Code soit dans le chant où les claviers... Le seul point ou je suis d'accord, c'est quand vous parlez des solos de guitares qui sont savoureux, mais trop peu ! Juste un petit détail, le label est Passeport et non Monumentum.
TONYB - 19/11/2010 -
0 0
3/5
Pas du tout d'accord avec mon collègue Nestor : cet album est pour moi une réussite, à partir du moment où le groupe parvient à nous plonger dans l'ambiance inquiétante si bien véhiculée par cette nouvelle fantastique.
Par moment, la musique et l'interprétation se rapprochent de Mona Lisa et l'album Avant qu'il ne soit Trop Tard.
De plus, The Box laisse l'imagination de l'auditeur s'inventer sa propre fin, avant de proposer une pirouette en guise de conclusion.
Certes, il y a bien quelques longueurs en milieu d'album, mais cela ne justifie pas à mes yeux une note aussi sévère.

PETER HACKETT - 19/11/2010 -
0 0
2/5
The Box s'est lancé dans un projet ambitieux ...
Voulant respecter l'ambiance de la nouvelle de Maupassant, ces sympathiques et talentueux Québécois ont produit une œuvre dérangeante. Les excellents passages de claviers ou de guitare sont perdus dans une ambiance un peu monotone par manque de temps forts. Les textes sont plus récités que chantés laissant là encore une impression de pesante lenteur.
Un disque intéressant malgré tout, mais à ne pas écouter en période de déprime !

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE BOX
NOTES
4/5 (3 avis) 2.5/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DAATH: Daath (2010)
DEATH METAL
 
CHRONIQUE SUIVANTE
TAURUS: Opus 1 - Dimensions (2010)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE BOX
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020