ARTISTE:

MATT STEVENS

(ROYAUME UNI)
TITRE:

GHOST

(2010)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

POST ROCK

TAGS:
Acoustique, Instrumental
""
MR.BLUE (23.12.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Entièrement instrumental, porté par une guitare acoustique et basé sur une succession de boucles, Ghost a tout pour prétendre au parfait synonyme de monotonie. Si nous ajoutons à cela une production qui sonne très ‘fait maison avec peu de moyen’, nous venons de décourager les plus férus. Et pourtant, restez et oyez le talent de Matt Stevens.

Issu de la scène Underground Londonienne, ce guitariste averti propose ici un Post-Rock inventif, décalé et optimiste, et toute la richesse et la lumière de Ghost réside justement dans son jeu de guitare. Certes le batteur Stuart Marshall et le percussionniste, claviériste et programmateur Kevin Feazey sont présents (on le regrette d’ailleurs sur certains titres comme "Late Man" qui perd de sa grâce sur la fin, faute à une rythmique trop présente), mais c’est bel et bien la guitare de Stevens qui, se pliant, se tordant, se remodelant au fil des titres, attire toute l’attention.

Développant souvent des signatures impaires ("Into The Sea" et le lancinant mais envoûtant "Ghost", dans lequel résonne… un accordéon ?!) et de nouveaux thèmes harmoniques et mélodiques au sein d’un même titre, Stevens parvient à créer une ambiance tout à fait délicieuse, et ce en dépit d’une prise de son très simpliste. Certains titres, toujours afin de maintenir les sens en éveil, sont rehaussés de touches de guitare électrique ("Eleven" et son enchevêtrement de mélodies légères), glockenspiel (un "Glide" naïf sur lequel on s’attendrait à entendre la voix d’un Pierre Perret), mais aussi de mélodica et de basse.

On pense parfois à Marcel Dadi sur certains morceaux comme l’enjoué et lumineux "Burn Out Car" ou "Big Sky", très dynamique mais qui pourrait paraître long si l’auteur n’y associait pas sur la fin quelques breaks, ambiances mandolines et boucles passées à l’envers. Seuls les passages appuyés de basse et de batterie (au son vraiment ‘cheap’ et très électronique) sur le pourtant divin "Late Man" ou sur l’intro de "Drawn" peuvent venir perturber l’écoute.

Avec cette formule très risquée (dans laquelle la lassitude est souvent de mise), Matt Stevens s’en sort particulièrement bien, parvenant par on ne sait quelle magie et avec ses seules progressions ‘guitaristiques’, à maintenir l’auditeur non seulement attentif, mais satisfait du voyage. Chapeau !


Plus d'information sur http://www.mattstevensguitar.com



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. Intothesea - 03:30
02. Big Sky - 05:39
03. Eleven - 02:35
04. Draw - 03:39
05. Burnt Out Car - 03:48
06. Late Man - 06:17
07. Glide - 03:02
08. Eight Nineteen - 05:28
09. Ghost - 04:33
10. Moondial - 04:09

FORMATION:
Kevin Feazey : Claviers / Percussions, Programmation
Matt Stevens: Guitares / Basse
Stuart Marshall: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MATT STEVENS: Rarities
 
AUTRES CHRONIQUES
BELPHEGOR: Blood Magick Necromance (2011)
BLACK METAL - Grâce au savoir-faire de son principal géniteur, le groupe se déleste donc d'une offrande solide qui confirme une direction musicale désormais davantage portée sur les pénétrations lourdes que sur les viols brutaux.
HURTSMILE: Hurtsmile (2010)
ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021