ARTISTE:

A-HA

(NORVÈGE)
TITRE:

STAY ON THESE ROADS

(1988)
LABEL:

WARNER

GENRE:

POP

TAGS:
80's, FM
""
REALMEAN (21.03.2011)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Trois ans après "Hunting High And Low" et deux après le somptueux "Scoundrel Days", les maîtres de la synthpop eighties, nous avons nommé les Norvégiens de A-Ha, proposent leur troisième opus ; et à ce rythme, difficile de maintenir la cadence qualitative. Cette fois, la recette avoue quelques limites, tout en permettant la confection d’une galette fort alléchante dans son ensemble. Le plat est bien présenté, avec son titre éponyme en élan romantique enjôleur, même si le fumet n’est plus ce qu’il a été.

En fait, la production hésite à définir son choix et alternera, tout au long du programme, ambiances popy (et parfois un brin trop sucrées) et inspirations New-Wave plus matures. Ainsi, "The Blood That Moves The Body" ou "This Alone Is Love" nous ramènent dans les considérations épico-torturées de "Scoundrel Days", mêlant les tourments des vocalises aux envolées combatives de l’instrumentation. L’intégration des cordes symphoniques dans le premier est d’ailleurs réalisée avec beaucoup de justesse et de savoir-faire. "There’s Never A Forever Thing" est un petit bijou de planante mélancolie, et les accents de "Out Of Blue Comes Green", soulignés par le chant d’un hautbois merveilleusement rêveur, ne sont pas sans rappeler la verve onirique de "Living A Boy’s Adventure Tale", sur le premier album. Cette 8ème plage est certainement l’une des plus poignantes du menu. De son côté, malgré son vocable, "Hurry Home" traîne un peu en longueur et change de tonalité émotionnelle sans préavis et sans raison valable ; dommage, car ce morceau aurait pu se révéler beaucoup plus consistant.

Quant au reste, on pourra toujours y trouver son compte si on est adepte des mélodies et rythmiques évidentes de la Pop FM, de l’insouciant "Touchy!" au convenu (mais pas déplaisant) "You Are The One", dont paroles et vocalises sont plus amoureuses que jamais, en passant par le cinéphile "Living Daylights", qui lui n’a pas vendu son âme à la plus prestigieuse production filmographique de tous les temps, il faut bien le reconnaître.

Bref, nos Norvégiens ne renient pas vraiment leurs premiers amours, mais sans que l’exclusivité de leur dévotion initiale y reste attachée. Une musique qui s’inscrit dans un registre pop/rock assez traditionnel, plutôt haut en gamme et faisant de "Stay On These Roads" un projet digne d’intérêt, tout en l’affichant peut-être comme l’un des albums les moins cohérents de la discographie.


Plus d'information sur http://a-ha.com/





LISTE DES PISTES:
01. Stay On These Roads - 04:44
02. The Blood That Moves The Body - 04:05
03. Touchy! - 04:31
04. This Alone Is Love - 05:13
05. Hurry Home - 04:34
06. The Living Daylights - 04:46
07. There's Never A Forever Thing - 02:49
08. Out Of Blue Comes Green - 06:40
09. You Are The One - 03:48
10. You'll End Up Crying - 02:06

FORMATION:
Magne Furuholmen: Claviers
Morten Harket: Chant
Pal Waaktaar: Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
NOWAVE87
25/06/2011
55
  0 0  
4/5
Je suis avant tout d'accord avec le chroniqueur : le groupe ne sait pas ou n'arrive pas à choisir entre aspirations pop "radio-friendly" et pleines d'optimisme (ce qui a fait la force de quelques-uns de ses précédents hits comme "Take On Me" ou "Cry Wolf" et qu'on retrouve ici dans la pop-bubblegum de "Touchy" ou "You Are The One". Pourtant cette dernière étant une plutôt bonne compo) et assauts romantiques et mélancoliques pleins de spleen bleu épique (comme les très grands moments de songwriting intense que sont "The Blood That moves The Body", "This Alone is Love", "Out Of Blue Comes Green", "Never a Forever Thing", "You'll End Up Crying" (qui, pour moi, est le pendant abouti de "And You Tell Me" sur le premier lp) et le morceau titre).
Cette schizophrénie (qu'on retrouve un peu sur l'album de 2000 Minor Earth Major sky mais atténuée) mélodique et compositionelle désert gravement l'album ("Cold River" qui fut enregistré en 87 pour ce disque aurait du logiquement prendre la place d'un morceau comme "Touchy" - de loin, le morceau le plus faible de la Trilogie), mais, et c'est en ceci que mon avis diverge sensiblement, je trouve tout de même que le song-writing sur ce disque a une qualité moyenne plus élevé que sur "Hunting High and Low". Et mis à part réellement "Touchy" et "Hurry Home" (excellent début, mais atmosphère gachée par la seconde partie), aucune autre des chansons de cet album n'est vraiment mauvaise (ce qui n'est pas le cas du premier album où "And You tell me", "dream Myself alive" ou "Love is reason" - pourtant pas dégueu - font un peu tâche à côté de "lIving's.." ou "Here I Stand and Face The Rain"). C'est pourquoi, pour moi, cet album reste peut-être ("Scoundrel days" restant en piste) le meilleur lp de la Trilogie 84-88. Dont acte.
Sylvain Courtoux.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
GRAVE DIGGER: War Games (1986)
HEAVY METAL -
GUILLAUME PINGARD: The Theatralisation Of The Missing Part (2010)
GUITAR HERO - Cette œuvre bouscule et surprend, elle crée autant le malaise que l’ennui. Mais les nombreuses occasions de s’accrocher au fil musical sont autant de moments qui nous persuadent de ne pas reléguer le disque aux oubliettes et de lui donner une chance de plus.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT A-HA
A-HA_cast-in-steel
Cast In Steel (2015)
3/5
5/5
POLYDOR / POP
A-HA_Foot-Of-The-Mountain
Foot Of The Mountain (2009)
4/5
5/5
UNIVERSAL / POP
A-HA_Analogue
Analogue (2005)
3/5
4.5/5
POLYDOR / POP
A-HA_Lifelines
Lifelines (2002)
4/5
4/5
WEA / POP
A-HA_Minor-Earth-Major-Sky
Minor Earth Major Sky (2000)
4/5
3.3/5
WEA / POP
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021