GROUPE/AUTEUR:

SLAYER

(ETATS UNIS)

TITRE:
GOD HATES US ALL (2001)
LABEL:
AMERICAN RECORDINGS
GENRE:
THRASH

""
VAL - 31.03.2011 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Après une décennie compliquée, Slayer retrouve en l'an 2000 le chemin des studios avec un appétit décuplé par des années de vache maigre. Soucieux de sortir de la routine, le groupe se sépare de Rick Rubin, et sur son conseil, décide d'embaucher Matt Hyde à la production. Ce dernier emmène ses nouveaux camarades de jeu au Warehouse Studio de Bryan Adams, à Vancouver, un choix étonnant motivé par des aspects financiers. Pour mettre les musiciens dans l'ambiance, le studio sera toutefois aménagé : murs couverts de pornographie, tracé à la craie au sol pour le côté "scène de crime", des crânes sur les enceintes... Slayer ! Le pauvre Bryan Adams a du en faire des cauchemars.

Plus qu'un simple retour en grâce, God Hates Us All est avant tout empli d'un sentiment revanchard à l'extrême, qui surprend à la première écoute, même en tenant compte du passif du groupe. On devine toute l'implication de Kerry King, complètement absent sur l'album précédent, et qui rédige ici 80% de la copie. Le spectre de Diabolus In Musica n'a pas tout à fait disparu, comme en atteste le mid-tempo glauque de "Deviance" ou encore "Seven Faces", mais ses riffs monstrueux confèrent une inertie énorme aux compositions ; le choc est frontal et traumatique sur des morceaux comme "Payback" ou "New Faith", tueries en bonne et due forme qui nous ramènent aux grandes heures d'un "Dittohead", voire d'un "Jesus Saves". Hanneman n'est pas en reste, et signe avec "Disciple" et "Threshold" des chansons ultra efficaces. Tom Araya lui aussi, habité comme rarement, retrouve une hargne phénoménale qui transforme la plupart des titres en brûlots sanguinolents. Paul Bostaph, enfin, signe sa dernière collaboration avec le groupe. Blessé au coude, il sera contraint de quitter Slayer peu après, et sentant peut-être son heure venir en tant que batteur du quatuor, il se surpasse et offre une prestation tout à fait remarquable. Jamais envahissant, il sait donner du corps à des ambiances souvent lourdes et oppressantes ("Seven Faces", "God Send Death" entre autres).

Côté textes, là encore l'album est dominé par la présence de Kerry King, qui apporte une touche terre-à-terre aux thèmes abordés. Moins "parodiquement" satanistes qu'à l'accoutumée, plus proches de la réalité, les paroles sont en revanche exceptionnellement vulgaires, de quoi donner de l'urticaire à Familles de France. Le total de "fuck" et autres dérivés renvoyant à un jugement globalement dépréciatif de la figure maternelle semble parfois excessif, mais il convenait de marquer le coup, et le groupe ne s'y trompe pas. Avec cet album, Slayer voulait frapper un grand coup et l'heure n'était pas aux élucubrations vaguement littéraires. On sent que le groupe tente de se recentrer sur ce qu'il sait faire de mieux : un thrash metal chaotique, furieux et viscéral, sans compromission.

Violent, aigre, jubilatoire, God Hates Us All est un trophée qui vient consacrer l'abnégation d'un groupe pas tout à fait comme les autres. Passé du rang de pionnier à celui de caricature, Slayer retrouve en 2001 toutes ses lettres de noblesse. Une noblesse décadente et perverse, qui s'oublie dans une orgie de décibels ; de quoi faire définitivement oublier les errances y ayant conduit. Perdu dans l'instant présent, le groupe profite de chaque seconde et délivre une de ses meilleures prestations studio. Sorti le 11 septembre 2001, l'album a en outre bénéficié d'une publicité involontaire. L'anecdote est sordide, certes, mais vu le titre du disque, il était difficile d'imaginer une date plus à-propos. Les grands groupes ont tous des moments comme celui-ci qui concourent à l'établissement d'une légende... Pour le pire, ou comme ici pour le meilleur. Indispensable pour les fans, fortement recommandé à tous les autres, voilà ce qu'il convient de décrire comme une réussite, tout simplement !

Plus d'information sur http://www.slayer.net



GROUPES PROCHES:
ANTHRAX, DEW-SCENTED, BRAINDEADZ, FOMENTO, KAUSE 4 KONFLIKT, KREATOR, NO TIME FOR REDEMPTION, CAN OF WORMS, SKINLEPSY, DEMONICA

LISTE DES PISTES:
01. Darkness Of Christ - 01:30
02. Disciple - 03:35
03. God Send Death - 03:45
04. New Faith - 03:01
05. Cast Down - 03:21
06. Threshold - 02:25
07. Exile - 03:50
08. Seven Faces - 03:36
09. Bloodline - 03:32
10. Deviance - 03:04
11. War Zone - 02:41
12. Here Comes The Pain - 04:25
13. Payback - 02:58


FORMATION:
Jeff Hanneman: Guitares
Kerry King: Guitares
Paul Bostaph: Batterie
Tom Araya: Chant / Basse


TAGS:
Chant hurlé, Chaotique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC SLAYER
DERNIERE ACTUALITE
SLAYER : Une tournée européenne d'adieu cet automne
Toutes les actualités sur SLAYER
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
A-HA: Memorial Beach (1993)
POP
 
CHRONIQUE SUIVANTE
TRAUMPFAD: Die Kreise Schliessen Sich (2006)
HARD ROCK MELODIQUE
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SLAYER
SLAYER_Repentless
Repentless (2015)
4/5
4/5
NUCLEAR BLAST / THRASH
SLAYER_World-Painted-Blood
World Painted Blood (2009)
4/5
-/5
SONY BMG / THRASH
SLAYER_Christ-Illusion
Christ Illusion (2006)
4/5
-/5
SONY BMG / THRASH
SLAYER_Diabolus-In-Musica
Diabolus In Musica (1998)
3/5
-/5
AMERICAN RECORDINGS / THRASH
SLAYER_Divine-Intervention
Divine Intervention (1994)
3/5
-/5
SONY BMG / THRASH
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020