ARTISTE:

JOE BONAMASSA

(ETATS UNIS)
TITRE:

DUST BOWL

(2011)
LABEL:

MASCOT LABEL GROUP

GENRE:

BLUES

TAGS:
Bluesy, Guitar-Hero, Old School
""
MR.BLUE (22.04.2011)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Les ferrus de Blues le savent, Joe Bonamassa avait le vent en poupe depuis quelques années déjà et après 6 albums, il sort en 2009 "The Ballad Of John Henry", l'album de la consécration, suivi un peu plus tard d'un "Live From The Royal Albert Hall " qui vient ajouter un galon à son costume de guitariste/chanteur. Et voilà qu'en 2010, il force le destin en sortant avec Hughes, Bonham et Sherinian l'un des meilleurs album de Rock Hard de l'année sous le nom de Black Country Communion (dont le deuxième méfait attend l'été 2011 pour sortir), s'offrant ainsi un nouveau pont (musical) ouvrant l'accès généreux aux fans d'un rock plus musclé.

Malgré une certaine fatigue (qui n'en ressentirait pas après une telle exposition) son producteur et néanmoins ami Kevin Shirley va le pousser dans ses retranchements, battant le fer tant qu'il est chaud, afin de proposer en Mars 2011 le très attendu "Dust Bowl". Et même si les compères ont eu la sagesse de ne pas chercher à capitaliser sur Black Country Communion en proposant un album de Rock (c'eut été dommage !), cette nouvelle offrande se veut la carte de visite idéale pour découvrir le Monsieur, en atteste la version Deluxe reprenant sous forme de mini livre l'histoire de Joe. Ainsi, l'album se partage entre un Blues Rock racé qui révèle la forte personnalité et l'audace de Bonamassa et un Blues plus classique.

Joe chante mieux, gagnant en puissance comme en émotion, mais aussi s'affine à la composition. En résulte des perles comme l'opener "Slow Train", très coloré, au chant presque saturé et déroulant avec cette force tranquille un paysage digne de sa pochette. Débutant à la batterie tel un train qui démarre, il brille par ses interventions de slide. "Dust Bowl" (en écoute ici) simule à son tour la démarche d'un cowboy éperonné et reste toujours aussi visuel. Sentant la sueur et le saloon, il se sape d'une mélodie et d'un refrain imparable. Dans un registre un peu plus Rock mais toujours aussi racé, "Black Lung Heartache" et son large spectre de guitares en tous genres est une autre diablerie qui jailli du chapeau fumant de ce guitariste définitivement impressionnant. Avec la lourdeur d'une rythmique à la Led Zep, sorte de cross-over entre Folk, Blues et relents de Bayou, ce titre possède une force et une électricité étonnante.

Après un Blues Rock léger à la Ten Years After nommé "The Whale That Swallowed Jonah", la dernière compo de Joe se nomme "The Last Matador Of Bayonne" et rafle peut être la mise face à ses dignes concurrentes. Une fois de plus, Bonamassa nous montre toute l'étendue de son talent, proposant un slow Blues à fleur de peau dans lequel résonne une trompette lointaine. Sa voix chargée d'émotion et son jeu de guitare entre finesse et colère nous entrainent au delà de l'entendement, c'est superbe ! Ces seuls titres justifient l'achat de l'album mais Joe est généreux et Joe, comme de nombreux Bluesmen, aime les reprises alors on continue. Le délicieusement long "The Meaning Of The Blues" à la guitare sauvage, "No Love On The Street" et son phrasé Pop/Rock ou le "Prisoner" final qui revêt ici une couleur Rainbow, sorte de ballade au feeling et au solo dignes de clore un tel album sont autant de très bons moments à vivre et à revivre.

Enfin, côté invités, notons tout de même la présence de l'immense John Hiatt et son accent imbattable sur le Rockabilly "Tennessee Plates", de la légende de Nashville Vince Gill sur l'ultra classique " Sweet Rowena " et (les fans de Black Country auront tout de même droit à leur clin d'oeil) d'un Glenn Hughes plutôt discret sur cette reprise de Free très habitée qu'est "Heartbreaker". Porté par un groupe toujours aussi pro et au son vraiment Enorme, Shirley oblige, "Dust Bowl" est décidément un sacré album de Blues Rock, idéal pour s'ouvrir au genre, indispensable pour les fans. Et mon petit doigt me dit que ce gars n'a pas fini de nous étonner !


Plus d'information sur http://www.jbonamassa.com





LISTE DES PISTES:
01. Slow Train – 06:49
02. Dust Bowl – 04:33
03. Tennessee Plates (feat. John Hiatt) – 04:18
04. The Meaning Of The Blues – 05:44
05. Black Lung Heartache – 04:14
06. You Better Watch Yourself – 03:30
07. The Last Matador Of Bayonne – 05:23
08. Heartbreaker (feat. Glenn Hughes) – 05:49
09. No Love On The Street – 06:32
10. The Whale That Swallowed Jonah – 04:46
11. Sweet Rowena (feat. Vince Gill) – 04:34

FORMATION:
Anton Fig: Batterie
Carmine Rojas: Basse
Joe Bonamassa: Chant / Guitares
Rick Melick: Claviers / Hammond
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
TOPPROG
23/04/2011
360
  0 0  
5/5
Joe Bonamassa enchaine les disques sans parvenir à nous lasser. De "Dust bowl", on peut dire qu'il est à la fois pareil et différent des précédents. La même chose dans ce subtil mélange de blues de rock et de pop, des morceaux très différenciés les uns les autres, un jeu de guitare incisif et une belle voix. Différent dans la mesure où l'homme chante de mieux en mieux (The last matador of Bayonne) et que son jeu de guitare devient de plus en plus identifiable et incomparable, avec toujours un sens incroyable de la mélodie. On a ici 5 morceaux originaux tout aussi remarquables les uns que les autres et dans des styles assez différents. Les 6 reprises sont toujours de très bon goût que ce soit l'exhumation d'un vieux Free (Heartbreaker) ou la reprise explosive d'un tube de Barbara Streisand (prisoner). Il me semble qu'il n'a jamais joué aussi bien et sa rapidité de jeu semble accrue (ouf!! les soli de The Whale...). Aucune tendance à chercher le tube planétaire, pas de Claptonisation en vue pour le moment, mais une belle musique, authentique. A noter une belle collaboration avec le "countryman" Vince Gill et sa Telecaster véloce et la voix toujours émouvante de John Hiatt. Tout est de bon goût et rien ne choque dans les contrastes, même la trompette bouchée de "The last Matador..., un instrument qui me hérisse pourtant au plus haut point !! Du grand art, à déguster "loud" et sans retenue!!!
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.5/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
JOE BONAMASSA : Nouvelle vidéo
DERNIER ARTICLE
JOE BONAMASSA - LA SEINE MUSICALE - 10 MAI 2019
Magistral
 
AUTRES CHRONIQUES
DEVILDRIVER: Beast (2011)
THRASH - Pas forcément accrocheur au premier abord, ce "Beast" se révèle dans un premier temps plutôt épuisant. Pourtant à force d'écoutes, cet opus dévoile tout son potentiel et se révèle au final être un très bon album de Devildriver.
QUEEN: Queen (1973)
HARD ROCK MELODIQUE - "Queen" est mieux qu'une curiosité. C'est un excellent album, montrant une facette inattendue d'un groupe caméléon, qui mérite de figurer dans votre discographie aux côtés de ses grands frères.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JOE BONAMASSA
JOE-BONAMASSA_Royal-Tea
Royal Tea (2020)
4/5
4/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Redemption
Redemption (2018)
5/5
3.3/5
AUTRE LABEL / BLUES
JOE-BONAMASSA_Blues-Of-Desperation
Blues Of Desperation (2016)
3/5
4/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_live-at-radio-city-hall-music
Live At Radio City Hall Music (2015)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Different-Shades-Of-Blue
Different Shades Of Blue (2014)
4/5
4/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021