ARTISTE:

KISS

(ETATS UNIS)
TITRE:

DESTROYER

(1976)
LABEL:

MERCURY

GENRE:

HARD ROCK MELODIQUE

TAGS:
Epique, FM, Old School, Théatral
""
MARC M (29.04.2011)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Le quatrième album studio de Kiss est aussi un changement de direction sensible au niveau de la production et des arrangements. Pour ce disque, capitalisant sur le succès de "Alive !", le groupe s'adjoint les services du producteur Bob Ezrin déjà très en vue, notamment pour son travail avec Alice Cooper. L'album sera l'un de ceux qui prendra aussi le plus de temps à être enregistré. Ezrin a d'ailleurs été crédité pour l'écriture de certaines chansons. Le célèbre producteur Kim Fowley co-signe aussi deux morceaux. Fait curieux, Ace Frehley ne jouerait pas sur 3 morceaux : c'est Dick Wagner du groupe d'Alice Cooper qui jouerait les parties solistes sur "Flaming Youth" (pourtant le seul titre co-signé par Frehley !), "Sweet Pain" et la guitare acoustique (très discrète) sur "Beth". D'ailleurs, les solos de guitare sont nettement plus construits et plus simples finalement que sur les précédents albums, d'une manière générale. Ezrin va donner au groupe un son impeccable, plus diversifié et plus ample que sur les précédents albums, ajoutant de-ci de-là un peu de piano, quelques orchestrations et même des chœurs, plus quelques bruitages qui donnent à l'album une sorte de teinte cinématographique. Le producteur force aussi les musiciens à jouer quelques parties un peu plus complexes qu'à l'habitude, notamment Peter Criss.

Ainsi, "Detroit Rock City", hommage à la ville de Detroit et à un fan mort sur la route qui menait à un de leurs concerts, s'ouvre par une bonne minute de bruitages évoquant un personnage qui part en voiture et écoute "Rock'n'Roll All Nite" sur son autoradio ! Paul Stanley y est impérial avec sa voix claire, rehaussée d'une réverbe généreuse, qui scande cet hymne rapide, où la basse de Simmons clairement audible trace un motif immédiatement reconnaissable. Le solo est une belle partie mélodique harmonisée à plusieurs guitares. C'est aussi le cas sur "King Of The Night Time World", un morceau de la même cuvée, encore chanté par Stanley, plus rapide mais au refrain tout aussi mémorable, connecté au premier par les bruitages d'une voiture qui s'écrase. Là encore la section rythmique est mise à rude épreuve. C'est encore Stanley qui signe "God Of Thunder" mais cette fois-ci, le morceau le plus lourd et menaçant qu'ait jamais composé le guitariste, est chanté par un Gene Simmons sombre et puissant. La batterie est énorme, les bruitages d'enfants qui crient au milieu du titre ajoutent à sa folie. Enfin "Great Expectations" inverse la vapeur, sous la forme d'une magnifique ballade orchestrale avec chœur, composée par Simmons et Ezrin (qui cite un passage de la sonate pour piano "pathétique" deBeethoven !). Inhabituel pour le groupe, certes mais superbe ! Le bassiste-démon prend une voix moins rauque et démontre encore ici qu'il n'est pas aussi direct et brutal qu'on pourrait le penser !

La suite est composée de titres plus directs et plus courts. "Flaming Youth" et "Sweet Pain" sont deux morceaux moyennement rapides, très mélodiques, entre hard rock et pop, peu ou pas repris en concert et pourtant tout sauf négligeables. De multiples guitares aux sons diversifiées agrémentent les arrangements. "Shout It Out Loud" n'est plus à présenter, avec son riff harmonisé, son refrain très accrocheur et son rythme rapide. En moins de 3 minutes, l'affaire est dans le sac. La magnifique ballade romantique "Beth", écrite par Peter Criss en 68 avec son ami Stan Penridge, est la grosse surpris. Le batteur aurait menacé de quitter le groupe si on ne l'enregistrait pas… Cette chanson a été enregistrée par Criss en solo au chant avec un arrangement pour piano et orchestre essentiellement. Elle figure en face B du single "Detroit Rock City" mais deviendra LE hit de l'album à la radio, élargissant considérablement l'auditoire du groupe et faisant décoller un album dont les ventes initialement très bonnes étaient vite retombées, peut-être à cause du style plus sophistiqué de celui-ci. Enfin, "Do You Love Me" est un autre hymne au tempo moyen martelé, entre métal et pop, interprété par un Stanley décidément très en voix sur cet album, avec un crescendo réjouissant sur la fin : pont mélodique, arrangements plus complexes avec cloches, chœurs… Superbe morceau toujours joué en concert ces dernières années. Une petite section sans titre avec bruits de foule et harangue de Stanley, recyclés de "Alive !" et traités par Ezrin conclut le disque sur une petite minute, lui donnant un côté conceptuel.

Après cette expérience, Kiss reviendra à un son plus basique pour "Rock'n'Roll Over" et "Love Gun" mais retravaillera avec Bob Ezrin pour le très controversé et pourtant très bon "The Elder" en 1981. Ceci dit, "Destroyer" est sans doute l'album le plus réussi de Kiss, grâce à ses morceaux vraiment variés, aux riffs et aux refrains très accrocheurs, sans aucun remplissage, et à sa production excellente. La version CD remasterisée est un must !


Plus d'information sur http://www.kissonline.com/





LISTE DES PISTES:
01. Detroit Rock City (5:18)
02. King Of The Night Time World (3:19)
03. God Of Thunder (4:14)
04. Great Expectations (4:25)
05. Flaming Youth (2:59)
06. Sweet Pain (3:20)
07. Shout It Out Loud (2:49)
08. Beth (2:46)
09. Do You Love Me (3:33)
10. Rock'n'Roll Party (outro) (1:25)

FORMATION:
Ace Frehley: Guitares / guitare solo, choeurs
Gene Simmons: Chant / Basse
Paul Stanley: Chant / Guitares
Peter Criss: Batterie / chant sur "Beth"
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (4 avis)
STAFF:
4.4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
KISS dévoile les nouvelles dates de sa tournée européenne
DERNIER ARTICLE
KISS + THE LAST INTERNATIONALE - ACCOR ARENA (PARIS) - 07 JUIN 2022
Ce soir est un soir spécial. Sûrement parce que ce mardi 7 juin propose pléthore de concerts sur la capitale (pas moins de 5 juste pour Gérard Drouot Production), mais surtout par la venue du monument KISS à Bercy.
 
AUTRES CHRONIQUES
FM: Indiscreet (1986)
A.O.R. - Un premier essai qui apparaît aujourd'hui plutôt mièvre
NORTHER: Circle Regenerated (2011)
DEATH METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KISS
KISS_Monster
Monster (2012)
4/5
-/5
UNIVERSAL / HARD ROCK
KISS_Sonic-Boom
Sonic Boom (2009)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / HARD ROCK
KISS_Psycho-Circus
Psycho Circus (1998)
2/5
4/5
MERCURY / HEAVY METAL
KISS_Carnival-Of-Souls--The-Final-Sessions
Carnival Of Souls - The Final Sessions (1997)
3/5
4/5
MERCURY / HEAVY METAL
KISS_Revenge
Revenge (1992)
4/5
4.5/5
MERCURY / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022