GROUPE/AUTEUR:

PENDRAGON

(ROYAUME UNI)

TITRE:
PASSION (2011)
LABEL:
TOFF
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Suite logique de "Pure", "Passion" est un diamant ciselé dont l'intelligence et la profondeur des compositions devraient rallier l'approbation d'un public varié et avide de sensations."
PETER HACKETT - 13.05.2011 - (9) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Déjà trois ans depuis la sortie de "Pure", mais il semblerait que ce soit devenu le régime de croisière de Pendragon. Et si ce délai peut paraître long, la bande à Barrett sait nous faire patienter en émaillant ces temps d'attente de témoignages 'live'.

Chaque annonce d'un nouvel album de Pendragon alimente les spéculations, les fans anciens espérant un nouveau "Masquerade ..." et les plus jeunes souhaitant un nouveau "Pure". Si la nouvelle orientation musicale du groupe déçoit peu ou prou les aficionados du néo aérien, elle accroche un nouveau public plus jeune et plus orienté metal. Est-ce que ce nouvel opus dénommé "Passion" va encore une fois les déchainer (les passions !) ? Rien de tel que l'écoute pour se faire sa propre opinion. C'est donc avec "Passion" que débute l'album (c'est à dire avec le morceau qui porte le même titre que l'album), une composition qui commence tout en douceur et se muscle vers la deuxième minute sans pour autant donner dans le métal hurlant. On y retrouve avec plaisir la voix rocailleuse de Nick Barrett posée sur lit de rock punchy, sans solo ni de guitare ni de claviers, et qui, malgré ses 5'27, parait diablement court !

"Empathy" démarre, directement enchaîné à "Passion" et semble en être la continuité parfaite. Ce titre est une des deux pièces épiques de l'opus (11'20) et il reprend complètement l'ambiance de l'introduction jusque dans des paroles communes : "Passion ? Give me some empathy". Sa généreuse durée permet à Barrett de nous asséner un solo dont il a le secret, bourré de feeling, auquel le 'sieur' Nolan répondra par une petite ballade pianistique débouchant sur une envolée symphonique de synthé. Le ton est donné, Pendragon n'a rien perdu de sa fougue et de son lyrisme. Et, puisque nous avons affaire à du prog, nous retrouvons les bons vieux trucs du chef : breaks, bruitages, chant doublé, riffs ronflants, .... tout ça étant utilisé ici avec des dosages savamment équilibrés et sans abus. Le temps d'évoquer la recette du bon néo qui réjouit le cœur de l'amateur et nous voilà arrivés à la deuxième compo longue : "This Green And Pleasant Land". Si les premières minutes sont calmes comme une promenade bucolique, le niveau monte lentement vers un break (vers 9'10) où le rythme s’emballe pour un final qui pète le feu !

Il n'y a pas vraiment de titres faibles sur l'album, et même l'ultime plage ("Your Black Heart") qui ressemble à une petite chansonnette sans grande envergure, donne à Nick l'occasion d'envoyer un solo d'environ 1'30 qui pourrait figurer au top 10 des soli qui collent des frissons. Musicalement, on pourra peut-être regretter la relative discrétion des claviers de Clive Nolan, mais on appréciera l'efficacité de Peter Gee, le complice de toujours, impérial à la basse comme au synthé-basse. Quant à Scott Higham, il confirme son intégration parfaite au sein du groupe, son jeu de batterie musclé donnant une puissance nouvelle à la musique du groupe (je vois des vieux fans intégristes qui font la grimace). A tout seigneur, tout honneur, ce concert de louanges ne peut s'achever que sur l'évocation des talents multiples de monsieur Barrett, auteur, compositeur, guitariste à la sensibilité exacerbée, mais aussi chanteur dont la voix rauque est chargée d'une expressivité qui compense largement un manque de technique parfois sensible.

"Passion" est une pierre de plus dans l'édifice musical de Pendragon .... Une pierre ? que dis-je un diamant ! L'interprétation puissante de certains titres déplaira peut-être à quelques amateurs de néo-prog caressant, mais l'intelligence et la profondeur des compositions devraient rallier l'approbation d'un public plus ouvert aux digressions hardeuses d'un rock décidément très progressif.

Plus d'information sur http://www.pendragon.mu



GROUPES PROCHES:
CARPTREE, MOSTLY AUTUMN, VANTASMA, MARTIGAN, RICOCHER, AGUENAOU, CRYSTAL PALACE, NINE STONES CLOSE, ARENA, ALAN REED

LISTE DES PISTES:
01. Passion - 05:27
02. Empathy - 11:20
03. Feeding Frenzy - 05:47
04. This Green And Pleasant Land - 13:13
05. It's Just A Matter Of Not Getting Caught - 04:41
06. Skara Brae - 07:31
07. Your Black Heart - 06:46


FORMATION:
Clive Nolan: Claviers / Choeurs
Nick Barrett: Chant / Guitares
Peter Gee: Basse / Choeurs
Scott Higham: Batterie / Choeurs


TAGS:
Neo, Symphonique
 
 
(9) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 10/06/2016 -
0 0
4/5
Il ne faut pas plus d’une minute et 40 secondes pour comprendre que « Passion » va suivre le même chemin que celui de son prédécesseur. C’est-à-dire un câble sous très haute tension. Mais là, et c’est inexplicable en ce qui me concerne, je me dis que ça va fonctionner à la quasi perfection. Et ça fonctionne… Peut-être un peu moins de guitare diluvienne, et parfois il suffit d’un petit rien pour marquer la différence. De toute façon, Pendragon envoie du lourd encore une fois, et ça ne vaut pas que pour la sonorité, ça vaut aussi pour la qualité. Impossible de se défaire, sur la première moitié de l’album, de l’hypnotique motif "Passion, give me some empathy...", qui semble se décliner sous diverses inflexions émotionnelles. Mais le coup de grâce, c’est l’impérial 'This Green and Pleasant Land', qui met tout le monde d’accord et qui refait le coup du 'Wishing Well Part II', en plus éclatant encore. C’est comme si Pendragon avait préparé cette petite merveille depuis « Believe » entamand la trilogie, passant ensuite par le prélude thématique de 'The Freak Show' sur « Pure ».
Mesdames et Messieurs, s’il vous plaît, believe it, une seconde de pur hommage à la passion de cette musique : "Take only what you need and be on your way !"

ABADDON - 09/10/2011 -
0 0
4/5
La maturité sied bien à Pendragon ... le renforcement de la rythmique ne se fait pas ici au détriment de la musicalité, bien au contraire : en gardant résolument un cap mélodique, Nick Barett arrive à maintenir l'attention de l'auditeur tout au long de l'album, avec de jolis moments d'émotion (This Green and Pleasant Land, entre autres).
Et puis, loin des pesanteurs qui alourdissaient un "Not of This World", le jeu de claviers de Clive Nolan atteint une sorte d'épure qui mérite un coup de chapeau : longue vie à Pendragon !
8.5/10

PAPAMACER - 23/05/2011 -
0 0
4/5
Je ne suis vraiment pas un fan de neo-prog et de Pendragon, mais en lisant les commentaires j'ai écouté la galette, et j'ai été assez surpris, c'est vrai qu'on touche pratiquement le pop rock, à la "polonaise", comme j'ai pu lire, c'est pas faux, mais cela fait la joie de nos oreilles, un vrai mélange de style (dans le même segment), toujours juste, de très bons arrangements. Les claviers ne sont pas trop présents, ce qui me convient à merveille, et la guitare semble au service d'une idée musicale dans l'ère du temps, et la dernière chanson est comme une expiation.
VOIR LES 9 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PENDRAGON
DERNIERE ACTUALITE
PENDRAGON: Nouvel album en février
Toutes les actualités sur PENDRAGON
DERNIER ARTICLE
RAISMES FEST 2013 - 14 SEPTEMBRE 2013
Une chaleureuse 15ème Editon du Festival de Raismes Tous les articles sur PENDRAGON
DERNIERE INTERVIEW
Il y a une très grande complicité entre nous qui te permet de jouer depuis aussi longtemps ensemble de la musique, de vivre ces moments lors des tournées… C’est important et nécessaire.

NOTES
4.2/5 (16 avis) 4/5 (14 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
RHAPSODY OF FIRE: From Chaos To Eternity (2011)
METAL MELODIQUE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
GRAVE DIGGER: The Last Supper (2005)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PENDRAGON
PENDRAGON_Love-Over-Fear
Love Over Fear (2020)
3/5
4.2/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
PENDRAGON_Masquerade-
Masquerade 20 (2017)
4/5
4.5/5
METAL MIND / ROCK PROGRESSIF
PENDRAGON_Men-Who-Climb-Mountains
Men Who Climb Mountains (2014)
4/5
4.1/5
TOFF / ROCK PROGRESSIF
PENDRAGON_Out-Of-Order-Comes-Chaos
Out Of Order Comes Chaos (2012)
4/5
4/5
METAL MIND / ROCK PROGRESSIF
PENDRAGON_Concerto-Maximo
Concerto Maximo (2009)
4/5
4.3/5
METAL MIND / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020