ARTISTE:

ULVER

(NORVÈGE)
TITRE:

WAR OF THE ROSES

(2011)
LABEL:

KSCOPE

GENRE:

AUTRES

TAGS:
Chant grave, Expérimental
""
HYPERUNKNOWN (25.05.2011)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Plus le temps passe et plus Ulver semble se sociabiliser. Inutile de ressasser plus encore ses premiers amours pour le Black Metal dévorés par la suite par des aspirations plus pondérées quoique avant-gardistes mêlant l’ambient aux sons électroniques. Aujourd’hui, l’ancien Ulver, loup furtif sortant de sa tanière tous les un ou deux printemps afin d’y recracher ses intrigantes créations, se fait des copains du côté de chez Guapo (le multi-instrumentiste Daniel O’Sullivan est désormais membre actif du combo), se produit sur scène et ose même enregistrer un témoignage sur pellicule de leurs envoûtantes prestations.

A côté de ça, l’ex-trio reste un iconoclaste du monde musical, voguant au gré de ses envies et non des modes, prenant à contre-pied attentes et expectances avec un certain talent qui leur a toujours permis de remporter au final les suffrages. Ulver a eu conscience au sortir de "War Of The Roses" de cette possibilité de diviser sans toutefois mieux régner. A posteriori, l’inquiétude est un peu disproportionnée car il ne devait s’agir que d’une simple évolution, un pas différent des autres faisant cependant toujours partie de cette volontée bien assurée et cohérente de ne pas être étiqueté.

Il faut dire, en fait, que l’approche très pop de certains morceaux ("February MMX", "September IV") quoique déjà bien engagée sur leur précédent effort, a de quoi en dérouter (déranger ?) plus d’un. Tout autant que la langoureuse romance de Siri Stranger sur l’exorde de "Providence", artifice qu'Ulver n’avait pas encore utilisé avec une telle acuité.

Car le leitmotiv conceptuel se référant à l’épisode historique de la « Guerre de deux Roses » et qui en imprègne les motifs musicaux est bien le romantisme ; « les roses sont romantiques, la guerre l’est aussi », expliqueront-ils. Ce voile légèrement velouté, presque chaud, ondule jusque dans le pavé proprement ambient "Stone Angels", sur lequel Daniel O’Sullivan psalmodie un poème de Keith Waldrop, sur fonds d’arrangements instrumentaux minimalistes. Des clarinettes criaillent alors comme autant de paons dans les parcs d’un domaine royal. Un chapitre dont l’effet apaisant tranchera avec l’obscurité de son texte.

Finalement, c’est peut-être lorsque la mutation des Norvégiens se fait le plus sentir que la grandeur des compositions est la plus probante. "Norwegian Gothic" et "England", l’un semblant sorti des sessions de "Shadows Of The Sun", l’autre de celles "Blood Inside", arpentent à ce titre plus difficilement les sommets qu’atteignent leurs homologues.

D’une manière générale, la précision d’horloger des Osloïtes est toujours au rendez-vous, d’autant que le mix orchestré d’une main de maître par John Fryer (Depeche Mode, Cocteau Twins…), permet d’en magnifier les rouages. "War Of The Roses" n’est sans doute pas l’œuvre capitale d’une formation qui n’en finit pas de fédérer mais elle participe par ses nombreuses vertus, sinon de rassembler d’avantage, au moins de maintenir des fans dans leurs retranchements.


Plus d'information sur http://www.jester-records.com/ulver/ulver.html





LISTE DES PISTES:
01. February MMX - 04:10
02. Norwegian Gothic - 03:36
03. Providence - 08:10
04. September IV - 04:38
05. England - 04:09
06. Island - 05:46
07. Stone Angels - 14:55

FORMATION:
Alex Ward: Clarinette sur II et III
Anders Møller: Percussions sur VI
Attila Csihar : Voix sur III
Daniel O'Sullivan: Guitares / Basse / Claviers / Narration
Daniel Quill : Violon sur II, III et V
Emil Huemer: Guitare sur IV
Jørn H. Sværen: Batterie
Ole Alexander Halstensgård: Electronique
Siri Stranger : Voix sur III
Stephen Thrower : Clarinette sur VII
Steve Noble: Batterie et Percussions sur II et VII
Stian Westerhus: Guitare électrique sur VI, Guitare à archet sur II, III et VII
Tomas Pettersen: Batterie
Tore Ylwizaker: Programmations
Trickster G. (aka Garm) : Chant
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
ALADDIN_SANE
21/02/2012
  0 0  
3/5
Un peu déçu à la première écoute de l'album, j'y suis revenu il y a peu et l'album est remonté dans mon estime. En fait, à part le dernier morceau, un long poème récité un peu barbant il faut bien l'avouer, tout le reste s'inscrit dans la dernière période électro/ambient du groupe (la meilleure ?), celle qu'ils ont entamé avec "Perdition City". Pour les amateurs de cette période, vous pouvez prolonger le plaisir avec le DVD "The National Norvegian Opera -Live" de la tournée "War of the roses".
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
5/5 (1 avis)
STAFF:
3.5/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ULVER AU Ninkasi Kao
 
AUTRES CHRONIQUES
DROPSHARD: Anywhere But Home (2011)
ROCK PROGRESSIF -
CREDO: Against Reason (2011)
ROCK PROGRESSIF - Le propos de "Against Reason" n’est pas suffisamment compact pour imposer une adhésion sans faille. Dommage, quand on voit les qualités mélodiques incontestables de l’album et le soin apporté aux arrangements...
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ULVER
ULVER_Sic-transit-gloria-mundi
Sic Transit Gloria Mundi (2018)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK ALTERNATIF
ULVER_Messe-I-X-VI-X
Messe I.x-vi.x (2013)
4/5
4/5
KSCOPE / AUTRES
ULVER_Childhood-s-End
Childhood's End (2012)
4/5
3/5
KSCOPE / AUTRES
ULVER_Shadows-Of-The-Sun
Shadows Of The Sun (2007)
4/5
5/5
THE END / POST ROCK
ULVER_Blood-Inside
Blood Inside (2005)
5/5
5/5
JESTER / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021