GROUPE/AUTEUR:

MORNE

(ETATS UNIS)

TITRE:
ASYLUM (2011)
LABEL:
PROFOUND LORE
GENRE:
DOOM

""
CHILDERIC THOR - 02.09.2011 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Des enclumes estampillées Sludge Metal (dont on rappelle pour les cancres du dernier rang, qu'il est, pour faire simple, le fruit de la copulation entre le Doom et le Hardcore), on en a des étagères pleines à craquer à la maison. Prisonnière de ses propres limites, la chapelle commence à tourner à vide et peine à se renouveler et pour un Dark Castle, combien de Tusk sans grande imagination ? Mais c'est sans doute de sa capacité à s'affranchir des règles qui le régissent que viendra un second souffle. Morne le démontre brillamment, et surtout douloureusement !

Depuis Untold Wait (2009), on savait les Américains détenteur d'un potentiel énorme, que confirme, de la plus belle des manières, ce Asylum en tout point supérieur à son aîné. Si le groupe respecte à la lettre certains des invariants qui cimentent le genre, de la voix rugueuse à la mélancolie plombée, c'est pour mieux les (re)travailler, les façonner, les tordre également, témoin le squelettique et terminale "Volition" que hantent les lignes de violon de Kris Force (Amber Asylum) et le chant fantomatique et reconnaissable entre mille de Jarboe et dont on croit qu'il suivra le même canevas mortuaire tout du long de ses plus de 9 minutes alors qu'il entame dans sa seconde moitié une tellurique excavation.

De même, Morne n'hésite pas à étirer ses compositions toujours écrites à l'encre noire du désespoir et les faire accoster les rivages plus atmosphériques du Post Metal. A ce titre, du haut de ses 17 minutes au garrot, "Asylum" se veut un modèle du genre. Après une longue introduction, le groupe déverse la bile métallique coutumière du Sludge Doom, à grands coups de riffs pachydermiques figés dans le mazout. Puis les nappes de claviers aidant, le titre ouvre un pont plus posé et d'une beauté presque contemplative, respiration aux sons seventies néanmoins teintée d'amertume et de regrets infinis.

Si, comme c'est souvent le cas, notre préférence va vers les morceaux tout en progression, à l'image du puissant "My Return" et ses premières mesures cataclysmiques, précédant la venue du rouleau-compresseur ultra Heavy ou de "Nothing To Remain", émaillé de lignes de guitares aux teintes Post Rock et ruisselant une tristesse poisseuse, des titres plus râblés de l'acabit de "Edge Of The Sky" ou "Killing Fields" illustrent la capacité de leurs géniteurs à perturber, transcender même, le pré-carré du Sludge dont ils rompent constamment la monotonie sans pour autant l'exonérer de sa désespérance, bien au contraire.

Asylum est un concentré de dépression sans fin qu'aucune joie, même fugace, ne vient en briser l'inexorabilité. Son visuel automnal aussi beau que dépouillé, indique de toute façon que c'est à une lente rumination d'une vie grise que l'on subit en attendant une supposée, délivrance qui n'en est même pas une, à laquelle nous sommes conviés. Morne signe donc un très grand disque qui démontre l'écrasante suprématie des Américains en terme de dépression et de gravité minérales belles à en pleurer.

Plus d'information sur http://www.morneband.com/



GROUPES PROCHES:
CALDERA, PROCESS OF GUILT, A STORM OF LIGHT, WOLVHAMMER, DARK CASTLE, ALDEBARAN, BOSSE-DE-NAGE

LISTE DES PISTES:
01. Asylum - 17:18
02. Edge Of The Sky - 05:11
03. Nothing To Remain - 09:06
04. I Will See You - 10:44
05. Killing Fields - 06:05
06. My Return - 08:39


FORMATION:
Billy Knockenhauer: Batterie
Ian Schultz: Claviers
Jeff Hayward: Guitares
Max Furst: Basse
Milosz Gassan: Chant / Guitares


TAGS:
Lourde, Mélancolique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MORNE
NOTES
5/5 (1 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
KING OF AGOGIK: From A To A (2011)
ROCK PROGRESSIF L’avant-gardisme revendiqué fait ici long feu : faute de réelle intention mélodique, la plupart des titres sombrent dans une confusion que le manque de subtilité des musiciens, qui jouent très appuyé, n’aide pas à éclaircir.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ARKAN: Salam (2011)
DEATH METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MORNE
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020