.
.
GROUPE/AUTEUR:

WHITESNAKE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
WHITESNAKE (1987) (1987)
LABEL:
EMI
GENRE:
HARD ROCK MELODIQUE

""
LOLOCELTIC - 30.09.2011 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
En 1984, David Coverdale avait finir par franchir le pas et se lancer dans la conquête des Etats-Unis avec un "Slide It In" en partie réenregistré pour une édition spécialement destinée au marché nord-américain, en profitant au passage pour sérieusement remodeler le line-up de son groupe. Ce sont finalement le vétéran Aynsley Dunbar (John Mayall, Franck Zappa, John Lennon, Lou Reed, David Bowie, Journey…) à la batterie, le fidèle Neil Murray de retour à la basse, et le charismatique John Sykes (Thin Lizzy, Tygers Of Pan Tang) à la guitare, qui l’accompagnent pour ce nouvel opus. Malheureusement, quelques problèmes de santé vont repousser l’enregistrement des parties vocales et c’est finalement un line-up complètement différent qui accompagnera Coverdale sur les routes pour défendre cet album éponyme, couramment appelé "1987". Voilà qui explique les présences de Tommy Aldridge (batterie), Rudy Sarzo (basse), Vivian Campbell et Adrian Vandenberg (guitares) sur les différentes vidéos liés à cet album, le dernier nommé ayant cependant participé aux enregistrements en tant que guest.

Il aura donc fallu attendre 3 ans pour pouvoir enfin se faire un avis sur ce qu’il est possible de considérer comme un album charnière dans la carrière de David Coverdale et de son serpent blanc. Car c’est bien à une véritable mue que nous assistons ici. Fini le Hard-Rock bluesy et groovy de la première partie de carrière. C’est à un Hard US puissant et joliment carrossé que nous avons désormais affaire. Les claviers se font discrets mais apportent un note FM indispensable pour les radios nord-américaines, la rythmique est puissante et efficace, les guitares sont tranchantes, et le frontman fait étalage de tout son talent, capable de se montrer éclatant et explosif, aussi bien que sombre ou enjôleur. Majoritairement composés par le duo Coverdale / Sykes (7 sur 9), les titres sont de véritables démonstrations, balançant entre un Hard-Rock’n’Roll direct et bigrement accrocheur ("Bad Boys", "Straight For The Heart" ou l’irrésistible "Give Me All Your Love Tonight") et un Heavy-Rock plus puissant et faisant preuve d’une profondeur à la fois touchante et surprenante. A ce titre, "Still Of The Night" se veut monumental et envoutant, mené de mains de maitres par un David Coverdale magistral et un Sykes lumineux, avec un break central majestueux passant d’une ambiance aérienne à un solo éblouissant en passant par une montée en puissance toute en maitrise.

Aux côtés des morceaux composés avec Sykes, Coverdale insère 2 titres de "Saints & Sinners" qu’il revisite de telle manière qu’ils se fondent parfaitement dans l’ensemble. "Crying In The Rain" est l’occasion d’une démonstration du chanteur, à la fois puissant et profond, sombre et lumineux, pour une version qui bombe bien plus le torse que l’original, alors que "Here I Go Again" se voit paré d’atours à même de séduire les Etats-Unis avec ses variations de tempo et un Coverdale à nouveau en pleine démonstration. Rajoutez à cela l’imparable ballade mid-tempo "Is This Love" qui réussit à se faire envoutante sans sombrer dans la mièvrerie et dont la carrosserie mainstream est taillé pour le marché ricain, ainsi que qu’un "Children Of The Night" à la structure moins immédiate mais à l’efficacité sans faille et au refrain immédiat, et enfin un "Don’t Turn Away" clôturant l’ensemble sur une note plus mélancolique, et vous obtenez un album tout simplement incontournable.

David Coverdale a donc réussit son pari de conquérir l’Amérique du Nord, et il a également définitivement fait de Whitesnake son navire sur lequel il règne sans partage. Avec "Whitesnake" (ou "1987"), il impose également un changement de cap aussi brutal que majestueux et nous offre un album qui marquera le paysage du Hard-Rock pour les décennies à venir, même s’il ne manquera pas de créer la polémique au sein de sa fan-base.

P.S : A noter la présence de Tawny Kitaen dans tous les clips de cet album. Désormais Madame Coverdale, l’actrice et top-model était déjà connue dans le milieu en tant qu’ex petite amie de Robin Crosby (Ratt) et apparaissant sur les pochettes des 2 premiers albums ("Ratt" et "Out Of The Cellar") du combo californien.

Plus d'information sur http://whitesnake.com/redsite/index.asp



GROUPES PROCHES:
HOUSE OF LORDS, MICHAEL BORMANN, REVENGINE, ALFONZETTI, MOONSTONE PROJECT, LA FAMIGLIA SUPERSTAR, BAI BANG, VOODOO CIRCLE, HARD, CHRIS CATENA

LISTE DES PISTES:
01. Crying In The Rain - 5:36
02. Bad Boys - 4:07
03. Still Of The Night - 6:40
04. Here I Go Again - 4:35
05. Give Me All Your Love - 3:30
06. Is This Love ? - 4:45
07. Children Of The Night - 4:23
08. Straight From The Heart - 3:40
09. Don't Turn Away - 5:08


FORMATION:
Adrian Vandenberg (Guest): Guitares
Aynsley Dunbar: Batterie
Bill Cuomo : Claviers
David Coverdale: Chant
Don Airey: Claviers
John Sykes: Guitares
Neil Murray: Basse


TAGS:
80's, Accessible / FM
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
SHAKA - 10/05/2018 -
0 0
5/5
Une perle ! Voilà ce qu'est cet album ! Ou plutôt, devrais-je dire, un collier de perles. En effet, chaque chanson de ce CD est un tube en puissance. Bien sûr, il y aura les puristes qui vous diront qu'avec cet album, David Coverdale a vendu son âme au Dieu dollar, et ils n'auront pas tout à fait tort. Celui-ci s'est entouré d'une pléiade de musiciens américains reconnus, pour nous offrir une œuvre très calibrée Hard US, assez éloignée des précédentes réalisations, plus typiques d'un Hard britannique à tendance bluesy. Mais bon, personnellement, je ne vais pas m'en plaindre, car vous connaissez tous à présent mon penchant pour le Hard US des années 80. Et dans cette catégorie, ce "1987" est une bombe. "Is this Love" sera un énorme tube et chaque chanson vous rentre dans la tête pour ne plus en sortir. David Coverdale chante comme un Dieu : cajoleur et sexy sur les ballades ; hurleur sur les passages les plus Heavy. Bref, cet album est indispensable dans toute CDthèque, croyez-moi ! En plus, Axe Killer a réédité cet album en compagnie du suivant ("Slip of the Tongue", lui aussi excellent, peut être un poil moins bien, mais pas trop ; et avec le grand Steve Vai à la guitare, alors rien que pour ça...) dans un packaging luxueux de cuir noir. Et cette réédition est agrémentée de titres bonus, dont le splendide "Looking for Love". Alors je ne saurais que trop vous conseiller de vous pencher sur ce "1987" si vous ne connaissez pas WHITESNAKE, et vous succomberez aux mélodies et à la voix du Maître Coverdale ! Cet album est hautement recommandé aux fans de Jorn Lande (JORN, ARK, MASTERPLAN...) : vous verrez d'où il puise, vocalement, son inspiration.
LYNOTT - 30/09/2011 -
0 0
5/5
Un album référence ! Une bombe mélodique ! Le meilleur Whitesnake en ce qui me concerne.
Des moments de jouissance auditive avec Still Of The Night et son break mémorable, Is This Love et Here I Go Again et leurs volutes sensuelles ou Crying In The Rain et ses riffs décoiffants...et des moments de jouissance visuelle avec Tawny Kitaen dans les vidéos de l'époque !...
...une bombe je vous dis !
Mon confrère Lolo est un éclectique connaisseur...

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC WHITESNAKE
DERNIERE ACTUALITE
WHITESNAKE : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur WHITESNAKE
NOTES
4.5/5 (2 avis) 4.4/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BLACK STONE CHERRY: Black Stone Cherry (2006)
HARD ROCK MELODIQUE "Black Stone Cherry" est un condensé d'hymnes blues et rock, tous plus imparables les uns que les autres.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
RIOT: Immortal Soul (2011)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT WHITESNAKE
WHITESNAKE_Flesh--Blood
Flesh & Blood (2019)
4/5
4/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK
WHITESNAKE_The-Purple-Album
The Purple Album (2015)
3/5
-/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK
WHITESNAKE_Forevermore
Forevermore (2011)
4/5
3.7/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK MELODIQUE
WHITESNAKE_Good-To-Be-Bad
Good To Be Bad (2008)
4/5
3.5/5
SPV STEAMHAMMER / HARD ROCK MELODIQUE
WHITESNAKE_Live--In-The-Still-Of-The-Night
Live... In The Still Of The Night (2006)
4/5
-/5
AFM RECORDS / HARD ROCK MELODIQUE
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020