GROUPE/AUTEUR:

AGHORA

(ETATS UNIS)

TITRE:
AGHORA (2000)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
METAL PROGRESSIF

""
CHILDERIC THOR - 13.10.2011 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Encore sous le choc de l’onde libérée par la première offrande monumentale et éponyme de Gordian Knot deux ans plus tôt, nombreux sont ceux qui ont commis l’erreur de voir uniquement en Aghora le nouveau projet de Sean Malone, roi du stick bass et à la barre du Noeud Gordien, sinon la nouvelle collaboration de la section rythmique du légendaire et (alors) regretté Cynic, auteur du fameux Focus en 1993. En effet, outre Malone, Sean Reinert est donc lui aussi de la partie.

La présence de ces deux monstres sacrés de la technique a finalement causé presque plus de tort à Aghora qu’elle ne lui apporté de bénéfices, si ce n’est celui de l’exposition médiatique. Car ce groupe est en fait surtout le joujou du virtuose du manche Santiago Dobles dont on découvre alors la puissance du jeu, davantage que celui d’un Sean Malone dont la participation à ce galop d’essai s’est révélée plus que houleuse, en raison de sa tendance à trop vouloir imposer ses vues à une entreprise qui n’est pas la sienne.

Plus proche de Gordian Knot que de Cynic (point de death metal ici), Aghora emprunte le chemin bien peu balisé du metal progressif à chanteuse. Le groupe déroule une trame aérienne et techniquement époustouflante. Les amateurs d’onanisme musical vont donc jouir plus qu’à leur tour. Mais contrairement aux travaux de Malone par exemple, aussi réussis soient-ils, une émotion palpable respire de cet album, dont le vecteur est ce chant envoûtant de Danishta Rivero, que d’aucuns ont rapproché (à raison) de Anneke van Giesbergen, l’ex sirène de The Gathering. La jeune femme, loin de faire de la figuration, permet à ces compositions métissées, parfois aux confins de la musique ethnique (le long "Givatma" et son déluge de guitares) ou du free jazz, de s’envoler très haut et ce, en dépit, d’une rythmique souvent écrasante (le furieux "Rali Yuga", "Existence"). Dommage que la chanteuse ait depuis disparu, remplacée sur le disque suivant par une Diana Serra néanmoins tout aussi talentueuse.

Cet opus est un régal car il ne s’abîme jamais dans la démonstration stérile malgré le niveau technique écœurant des protagonistes en présence. C’est une œuvre protéiforme rare et unique, teintée de spiritualisme, qui dépasse largement le cadre du genre auquel elle s’arrime. A l’instar du Focus cité plus haut, Aghora a tout de l’ovni qui traverse le paysage musical pour laisser des résidus indélébiles dans la mémoire de ceux qui ont été témoin de son passage et dont on a longtemps cru qu’il resterait sans progéniture, ce que le tout aussi gigantesque Formless a infirmé pour notre plus grand bonheur.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/aghoraofficial



GROUPES PROCHES:
GORDIAN KNOT, ZERO HOUR, BOZZIO LEVIN STEVENS, REGENCY, TO-MERA, STEP IN FLUID, EXIVIOUS, CYNIC

LISTE DES PISTES:
01. Immortal Bliss - 04:52
02. Satya - 05:55
03. Transfiguration - 05:14
04. Frames - 07:09
05. Mind's Reality - 04:22
06. Kali Yuga - 05:37
07. Jivatma - 11:22
08. Existence - 06:28
09. Anugraha - 04:41


FORMATION:
Charlie Ekendahl: Guitares
Danishta Rivero: Chant
Santiago Dobles: Guitares
Sean Malone: Basse
Sean Reinert: Batterie


TAGS:
Chant féminin, Technique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC AGHORA
DERNIERE ACTUALITE
AGHORA: les détails sur 'Entheogenic Frequencies'
Toutes les actualités sur AGHORA
NOTES
2/5 (1 avis) 3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DEF LEPPARD: X (2002)
ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
NIGHTBRINGER: Hierophany Of The Open Grave (2011)
BLACK METAL Hierophany Of The Open Grave n'est sans doute pas le chef-d'oeuvre que beaucoup espéraient, il s'avère être cependant un gemme ténébreux hautement nocif et donc recommandable...
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AGHORA
AGHORA_ENTHEOGENIC-FREQUENCIES
Entheogenic Frequencies (2020)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
AGHORA_Formless
Formless (2006)
4/5
2/5
SEASON OF MIST / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020