GROUPE/AUTEUR:

AFTER FOREVER

(HOLLANDE)

TITRE:
DECIPHER (2001)
LABEL:
TRANSMISSION
GENRE:
METAL GOTHIQUE

""
CHILDERIC THOR - 10.11.2011 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Malgré la réussite artistique de Prison Of Desire, publié l'année précédente, c'est véritablement grâce à son successeur que After Forever va s'imposer dans la cour des grands du Sympho-Gothic-Metal. On peut même affirmer que le groupe, sous sa configuration classique c'est-à-dire fonctionnant avec le binôme Mark Jansen/Sander Gommans, y apparait (déjà) à son apogée. Tout est en place, les hymnes sont là, le charme et l'empathie pour une troupe de musiciens encore innocents, aussi.

S'il creuse un sillon identique à son aîné d'un an, Decipher l'amplifie par une prise de son plus enveloppée, donnant plus de corps et de puissance à une dimension orchestrale que le guitariste démissionnaire continuera d'explorer avec Epica alors que After Forever tendra, à partir de Exordium et Invisible Circles, à couler son identité dans une musique plus brute et réaliste tout en se voulant plus thrashy peut-être, évolution en demi-teinte qui lui permettra toutefois de se distinguer à la fois de son concurrent naturel et de la masse toujours plus grande des inévitables suiveurs qui ne manquera pas les années suivantes de tenter de se frayer un chemin dans son sillage.

Basé sur l'accouplement, certes éprouvé mais efficace, entre chant opératique féminin, celui de la sculpturale Floor Jansen, et sur les grognements de bête en rut de son homonyme dont on a cru - à tort - qu'ils étaient frère et sœur ou bien époux, auquel les Hollandais greffent des modelés symphoniques qui, loin d'en limer la puissance lui confère une ténébreuse beauté, l'opus déroule une trame redoutable qui sera ensuite reprise par Epica : une intro grandiloquente pour commencer ("Ex Cathedra"), un titre pêchu aux allures d'hymne instantané qui lui embraye le pas ("Monolith Of Doubt"), un final sombre et grandiose ("Forlorn Hope") et entre, une succession de pièces soit épiques (l'immense "My Pledge Of Allegiance", qu'ouvrent des arabesques orientales, "Estranged"), brulots plus ramassés ("Zenith", "Emphasis") et pause où toute l'émotion dont est capable la belle éclate au grand jour ("The Key").

Aucune baisse de régime, aucun remplissage durant ce Decipher dont on peut estimer, sans prendre trop de risque, qu'il reste ce que le groupe a fait de mieux (avec son testament de 2007) et qu'il peut être envisagé comme une des pierres angulaires du genre avec bien entendu, The Phantom Agony de qui vous savez. Si l'on peut regretter que l'association aussi inspirée que complémentaire entre les deux guitaristes ait été (trop) éphémère, aboutissant à une implosion certainement inévitable eu égard aux directions musicales que les deux protagonistes emprunteront par la suite, mais survenue cependant bien trop vite, la scission de ces deux fortes individualités accouchera à la fois d'une seconde formation de qualité (Epica pour ne pas la nommer) et d'un After Forever aux atours différents, plus modernes mais non moins intéressants.

Plus d'information sur http://www.afterforever.com/



GROUPES PROCHES:
AMARTIA, BRAVE, TRISTANIA, ANDROID SOUL, TYSTNADEN, KELLS, LACUNA COIL, TRILLIUM, WITHIN TEMPTATION, TO-MERA

LISTE DES PISTES:
01. Ex Cathedra - 02:02
02. Monolith Of Doubt - 03:32
03. My Pledge Of Allegiance - The Sealed Fate - 06:24
04. Emphasis - 04:20
05. Intrinsic - 06:44
06. Zenith - 04:21
07. Estranged (a Timeless Spell) - 06:56
08. Imperfect Tenses - 04:07
09. My Pledge Of Allegiance #2 - The Tempted Fate - 05:07
10. The Key - 04:48
11. Forlorn Hope - 06:20


FORMATION:
Andre Borgman: Batterie
Floor Jansen: Chant
Lando van Gils: Claviers
Luuk Van Gerven: Basse
Mark Jansen: Chant / Guitares
Sander Gommans: Chant / Guitares


TAGS:
Chant féminin, Chant grunt/growl
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC AFTER FOREVER
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
KANSAS: Always Never The Same (1998)
ROCK PROGRESSIF Compilation de titres anciens arrangés pour un orchestre symphonique. A vouloir se faire plaisir en versant dans la mode de la démesure, Kansas a ici la plupart du temps perdu son âme, celle d’un groupe de rock progressif.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MOTLEY CRUE: Dr. Feelgood (1989)
HARD ROCK
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AFTER FOREVER
AFTER-FOREVER_After-Forever
After Forever (2007)
4/5
4/5
NUCLEAR BLAST / HEAVY METAL
AFTER-FOREVER_Remagine
Remagine (2005)
2/5
2/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL MELODIQUE
AFTER-FOREVER_Invisible-Circles
Invisible Circles (2004)
4/5
-/5
TRANSMISSION / METAL GOTHIQUE
AFTER-FOREVER_Exordium
Exordium (2003)
3/5
-/5
TRANSMISSION / METAL GOTHIQUE
AFTER-FOREVER_Prison-Of-Desire
Prison Of Desire (2000)
4/5
3/5
TRANSMISSION / METAL GOTHIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020