GROUPE/AUTEUR:

DORIS NORTON

(ITALIE)

TITRE:
RAPTUS (1981)
LABEL:
BLACK WIDOW
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
CHILDERIC THOR - 24.02.2012 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Si le premier nom qui vient à l'esprit en évoquant Antonius Rex et son faux frère jumeau Jacula, est celui de son guitariste et âme noire Antonio Bartoccetti, on ne saurait pour autant minimiser le rôle ainsi que le talent de sa fidèle complice, Doris Norton. Sorte de version féminine et italienne de Klaus Schulze, la belle s'est lancée dans une hallucinante carrière solo à partir de 1980, se posant en pionnière de la musique électronique assistée par ordinateur, allant jusqu'à se faire sponsoriser par Apple (?) et à devenir consultante pour IBM !

De fait, toute son oeuvre est bâtie autour d'une recherche, d'une exploration du son informatisé, passion obsessionelle qui trouve sa plus parfaite représentation avec ces clichés où la jeune femme trône au milieu de synthétiseurs et d'ordinateurs. Un peu comme Schulze à la même époque, celle de la trilogie Dig It/Trancefer/Audendity. Et si elle ne possède pas le génie visionnaire et la démesure du teuton, des travaux tels que Personal Computer (1984) ou Automatic Feeling (1986) dévoilent une véritable artiste car elle y développe un univers aussi personnel que cohérent dans sa démarche.

Faisant peau neuve pour son trente et unième anniversaire grâce au label Black Widow, Raptus est son troisième album en solitaire, après Under Ground (1980) et Parapsycho (1981). Court opus ou long EP de moins d'une demie heure, il témoigne à merveille de cette quête visant à utiliser l'ordinateur quasiment comme un instrument à part entière. Avec son déluge de nappes électroniques et de sons analogiques, les mauvaises langues argueront - à tort ou à raison - que Raptus a mal vieilli, un peu à l'instar des albums de Schulze cités plus haut, qui restent, il est vrai, moins intemporels que leurs aînés des années 70.

Mais cela n'empêche pas ces cinq pistes (seulement) de se révéler passionnantes de bout en bout, majoritairement instrumentales et pilotées par une Doris Norton en état de grâce. Inspirée par sa muse informatique, elle tricote un maillage souvent hypnotique, répétitif, annoncant en cela la vague Techno Trance qu'elle contribuera plus tard à développer, auquel viennent se greffer la guitare singulière d'Antonio Bartoccetti ("Drugraptus") ou une batterie synthétique taillée pour les dancefloors ("Erosraptus"). Toujours dynamique, le programme défile très vite, depuis le gigantesque "Psychoraptus" que rythme la voie extra-terrestre de la maîtresse des lieux jusqu'au planant "Doris Norton Lab", moins rapide que ses prédécesseurs qui dégorgent des effluves torrentielles de minimoogs.

Cette reine de la scène progressive italienne mérite de ne pas être oubliée. Quoi de mieux pour cela et pour lui rendre l'hommage justifié que de (re)découvrir ce Raptus étincelant dont on ne remerciera jamais assez Black Widow de l'avoir dépoussiéré...

Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
KLAUS SCHULZE, ANTONIUS REX, JACULA

LISTE DES PISTES:
01. Psychoraptus - 04:27
02. Raptus - 03:56
03. Drugraptus - 07:03
04. Erosraptus - 07:48
05. Doris Norton Lab - 06:15


FORMATION:
Antonio Bartoccetti: Guitares
Doris Norton: Chant / Claviers
Lorenz Schulze:
Tullio De Piscopo:


TAGS:
80's, Instrumental
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
PASCALJ - 26/02/2012 -
0 0
2/5
Je crois que je vais être mauvaise langue ;) Je trouve effectivement que ça a vieilli, à la longue, l'écoute devient vite lassante. J'ai l'impression de me retrouver quelques années en arrière en train de jouer sur mon Atari 520st.
Pour remonter le temps, il suffit d'écouter le titre Raptus qui n'est pas sans évoquer le hit PopCorn de 1969.
Pour les fans de musique électronique, pour ma part, agréable mais sans plus.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC DORIS NORTON
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
FLYING COLORS: Flying Colors (2012)
ROCK La collaboration à l’origine de Flying Colors est fructueuse car les orientations progressives propres à beaucoup de membres du groupe se sont effacées devant une composition plus directe, aussi bien pop, folk, rock que metal.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
PRIMARY SLAVE: Another Mark Is Drawn (2012)
ROCK INDÉ
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DORIS NORTON
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020