.
.
GROUPE/AUTEUR:

TIN SCRIBBLE

(ETATS UNIS)

TITRE:
UNLIVE FROM A DEAD CITY (2011)
LABEL:
GLASS ONYON
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Tin Scribble est ici peu original et assez brouillon : la veine mélodique fait cruellement défaut tout au long de l’album, et les musiciens sont bien souvent peu inspirés."
ABADDON - 04.04.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
1/5
Second album des Américains de Tin Scribble, “Unlive From a Dead City” reprend pour partie les titres de leur opus précédent paru 6 ans auparavant, “Children of saturn”, puisque 6 titres (sur 14 ...) sont des remixes. Le style a donc peu évolué, restant dans un registre de rock progressif plutôt dynamique, basé sur les guitares plutôt que sur les claviers qui ne font quasiment ici que de la figuration.

Ne cherchez pas ici les grandes envolées lyriques et le romantisme instrumental : le fond du propos est résolument rock, tenu par des riffs de guitare assez incisifs mais pas assez agressifs pour orienter le style vers le metal. Vous trouverez également quelques relents psychédéliques, à l’image d’un ‘Throwing Glances’, deux plages acoustiques à la guitare (‘Corrinia’, plutôt erratique, et ‘Guitaristic at Ease’, plus structuré et pas mal réussi dans un style flamenco), ainsi qu’une ballade déclinée sous deux versions, dont l’une plus orchestrale avec des cordes, plus aboutie et réussie que la version acoustique.

Autant le dire, le style de Tin Scribble est peu original et assez brouillon : la veine mélodique fait cruellement défaut tout au long de l’album, et les musiciens sont bien souvent peu inspirés. Les claviers sont réduits à un bien pâle second rôle, et quand ils se mettent en vedette, ils se montrent plutôt faiblards (splendide fausse note à 38 secondes dans ‘Invisible Sun’, une reprise de Police impitoyablement dénaturée, de laquelle le groupe a retiré - on se demande pourquoi - le gimmick vocal particulièrement accrocheur aux chœurs). La batterie est tristement scolaire, et la basse, volontiers maladroite (‘Without’, ‘For a While’, ...). Quant aux guitares, leur registre rythmique envahit bien trop souvent l’espace sonore, étouffant toute sensibilité alors que les soli bien peu transcendants se voient parasités d’effets stéréo gauche-droite oubliés depuis les années 70 ....

Si originalité il y a, il faut la rechercher coté micro : et là, je ne suis pas sûr que Michaël Moore soit un atout vocal de premier plan. Outre le fait que j’ai trouvé son timbre vocal particulièrement horripilant, il a un don remarquable pour fluctuer autour des notes justes, ce qui apporte une coloration très singulière, surtout perceptible sur les passages calmes : l’intro de ‘Vox pupluli, Vox Dei’, ou le phrasé sur ‘Wake’ ont -entre autres - bien du mal à passer ...

Devant tant de défauts, la patience de l’auditeur est soumise à rude épreuve, d’autant que certains passages culminent dans la laideur (seconde moitié de ‘For a While’) et démobilisent définitivement le persévérant qui se demande bien qui cet opus pourra séduire, car ni l’amateur de mélodies, ni le féru de technique instrumentale, ni même l’aficionado d’ambiances progressives élaborées n’y trouveront leur compte. A ranger dans le rayon “à oublier”...

Plus d'information sur http://www.tinscribble.com/



GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
01. Schizophonia - 01:41
02. Abandon - 06:11
03. Corinnia - 01:53
04. Without - 05:39
05. Voxpopuli Voxdei - 03:19
06. Wake (acoustic) - 03:00
07. Separate Silence - 05:09
08. Invisible Sun - 06:37
09. Breakable - 07/50
10. Guitaristic At Ease - 04:33
11. Bleak - 06:00
12. For A While - 09:16
13. Throwing Glances - 07:59
14. Wake (live With Strings) - 07:48


FORMATION:
Danielle Collen: Chant / Basse
Michael Moore: Chant / Guitares / Claviers
Ryan Looney: Batterie
Todd Richardson: Guitares


TAGS:
-
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC TIN SCRIBBLE
NOTES
- /5 (0 avis) 1/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
JEFF SCOTT SOTO: Damage Control (2012)
HARD ROCK MELODIQUE Monsieur Soto a plutôt réussi son coup avec son cinquième opus solo
 
CHRONIQUE SUIVANTE
SKIP THE USE: Can Be Late (2012)
ROCK ALTERNATIF
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TIN SCRIBBLE
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020