.
.
GROUPE/AUTEUR:

BAD ENGLISH

(ETATS UNIS)

TITRE:
BAD ENGLISH (1989)
LABEL:
EPIC
GENRE:
A.O.R.

""
LOLOCELTIC - 13.04.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Les super-groupes se succèdent en cette fin des années 80, et après House Of Lords, Giant ou Mr. Big, voici Bad English, quintet dont sont à l’origine John Waite (The Babys) et Jonathan Cain (Journey), le premier amenant dans ses valises le bassiste Ricky Philipps, et le second réussissant à convaincre Neal Schon de l’accompagner dans l’aventure. Ajoutez à cette troupe étoilée le jeune batteur Deen Castronovo, qui a déjà sévit auprès de Tony McAlpine et Marty Friedman, et vous obtenez une formation à priori sans faille, d’autant que la production de ce premier album éponyme est confiée à Richie Zito et que des pointures telles que Mark Spiro, Diane Warren, David Robert et Todd Cerney apportent leur contribution à l’écriture de plusieurs titres.

Et de faille il n’y a point, car c’est bien un monument de l’AOR que nous délivre cette association de bienfaiteurs. Couvrant un large spectre des différents ingrédients du style, Bad English est tout aussi bien capable de dégainer un hymne puissant et dynamique à l’intro grandiloquente ("Best Of What I Got") qu’une ballade taillée pour cartonner sur les radios du monde entier ("When I See You Smile"), en passant par un AOR accrocheur à la basse groovy ("Heaven Is A 4 Letter Word") ou une Heavy-Blues-Rock cru et direct ("Rockin’ Horse"), et toujours avec la même classe. Il faut dire que chaque titre est porté par la voix chaude et légèrement voilée d’un John Waite au feeling à fleur de peau, les claviers et piano d’un Jonathan Cain garant des ambiances, et un Neal Schon jamais envahissant mais à la précision chirurgicale. Quant à la section rythmique, c’est une véritable assurance tous risques, base solide des mélodies également capable de participer à la création des atmosphères, comme cette basse sombre sur un "Forget Me Not" traduisant la folie et le désespoir en alternant couplet brumeux et refrains explosifs, ou cette batterie menant la barque sur le mid-tempo mélancolique "Ghost In Your Heart".

"Bad English", c’est un peu comme une grande enseigne de luxe dont chaque rayon regorge des meilleurs articles. Les ballades sont en nombre mais toujours de la meilleure qualité sans pour autant noyer les reste de l’album, qu’elles soient délicates ("Possession") ou plus hymniques ("Price Of Love" digne des meilleurs Aerosmith). L’AOR est dynamique et toujours doté de refrains imparables ("Tough Time Don’t Last"), se parant parfois d’atours Pop-Rock dignes de Bryan Adams ("The Restless Ones"), mais étant également capable de basculer vers un rock plus vigoureux comme Foreigner sait le faire à ses meilleurs moments ("Ready When You Are"). Le Big-Rock US est représenté lui-aussi avec un "Lay Down" catchy, alors que la ballade mid-tempo "Don’t Walk Away" intègre des couleurs Pop-British, à la fois légère et rythmée.

Difficile de se relever indemne d’un tel festival de mélodies et de refrains irrésistibles, d’un tel feu d’artifice d’émotions et d’une telle démonstration artistique. Bad English est digne de son appellation de super-groupe et nous offre un incontournable du genre dès son premier album. Pas la peine de vous proclamer fan de ce style musical si vous ne possédez pas ce petit chef d’œuvre au sein de votre cd thèque, et s’il en fait partie, impossible de ne pas le passer régulièrement sur vos différentes platines. Monumental !

Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
SHY, JOURNEY, DARE, WIGELIUS, STRANGEWAYS, OVERLAND, FOREIGNER, HEADLINE, NEAL SCHON, BON JOVI

LISTE DES PISTES:
01. Best Of What I Got - 4:40
02. Heaven Is A 4 Letter Word - 4:45
03. Possession - 5:08
04. Forget Me Not - 4:58
05. When I See You Smile - 4:20
06. Tough Times Don't Last - 4:41
07. Ghost In Your Heart - 4:45
08. Price Of Love - 4:47
09. Ready When You Are - 4:20
10. Lay Down - 4:38
11. The Restless Ones - 5:23
12. Rockin' Horse - 5:31
13. Don't Walk Away - 4:29


FORMATION:
Deen Castronovo: Batterie
John Waite: Chant
Jonathan Cain: Claviers
Neal Schon: Guitares
Ricky Phillips: Basse


TAGS:
Accessible / FM
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC BAD ENGLISH
NOTES
5/5 (1 avis) 4.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
JOE BONAMASSA: Sloe Gin (2007)
BLUES Un Blues schizophrénique qui mêle habillement acoustique et électrique.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE STRANGLERS: Giants (2012)
ROCK
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BAD ENGLISH
BAD-ENGLISH_Backlash
Backlash (1991)
4/5
-/5
EPIC / A.O.R.
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020