MW / Accueil / Chroniques / THE ROLLING STONES: Bridges To Babylon
GROUPE/AUTEUR:

THE ROLLING STONES

(ROYAUME UNI)

TITRE:
BRIDGES TO BABYLON
ANNEE PARUTION:
1997
LABEL:
EMI
GENRE:
ROCK
""
LOLOCELTIC - 27.04.2012 -
Après quelques années d’errances, "Voodoo Lounge" et "Stripped" nous avaient rassurés quant à la santé des Stones. Pourtant en coulisses, la fracture ne fait que s’accentuer entre le dandy Mick Jagger d’un côté, et le gardien du temple Keith Richards de l’autre, ce dernier pouvant compter sur le soutien du fidèle Charlie Watts. A l’aube de l’enregistrement de ce "Bridges To Babylon", cette différence d’approche artistique se fait sentir, Jagger souhaitant faire appel aux tenants de la mode du moment, à savoir les Dust Brothers (Beastie Boys, Eels, Beck…), alors que Richards n’y tenant pas plus que ça, leur met une ribambelle de coproducteurs dans les pattes avec Don Was, Rob Fraboni ou Pierre de Beauport. Voilà une belle ambiance qui laisse augurer d’un beau foutoir !

Pourtant, les Glimmer Twins réussissent tant bien que mal à maintenir le navire à flot, même si la cohérence n’est pas la principale qualité de ce nouvel opus à la liste d’intervenants aussi longue que l’annuaire téléphonique de la Californie. En effet, blues, rock, reggae, FM, trip-hop et électro se mélangent tout au long des 13 titres qui composent "Bridges To Babylon", offrant une recette qui ne prend pas toujours. Heureusement, Keith reste le maitre incontesté du riff imparable et les Stones sont toujours intouchables lorsque qu’ils nous dégainent quelques cartouches de la trempe de l’entrainant "Flip The Switch" au groove de batterie irrésistible, d’un "Low Down" AC/DCien, ou du classique mais catchy "Too Tight". Les collaborations avec les Dust Brothers accouchent également de quelques titres intéressants, "Gunface" incorporant avec succès quelques éléments funky alors que "Saint Of Me" débute en douceur avant de monter en puissance vers un rock finement ciselé et accrocheur. Même le single "Anybody Seen My Baby" s’en sort avec les honneurs malgré l’incorporation de samples d’un goût moyen, et ceci grâce à un Mick Jagger enjôleur sur les couplets, et un refrain obsédant qui a valu à K.d. Lang d’être créditée en raison de similitudes avec une de ses chansons intitulée "Constant Craving".

En contrepartie, cette association nous inflige un "Might As Well Get Juiced" immonde. Ce qui aurait pu être un bon vieux blues se retrouve noyé dans une mélasse électro indigeste alourdie par les grommellements d’un Jagger victime de son jeunisme incompatible à l’esprit originel des Stones. Heureusement, ce titre est le seul à réellement sombrer, même si "Out Of Control" est dispensable sans être désagréable, et que Keith nous balance un reggae aussi décalé qu’attachant ("You Don’t Have To Mean It"), séquelle de ses collaborations avec les Wingless Angels. Sans être originales, les ballades restent agréables ("Already Over Me", "Always Suffering") et le légendaire guitariste nous délivre une fin d’album gorgée de feeling avec son chant sincère et écorché, le temps d’un "Thief In The Night" hyper bluesy et d’un "How Can I Stop" sur lequel Keith miaule et ronronne dans une ambiance digne de confidences au comptoir d’un bon bar Blues à l’heure de la fermeture. Nouvel exemple de l’ambiance délétère entre les 2 leaders, il aura fallu toute la diplomatie de Don Was pour permettre à ce dernier titre d’être présent sur l’album. En effet, Mick Jagger n’acceptant pas qu’un troisième titre chanté par Richards puisse apparaitre, la solution d’enchainer les deux derniers morceaux en un seul permettra à tout le monde de s’en sortir avec les honneurs.

Echappant de peu à la sortie de route, malgré ce que quelques jaloux au talent trop limité pour être supporté pourront en dire, "Bridges To Babylon" n’en est pas moins un album manquant de cohérence et prouvant que les Stones ne sont jamais meilleurs que lorsqu’ils sont eux-mêmes. Ce que Jagger n’a pas réussi en solo ne marche pas non plus lorsqu’il essaye de l’imposer à ses compères, d’autant que le caractère bien trempé de ces derniers ne lui facilite pas la tâche. Il n’empêche que les fans peuvent remercier Keith Richards pour sa détermination qui permet de sauver un chef d’œuvre en péril !

Plus d'information sur http://www.rollingstones.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
LED ZEPPELIN, UFO, GUNS'N'ROSES, THE BLACK CROWES, COLD CHISEL, DRIVING DEAD GIRL, BILLY SQUIER, JOE CASSADY AND THE WEST END SOUND, NEW YORK DOLLS, THE GRAY LIONS

LISTE DES PISTES:
01. Flip The Switch - 3:27
02. Anybody Seen My Baby ? - 4:31
03. Low Down - 4:26
04. Already Over Me - 5:24
05. Gunface - 5:02
06. You Don't Have To Mean It - 3:44
07. Out Of Control - 4:43
08. Saint Of Me - 5:15
09. Might As Well Get Juiced - 5:23
10. Always Suffering - 4:44
11. Too Tight - 3:37
12. Thief In The Night - 5:16
13. How Can I Stop - 6:54


FORMATION:
4 & 7): Basse / Claviers / Piano
7 & 8): Basse / Claviers
Benmont Tench (Tracks 4 & 10): Claviers / Piano
Billy Preston (Track 8): Basse
Charlie Watts: Batterie
Clinton Clifford (Track 6): Claviers / Piano
Danny Saber (Tracks 5 & 7): Basse
Darryl Jones (Tracks 6: Basse
Don Was (Tracks 2: Basse / Claviers / Piano
Doug Wimbish (Track 9): Basse
Jamie Muhoberac (Tracks 2: Basse / Claviers
Jeff Sarli (Tracks 1: Basse
Keith Richards: Chant / Guitares / Basse / Piano
Me’Shell Ndegéocello (Track 8): Basse
Mick Jagger: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Harmonica
Pierre De Beauport (Tracks 8 & 12): Basse / Claviers / Piano
Ron Wood: Guitares
Waddy Wachtel: Guitares


TAGS:
Accessible / FM, Bluesy, Groovy
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC THE ROLLING STONES
DERNIERE ACTUALITE
Les Rolling Stones inaugurent la U Arena
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant THE ROLLING STONES
 
NOTES
 
3/5 (1 avis)
- /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT THE ROLLING STONES
 
THE-ROLLING-STONES_Blue--Lonesome Blue & Lonesome (2016)
POLYDOR / ROCK
THE-ROLLING-STONES_A-Bigger-Bang A Bigger Bang (2005)
EMI / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Bridges-To-Babylon Bridges To Babylon (1997)
EMI / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Stripped Stripped (1995)
VIRGIN / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Voodoo-Lounge Voodoo Lounge (1994)
VIRGIN / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Emotional-Rescue Emotional Rescue (1980)
POLYDOR / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Some-Girls Some Girls (1978)
POLYDOR / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Black-And-Blue Black And Blue (1976)
AUTOPRODUCTION / ROCK
THE-ROLLING-STONES_It-s-Only-Rock-n-Roll It's Only Rock'n'roll (1974)
VIRGIN / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Goats-Head-Soup Goats Head Soup (1973)
ATLANTIC RECORDS / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Exile-On-Main-St- Exile On Main St. (1972)
POLYDOR / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Sticky-Fingers Sticky Fingers (1971)
ATLANTIC RECORDS / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Let-It-Bleed Let It Bleed (1969)
EMI / ROCK
THE-ROLLING-STONES_Beggars-Banquet Beggars Banquet (1968)
DECCA / ROCK
THE-ROLLING-STONES_The-Rolling-Stones-N°2 The Rolling Stones N°2 (1965)
DECCA / ROCK
THE-ROLLING-STONES_The-Rolling-Stones The Rolling Stones (1964)
DECCA / ROCK
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020