GROUPE/AUTEUR:

BURZUM

(NORVÈGE)

TITRE:
UMSKIPTAR (2012)
LABEL:
CANDLELIGHT
GENRE:
BLACK METAL

""
CHILDERIC THOR - 25.04.2012 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
La timide réconciliation entre Burzum et ses détracteurs n'aura été que de courte durée, celle de From The Depths Of Darkness, entreprise pourtant douteuse de ré-enregistrement de titres extraits du premier méfait éponyme ainsi que de Det Som Engang Var et dans laquelle quelques naïfs ont cru (voulu ?) déceler un indice quant à la teneur du successeur de Fallen, oubliant un peu vite que ces relectures furent en réalité capturées non pas courant 2011 mais en mars 2010 soit peu après la libération de Varg Vikernes pour qui cet exercice était aussi une manière de s'échauffer, de retrouver ses marques après tant d'années passées derrière les barreaux.

Contre toute attente, Umskiptar s'inscrit dans la continuité directe de ses deux aînés post période carcérale... Sans toutefois n'en être qu'une simple copie. C'est tout le talent du Norvégien qui, sur le socle plus ou moins identique que Belus a façonné, tant d'un point de vue formel que conceptuel, forge un art qui encore une fois n'appartient qu'à lui, singularité pouvant s'expliquer par son isolement vis à vis d'une scène Black Metal avec laquelle il ne se sent plus aucune affinité. De fait, malgré leurs imperfections, ces trois albums, à la fois proches les uns des autres mais néanmoins différents, forment une trilogie passionnante en cela qu'elle ne permet aucune filiation, aucune comparaison avec une musique existante.

A l'atmosphérique et souvent hypnotique Belus puis au rapide et furieux Fallen succède donc déjà Umskiptar, oeuvre plus posée, plus contemplative aussi, qui semble vouloir gommer les derniers oripeaux d'un glorieux passé lugubre. D'aucuns le jugeront encore une fois pauvre et vierge d'inspiration, ultime clou d'un cercueil duquel ils estiment que Vikernes n'aurait peut-être jamais dû sortir. Il est cependant vrai que, une fois le disque ouvert avec "Joln", le titre le plus accessible dans sa plastique proche de "Belus' Dod" et "Jeg Faller", l'écoute peut décevoir, Burzum privilégiant à partir du lancinant "Alfadanz" un traitement d'une trompeuse simplicité, basé sur quelques accords répétés à l'infini et des paroles davantage scandées que chantées, par la voix rauque du maître des lieux au point de donner l'impression que pour celui-ci, désormais chamane nordique et païen en même temps que guerrier médiéval, le concept l'emporte sur une musicalité peu évidente. Qu'elles soient longues ("Gullaldr") ou plus courtes ("Heiðr"), ces compositions pourront de prime abord paraître insignifiantes, tournant à vide.

Mais comme ce fut le cas de Belus et plus encore de Fallen dont seules de multiples écoutes ont fini par en dévoiler l'essence profonde, Umskiptar ne s'offre pas dès le premier contact, loin s'en faut. Immense, son pouvoir d'ensorcellement s'impose par petites touches. D'abord imperceptibles, les détails surgissent peu à peu (cette basse qui n'a jamais aussi bien sonné, ce break surprenant fissurant "Alfadanz"), tandis que, bien que simples, les riffs de Vikernes suintent toujours autant de décrépitude, témoin ce "Surtr Sunnan" d'un désespoir absolu.

Poursuivant le travail vocal entamé avec l'opus précédent, l'homme coule cette fois-ci ce chant qui en fera fuir beaucoup, avec nettement plus de réussite, dans cet art qui n'a désormais de Black Metal plus que le nom et une inspiration mythologique. Cette qualité éclate lors du lent "Valgaldr", plainte d'une triste beauté où le Norvégien démontre toute la puissance émotionnelle dont il peut être capable.

S'il sera certainement autant incompris que ses récentes dévancières, gageons que Umskiptar est une oeuvre appelée à être un jour réévaluée à sa juste valeur. Artiste sincère, Varg Vikernes a, comme il avait déjà su le faire à l'époque de Lvis Lysett Tar Oss ou Filosofem, puis en prison avec le dyptique Dauði Baldrs et Hliðskjálf, créé une signature extrêmement personnelle qui sera peut-être reprise par la suite par nombre de suiveurs se réclamant de son art...

Plus d'information sur http://www.burzum.org



GROUPES PROCHES:
AKITSA, BLAZE OF SORROW, FURZE, NACHT, MOON (AUST), DREVO, SATANIC WARMASTER, MORTUALIA, ASOFY, DODSFERD

LISTE DES PISTES:
01. Blóðstokkinn - 01:16
02. Jóln - 05:51
03. Alfadanz - 09:22
04. Hit Helga Tré - 06:51
05. Æra - 03:58
06. Heiðr - 03:02
07. Valgaldr - 08:03
08. Galgviðr - 07:16
09. Surtr Sunnan - 04:14
10. Gullaldr - 10:20
11. Níðhöggr - 05:00


FORMATION:
Varg Vikernes: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie

TAGS:
Chant grunt/growl, Mélancolique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
HIZIA - 11/06/2012 -
0 0
1/5
C'est définitif: j'ai perdu tout espoir que Varg Vikernes sorte à nouveau un bon album de Burzum. Objectivement, c'est mauvais. Rien d'intéressant ni d'émouvant, une insipidité rare pour du black metal... Et encore! Si Burzum était encore du black metal! Non, aujourd'hui l'entité du Count Grishnack n'est plus qu'un royaume rébarbatif et ennuyeux. Le plus attristant, c'est de savoir que c'est le même homme qui a composé des albums incroyables comme "Burzum", "Filosofem" et "Hvis Lyset Tar Oss" qui crée aujourd'hui ces choses du nom de "Fallen", "Belus", "From The Depths Of Darkness" (prononcer "foutage de gueule") et le dernier, "Umskiptar". Le génie de Vikernes aurait -il définitivement quitté ce dernier? Je le crains fort...
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC BURZUM
DERNIERE ACTUALITE
Burzum: Umskiptar
Toutes les actualités sur BURZUM
NOTES
2/5 (1 avis) 2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
GALAHAD: Battle Scars (2012)
ROCK PROGRESSIF
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KORPIKLAANI: Tales Along This Road (2006)
PAGAN/VIKING METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BURZUM
BURZUM_The-Ways-Of-Yore
The Ways Of Yore (2014)
3/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / AUTRES
BURZUM_Sôl-Austan-Mâni-Vestan
Sôl Austan, Mâni Vestan (2013)
3/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / AUTRES
BURZUM_From-The-Depths-Of-Darkness
From The Depths Of Darkness (2011)
4/5
3/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / BLACK METAL
BURZUM_Fallen
Fallen (2011)
4/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / BLACK METAL
BURZUM_Belus
Belus (2010)
5/5
-/5
BYELOBOG PRODUCTIONS / BLACK METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020