ARTISTE:

DISSECTION

(SUÈDE)
TITRE:

STORM OF THE LIGHT'S BANE

(1995)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Chant éraillé, Epique
""
HIZIA (09.05.2012)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Malgré une promotion totalement inexistante, et par conséquent, un succès commercial très mitigé de "The Somberlain" en 1993 (quelques 8000 exemplaires…), Dissection a cependant réussi à répandre son nom de façon assez spectaculaire, ce qui peut sembler un véritable paradoxe. En effet, le groupe s’est imposé et a tenté à tout prix de s’extirper de la masse de black-métal scandinave de l’époque, au moyen d’idéologies satanistes toujours plus extrêmes développées par son leader, Jon Nodtveidt. Alors que "The Somberlain" attestait déjà d’un personnalité très particulière, remarquée par son côté mélodique et assez technique (chose très rare à l’époque!), les quatre cavaliers de l’Apocalypse anti-cosmique ne lâchent pas le morceau et composent donc "Storm Of The Light’s Bane". Enfin, Jon Nodtveidt compose "Storm Of The Light’s Bane", aidé de Johan Norman (successeur de John Zwetsloot), Peter Palmdahl et Ole Ohman. Paru en 1995, ce deuxième assaut sort sous la tutelle du gigantesque Nuclar Blast Records. La maison de disque n’a sans doute pas regretté ce contrat malgré une situation financière alors désastreuse, car encore aujourd’hui, "Storm Of The Light’s Bane" est considéré par tous comme un chef-d’œuvre et une référence ultime du genre. C’est bien en effet une pièce de maître que nous avons là, une merveille intemporelle et immortelle, le bijou de Dissection. Et ce n’est pas juste le suicide de Jon en 2006 qui aura permis à cet opus d’atteindre le statut culte qu’il possède.

Là où "The Somberlain" était plus ou moins brouillon et moins expressif, Jön Nodtveidt pousse ici la puissance de la composition black-metal à son paroxysme. Alors que le leader n’en était qu’au début de son parcours idéologique et théologique, les textes sont ici la preuve d’une grande maturité acquise en l’espace de deux ans seulement, pour la bonne raison que les paroles ne sont plus cette simple adoration diabolique banale! Ici, les textes développent tout un univers lyrique, un monde à part, mené par une voix suprême, totalement possédée. Cette dernière se mêle à merveille à la technicité, l’élégance et la beauté des compositions instrumentales glaciales, noyées dans une légère ambiance death-metal qui apporte une consistance hors-normes à l’ensemble. Cette ambiance inimitable, présente sur tout l’album, n’aurait pas pu être crée sans cette richesse musicale et émotionnelle, portée par de nombreux changements de rythmes et d’incroyables interludes acoustiques en plein milieu des morceaux et sans lesquels la magie que dégage "Storm Of The Light’s Bane" aurait été moindre.

Le tout est ici au service d’hymnes imparables, et pas le moindre morceau n'est à jeter! Entre l’énergie de "Night’s Blood", la plongée dans l’obscurité que représente "Unhallowed", ou encore "Thorns Of Crimson Death", plus grand moment de l’album, où la mélancolie rime avec sauvagerie, ce voyage à travers des plaines enneigés, des montagnes, des forêts sombres, ne semble jamais vouloir s'arrêter. Ce dernier titre est sans aucun doute la plus grosse réussite artistique de Dissection! L’album se clôt sur "No Dreams Breed In Breathless Sleep", simple plage épurée, relativement courte, au piano, dont la tristesse et la mélancolie qui se dégagent sont infinies.

Alors que la porte du succès et de la reconnaissance unanime s’ouvrait enfin grand devant Dissection, tout bascule en juillet 1997. Jon et un de ces ami, Vlad, tuent à coups de feu un jeune homosexuel dans un parc de Göteborg. La tête pensante de Dissection écope donc de huit années d’incarcération. Le groupe est dissout, pour ne vivre que dans l’esprit de son leader et le cœur de nombreux fidèles à travers le monde. Dissection aura donc pris la peine de nous laisser une perle inoubliable avant ce drame et ces huit années de mise entre parenthèses. Tout est dit sur ce disque immortel: jamais Dissection ne livrera un autre essai d’une telle perfection. La Flamme Noire n’était alors pas encore totalement éteinte !


Plus d'information sur http://dissection.se/



GROUPES PROCHES:
MARDUK, EMPEROR, GORGOROTH, WATAIN


LISTE DES PISTES:
01. At The Fathomless Depths – 1:56
02. Night's Blood – 6:41
03. Unhallowed – 7:28
04. Where Dead Angels Lie – 5:53
05. Retribution - Storm Of The Light's Bane – 4:51
06. Thorns Of Crimson Death – 8:06
07. Soulreaper – 6:56
08. No Dreams Breed In Breathless Sleep – 1:26

FORMATION:
Alexandra Balogh: Piano
Johan Norman: Guitares
Jon Nödtveidt: Chant / Guitares
Ole Öhman: Batterie
Peter Palmdahl: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (2 avis)
STAFF:
4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
AUBURN: Indian Summer (2012)
POP -
ARBOR IRA: Meine Träume, Vergangene... (2010)
DOOM -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021