.
.
GROUPE/AUTEUR:

SULA BASSANA

(ALLEMAGNE)

TITRE:
THE NIGHT (2009)
LABEL:
SULATRON
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
CHILDERIC THOR - 14.05.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Quand il ne promène pas son talent chez Zone Six ou Electric Moon, pour ne citer que deux des multiples formations plus ou moins sérieuses qui l'occupent, quand il ne fait pas vivre son propre label Sulatron (ça ne s'invente pas), Sula Bassana (aka Dave Schmidt) trouve encore le temps de graver des compositions sous son propre nom auquel est également accolé - ou non - celui de Modulfix, et cela fait dix ans que cela dure ! Endless Winter ou Sulatronics (ça ne s'invente pas non plus) émaillent par exemple une discographie aussi bordélique que généreuse auto-qualifiée de psychedelic-ethnotronic-Space-rock (cela s'invente encore moins) !

En 2009, l'Allemand compose, interprète, enregistre et mixe tout seul (ou presque : nous y reviendrons) ce qui s'est vite imposé comme une des pierres angulaire d'une œuvre foisonnante : The Night. Au programme, cinq plages où la guitare mène le bal au gré de couleurs chaleureuses et ethnographiques. Comme son titre le suggère, "In Space" introduit l'album sur des teintes spatiales, hommage aux série B des années 50 peuplées d'étranges extra-terrestres à l'allure fantaisiste, cependant que le maître des lieux pose une partition d'influence hispanique. Première piste animée de quelques bribes vocales (assurées par Sula lui-même), "Lost In Space" baigne dans un climat oriental cosmique du plus bel effet, tentures tricotées par un orgue qui semble tout droit échappé des seventies. C'est charmant et jouissif.

Mais le meilleur reste pourtant à venir, tout d'abord avec l'imposant morceau éponyme scindé en quatre segments, dont le second accueille le chant de Stefan Koglek, autre amateur de trip psyché, leader de Color Haze et accessoirement patron de Elektrohash, avant d'ouvrir jusqu'à sa conclusion une longue passerelle instrumentale que pilote la guitare bouillonnante de feeling de Sula, tout d'abord enlevée et aérienne avant de se parer d'un voile d'émotion, propulsant les six dernières minutes vers un Nirvana beau à en pleurer et dont vous ne vous remettrez jamais. Vraiment ! The Night n'abriterait que ce quart d'heure de musique qu'il en serait tout de même indispensable !

Avant de vivre une seconde vague de jouissance avec le monumental "Kosmokrator", le multi-instrumentiste nous gratifie avec "Meteoritt" d'une très belle pièce nourrie au Krautrock et notamment aux travaux quintessentiels de Manuel Göttsching avec Ashra. Encore une fois, la Gibson décolle très vite pour aller tutoyer les cieux, ondulant autour d'une ligne rythmique joyeusement répétitive. S'enchaînent ensuite les 16 minutes du bouquet final qui voit Sula braconner, malgré quelques paroles vite expédiées, sur le terrain de jeu virtuose et instrumental d'un Ozric Tentacles, dont il réussit la prouesse de le surpasser avec une classe folle. La partie centrale, véritable orgasme sonore électrique, est à ce titre un morceau d'anthologie. Sula Bassana est un dieu vivant. Mais cela on le savait déjà...

Plus d'information sur http://www.sulabassana.de/



GROUPES PROCHES:
ZONE SIX, KLAUS SCHULZE, TANGERINE DREAM, OZRIC TENTACLES, ELECTRIC MOON

LISTE DES PISTES:
01. In Space - 05:56
02. Lost In Space - 06:51
03. The Night - 15:31
04. Meteorritt - 07:08
05. Kosmokrator - 16:21


FORMATION:
Sula Bassana: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie

TAGS:
Kraut, Planant, Space
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC SULA BASSANA
NOTES
4/5 (1 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ATLANTEAN KODEX: The Golden Bough (2010)
DOOM
 
CHRONIQUE SUIVANTE
PARADISE LOST: Believe In Nothing (2001)
METAL MELODIQUE
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SULA BASSANA
SULA-BASSANA_LIVE-AT-ROADBURN
Live At Roadburn (2015)
4/5
-/5
SULATRON / ROCK PROGRESSIF
SULA-BASSANA_Dark-Days
Dark Days (2012)
4/5
4/5
SULATRON / ROCK PROGRESSIF
SULA-BASSANA_Kosmonauts
Kosmonauts (2010)
4/5
3/5
SULATRON / ROCK PROGRESSIF
SULA-BASSANA_Silent-Music
Silent Music (2009)
3/5
-/5
SULATRON / ROCK PROGRESSIF
SULA-BASSANA_Endless-Winter
Endless Winter (2006)
4/5
-/5
SULATRON / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020