ARTISTE:

KING CRIMSON

(ROYAUME UNI)
TITRE:

LARKS' TONGUE IN ASPIC

(1973)
LABEL:

ISLAND

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Dissonant, Expérimental, Old School
""
STEVENAKERFELDT (18.05.2012)  
5/5
(4) Avis des lecteurs (1) commentaire(s)

"Larks' Tongue In Aspic"... Langues d'alouette en gelée... Ce titre, sorte de métaphore culinaire de la musique de King Crimson, a été trouvé par Jamie Muir, percussionniste de talent qui ne sera présent malheureusement que sur cet album. David Cross, violoniste, participera aussi à "Starless And Bible Back" avant d'être éjecté par le tyrannique Robert Fripp. Sans ces deux musiciens, cet album ne serait pas ce qu'il est. Cet album ne serait pas le chef d’œuvre absolu du groupe qui a créé en Octobre 1969 le rock progressif. Sans ces deux musiciens, l'intro au kalimba de "Larks' Tongue In Aspic Part 1" n'existerait pas et ce motif de violon en 5 temps, sur lequel se structurent très subtilement les développements du morceau, n'existerait pas non plus. Et c'est ce qui fait de "Larks' Tongue In Aspic" une œuvre exceptionnelle.

Après l'expérience de "Islands", Robert Fripp remanie totalement la formation : Bill Bruford de Yes (qu'il harcèle depuis 2 ans) accepte finalement de rejoindre le groupe, et John Wetton ne se fait pas prier pour chanter et occuper la place de bassiste, sans compter David Cross et Jamie Muir cités plus haut. Même si John Wetton est appelé au chant, ce dernier a encore assez peu d'expérience dans ce domaine, ce qui explique la structure bicéphale (à la manière de "Islands") de l'album : Une pièce instrumentale éponyme en deux parties qui ouvre, conclut et englobe 4 autres morceaux somme toute, très bons.

L'album débute avec "Larks' Tongue In Aspic Part 1" dont l'intro est décrite plus haut. Ce morceau, pardon, cette œuvre, est une expérience à la fois mystique et quasi-mécanique. Mystique à cause de l'intro, et mécanique à travers cette guitare ultra-saturée et qui témoigne comme jamais de la volonté d'expérimentation sonore de Robert Fripp. Ce riff surpuissant en sol (!) est soutenu par Bruford et Muir, munis tout deux d'équipements absolument étranges (glockenspiel et autres obscures percussions) qui, combinés au solo déchirant et dissonant de Robert Fripp, sonnent comme une apocalypse sonore. S'ensuit un chorus de basse assez hallucinant dans une métrique absolument diabolique qui s'évanouit pour finalement laisser la place à David Cross qui, dans une très belle cadence de violon, cite le "Lark Ascending" de Vaughan Williams. Décrire la fin serait gâcher la beauté rédemptrice de la pièce qu'il vaut mieux découvrir par soi-même.

Au sortir de cette œuvre, on se rend compte que King Crimson n'est plus comme avant : il possède désormais une force, une puissance brute qu'il peut déchaîner à tout instant sans prévenir ou, au contraire, faire monter de manière très graduelle, comme sur "The Talking Drum", chef d’œuvre modal dominé par les percussions, la batterie et la basse, et basé sur un motif dissonant très simple dont l'intensité augmente petit à petit pour exploser dans un déluge de distorsion, puis finir noyé dans des cris étranges qui introduisent "Larks' Tongue In Aspic Part 2". Ce dernier est une reprise bien plus violente du motif de violon en 5 temps de la partie 1, reprise très fluide et cohérente.

Les trois autres titres sont bien différents : "Exiles" s'illustre dans un bruitisme très expérimental mais plaisant, "Easy Money" est plus formel mais non moins excellent avec cet interlude dominé par la basse pour finalement retomber sur un 'Eaaasyy Moneeeeyy !' libérateur. Le gentillet "Book Of Saturday" fait la part belle aux mélodies vocales et a le seul défaut de ne pas durer plus longtemps.

"Larks' Tongue In Apsic" est donc, pour King Crimson, l'album de l'expérimentation sonore à travers des dissonances, des nuances et des sonorités bien plus marquées et violentes. Très certainement l'album le plus abouti du groupe. Même après une bonne cinquantaine d'écoutes, il est loin d'être lassant et se relève toujours surprenant tant il est complexe.


Plus d'information sur http://www.king-crimson.com



GROUPES PROCHES:
VAN DER GRAAF GENERATOR, ARABS IN ASPIC, ANEKDOTEN, SEID, POCKETFUL, DIAGONAL, ANDREW GORCZYCA, SNARLING ADJECTIVE CONVENTION, GARGAMEL, LIZARD

LISTE DES PISTES:
01. Larks' Tongue In Aspic, Part One - 13:35
02. Book Of Saturday - 02:56
03. Exiles - 07:41
04. Easy Money - 07:53
05. The Talking Drum - 07:26
06. Larks' Tongue In Aspic, Part Two - 07:07

FORMATION:
David Cross: Violon
Jamie Muir: Percussions
John Wetton: Chant / Basse
Robert Fripp: Guitares / Mellotron
William Bruford: Batterie
   
(4) AVIS DES LECTEURS    
CORTO1809
31/01/2014
  0 0  
4/5
Avec son album précédent, "Islands", King Crimson avait commencé à montrer son engouement pour les expérimentations sonores. Pourtant 'Formentera Lady', premier titre de l'album, trompait encore son monde en débutant sous la forme d'une douce chanson avant de lâcher les chiens dans la deuxième partie et de s'aventurer dans des contrées beaucoup moins consensuelles.

"Lark's Tongue In Aspic" ne s'embarrasse pas de tels préliminaires et les trois premières minutes du titre éponyme, constituées d'un lit de percussions enregistrées à un niveau sonore à la limite du seuil d'audition, ont de quoi plonger l'auditeur non averti dans un abîme de perplexité. Non pas d'ailleurs que la suite du titre dont la durée dépasse les treize minutes soit plus conventionnelle, les instruments semblant tous gagnés par une soif d'indépendance vis-à-vis d'une quelconque convention musicale, mais ceux que l'absence de mélodies structurées ne désoriente pas pourront trouver un charme impressionniste aux passes d'armes opposant la guitare inquiétante de Fripp au violon diaphane de David Cross.

Si cette entrée en matière peut surprendre, il serait dommage qu'elle occulte la qualité de cet album. 'Book Of Saturday', 'Exiles' et 'Easy Money' développent de très belles mélodies où le chant de John Wetton fait merveille. Et si 'The Talking Drum' et 'Lark's Tongue In Aspic, Part Two' sont entièrement instrumentaux, ils font l'objet d'une construction rigoureuse et instaurent par une progression savante un délicieux sentiment d'angoisse et de malaise.
Enfin, l'album est un régal pour les oreilles dès lors qu'on s'intéresse au jeu des musiciens, chacun démontrant ses qualités et sa finesse. Il faut dire que cette nouvelle mouture de King Crimson s'offre notamment les services inestimables de Bill Bruford, qui commençait à tourner en rond avec Yes et de John Wetton ex-Family, futur Uriah Heep, UK et Asia entre autres !

Si vous n'avez peur de rien, écoutez ce disque dans l'ordre des morceaux. Si vous êtes plus frileux avec les titres expérimentaux, écoutez les titres 2 à 6 puis terminez ensuite par le premier. En tout cas, ne faites pas l'impasse sur ce bel album sous prétexte qu'il est moins accessible que ses prédécesseurs. C'est le lot de l'amateur de progressif que de souffrir avant d'accéder au paradis.

TONYB
02/09/2013
  0 0  
2/5
Chef-d'œuvre ou imposture ?
Musique ou technique ?
Passionnant ou sans intérêt ?

Entre ces pôles, mon cœur et mes neurones penchent très franchement vers les seconds, cet album s'avérant plus irritant qu'autre chose.

ALADDIN_SANE
20/08/2013
  0 0  
5/5
Moi qui ai cédé au coffret collector 15 galettes de cet album, je ne le regrette pas finalement. On y trouve tous les live "bootleg" d'époque (au son plus ou moins audible, il faut bien l'avouer) avec les impros qui vont avec, et croyez-moi, le groupe dans cette formation était très fort pour ça, jusqu'à la réalisation de ce chef-d'oœuvre qu'est "Larks Tongues in Aspic" (dans sa version d'époque remasterisée ainsi que le nouveau remaster de Steven Wilson qui redonne un vrai coup de jeune à cet opus).
Voir les 4 avis des lecteurs
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
ADRIANSTORK
28/01/2021
  0
Du prog pur et aventureux. On s´étonne d´ailleurs du peu de suffrage recueilli par ce disque parmi notre couvent prog. On peut ajouter que c´est Jamie Muir qui a inspiré le concept de Tales From Topographic Oceans à Jon Anderson.
Haut de page
LECTEURS:
4.7/5 (3 avis)
STAFF:
3.5/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Gordon Haskell, ex membre de King Crimson
 
AUTRES CHRONIQUES
JOURNEY: Dream After Dream (1980)
AUTRES -
H.E.A.T.: Adress The Nation (2012)
HARD ROCK MELODIQUE - Avec son frontman charismatique, croisement entre Billy Idol et Joe Elliot, et associant à la maîtrise suédoise d'un Europe ou d'un Treat, la classe britannique d'un Def Leppard, Heat nous offre avec "Adress The Nation" un album tout simplement exceptionnel !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KING CRIMSON
KING-CRIMSON_The-Power-To-Believe
The Power To Believe (2003)
4/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Starless-And-Bible-Black
Starless And Bible Black (1974)
4/5
-/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Red
Red (1974)
4/5
4.6/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Islands
Islands (1972)
4/5
4.6/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Lizard
Lizard (1970)
5/5
4.5/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021