ARTISTE:

BESATT

(POLOGNE)
TITRE:

TEMPUS APOCALYPSIS

(2012)
LABEL:

WITCHING HOUR

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Growl
""
CHILDERIC THOR (31.07.2012)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Bourrins mais assez techniques quand ils bastonnent du Death Metal, blasphématoires et lourds comme en panzer lorsqu'ils exaltent les forces Evil du Black Metal, les Polonais ne font jamais dans le point de croix. Besatt ne déroge pas à la règle.

Contemporain de Graveland et de Behemoth, le national-socialisme (pour le premier) et la renommée (pour le second) en moins, le groupuscule mené de main ferme par Beldaroth, unique membre originel encore là 20 ans après, peut donc être considéré comme un vétéran de l'art noir. Si certains, l'âge aidant, mettent de l'eau dans leur vin de messe, ce n'est pas franchement pas le cas de Besatt. Mieux, la horde ne s'est peut-être même jamais montrée sous un jour aussi bestial qu'avec ce Tempus Apocalypsis supersonique, où les saillies sauvages s'enchaînent à un rythme infernal. Bref, les Polonais n'ont pas encore besoin de Viagra.

Alliée à un métier que les années lui ont apporté, cette fureur n'en est que plus efficace. De "Seals Of Hate" et "There...", Besatt privilégie les prêches rapides, au goût de sang. Mais derrière l'aggression permanente, on devine un sens des ambiances pesamment malsaines qui explose lors de l'implaccable "War Gathering", qui n'est pas seulement le meilleur titre du lot mais surtout la preuve que Beldaroth n'a pas remisé au fond d'un charnier les mid-tempos qui ont fait la réussite d'odes poétiques telles que Sacrifice For Satan ou Hellstorm. Quand bien même, on ne saurait contester la puissance de feu de déflagrations de l'acabit de "Seven Great Plagues" par exemple, c'est bien lorsqu'ils serrent le frein à main ou lorsqu'ils érigent un blockaus inviolable ("Queen Babylon" que rehausse un aussi étonnant que bienvenu chant féminin en fin de parcours, "The Final Battle" et les lourdes déchirures qui le fissurent) que les Polonais se montrent les plus conquérants.

Ayant troqué la robe de bure d'un satanisme coutumier pour une tenue plus guerrière, Besatt n'a en définitive rien perdu de sa bestialité. La technique solide mise au service d'une haine plus vigoureuse que jamais aboutit en toute logique à une invasion intense pliée en moins de quarante minutes. Une leçon.


Plus d'information sur http://www.besatt.net/



GROUPES PROCHES:
SODOM, KREATOR, BEHE


LISTE DES PISTES:
01. Seals Of Hate - 03:53
02. Trumpets Of Desecration - 04:16
03. Fallen - 03:52
04. There... - 05:14
05. War Gathering - 04:31
06. Seven Great Plagues - 04:02
07. Queen Babylon - 03:16
08. The Prophecy - 04:05
09. The Final Battle - 04:38

FORMATION:
Beldaroth: Chant / Basse
Deadlight: Guitares
Devastate: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (2 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DISCONNECT: Enough Blame To Go Around (2012)
ROCK PROGRESSIF -
BACKTRACK LANE: Black Truth & White Lies (2012)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023