GROUPE/AUTEUR:

ROBERT WYATT

(DEFAULT)

TITRE:
SHLEEP (1997)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK

"Si certains titres sont dispensables, il reste suffisamment de moments de grande qualité pour faire de cet album un compagnon agréable, dès lors qu'on apprécie les musiques un tant soit peu originales et non conventionnelles."
CORTO1809 - 03.09.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Robert Wyatt fait partie de ces artistes rares qui ont su créer leur style propre autour d'un univers qui n'appartient qu'à eux, tellement caractéristique qu'on le reconnait aux premières notes. Outre le génie créatif, il faut un courage certain ou une bonne dose d'inconscience pour s'affranchir des modes et carcans stylistiques, pour refuser les concessions quitte à s'aliéner les maisons de disques, la critique et la majeure partie du public. "Shleep" perpétue la grande tradition des précédents albums, reprenant les tournures stylistiques, les atmosphères qui ont fait le charme de ceux-ci. La recette en est étonnamment simple : un mélange de rock, de jazz et de musique contemporaine, saupoudré en petites touches. Des titres construits le plus souvent autour d'une phrase musicale répétée inlassablement d'un bout à l'autre du morceau, jouée sur un tempo généralement lent et subissant diverses distorsions et moult changements de texture, par l'ajout ou le retrait d'instruments les plus divers. Des mélodies approximatives, lancinantes, mal définies, hésitantes. Des bruitages, des stridences, des faussetés volontaires. Et puis, posée en un équilibre improbable sur l'ensemble, cette voix diaphane dont l'incroyable sensibilité s'accroche à vos fibres sensorielles, vous happant irrémédiablement dans un monde de tristesse et de mélancolie rêveuse.

Selon les périodes, Wyatt a préféré travailler en solitaire ou, au contraire, être accompagné d'une pléiade de musiciens, pour la plupart proches de l'artiste. Pour "Shleep", il s'entoure d'invités talentueux qui viennent prêter leur collaboration le temps d'un ou deux titres. Certains comme Phil Manzarena, Brian Eno ou Paul Weller viennent plutôt du rock, d'autres comme Philip Catherine ou Evan Parker sont plutôt familiers du jazz, personnifiant bien la pluralité des influences qui se retrouvent dans la musique de Robert Wyatt. Enfin, le fréquent recours à des instruments exotiques comme la trompette (Wyatt), le violon (Wyatt, Sato), le saxophone (Parker), le trombone (Whitehead) ou le djembé (Adzukx) confère cette saveur particulière aux œuvres de Wyatt.

"Shleep" fait preuve d'une grande diversité, peut-être même un peu trop, dégageant une impression hétéroclite qui donne parfois envie de zapper un morceau pour passer au suivant. 'Heap Of Sheeps', 'Alien' et 'A Sunday In Madrid', malgré leurs qualités incontestables (la dentelle des chœurs Wyatt/Eno sur 'Heat Of Sheeps' est du grand art) font partie de ces chansons auxquelles il manque un rien d'empathie pour que la magie opère. Il ne reste plus alors qu'une mélodie simplette et squelettique et quelques gimmicks sur trois notes qui deviennent vite irritants. Bien plus réussie dans le genre chansonnette, 'Blues In Bob Minor' est un rock enlevé où Wyatt nous ensevelit littéralement sous une avalanche de mots au phrasé étonnant, entrecoupée de solos de guitare électrique comme rarement entendus sur un de ses disques. Aux antipodes, 'Was A Friend', 'September The Ninth', 'Out Of Season' et 'The Whole Point Of No Return' sont des titres atmosphériques, sans structure consistante, où les sons s'étirent interminablement, vous enserrant d'une gangue mélancolique, proches des derniers albums d'Hammill. Enfin, 'Maryan', 'Free Will And Testament' et dans une moindre mesure 'The Duchess' restent les titres les plus abordables, belles ballades romantiques aux accents canterburiens.

Robert Wyatt n'a jamais fait de mauvais disque et ce n'est pas "Shleep" qui démentira cette assertion. Certes, certains titres sont dispensables mais il reste suffisamment de moments de grande qualité pour faire de cet album un compagnon agréable, dès lors qu'on apprécie les musiques un tant soit peu originales et non conventionnelles.

Plus d'information sur http://www.strongcomet.com/wyatt/



GROUPES PROCHES:
EGG, CARAVAN, PETER HAMMILL, SOFT MACHINE, GONG, HATFIELD AND THE NORTH

LISTE DES PISTES:
01. Heaps Of Sheeps - 04:56
02. The Duchess - 04:18
03. Maryan - 06:11
04. Was A Friend - 06:09
05. Free Will And Testament - 04:13
06. September The Ninth - 06:41
07. Alien - 06:47
08. Out Of Season - 02:32
09. A Sunday In Madrid - 04:41
10. Blues In Bob Minor - 05:46
11. The Whole Point Of No Return - 01:25


FORMATION:
Alfreda Benge: Chant (4), Choeurs (11)
Annie Whitehead: Trombone (6, 8)
Brian Eno: Synthétiseurs (1, 2, 9), Choeurs (1, 2, 9)
Charles Rees: Choeurs (11)
Chikako Sato: Violon (3)
Chucho Merchan: Basse (3, 7), Percussions (3, 7)
Evan Parker: Saxophones soprano et ténor (2, 6, 9)
Gary Adzukx: Djembé (7)
Jamie Johnson: Guitare (1), Choeurs (11)
Paul Weller: Guitare (5, 10)
Phil Manzanera: Guitare (7)
Philip Catherine: Guitare (3)
Robert Wyatt: Chant / Claviers / Batterie / Trompette, Violon


TAGS:
Chant aigu, Happy / Délirant, Intimiste, Jazzy, Mélancolique, Romantique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC ROBERT WYATT
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
LYNYRD SKYNYRD: Last Of A Dyin' Breed (2012)
ROCK "Last Of A Dyin' Breed" marque le retour triomphant de Lynyrd Skynyrd sur les sommets du Southern-Rock
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MY DYING BRIDE: Trinity (1995)
DOOM
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ROBERT WYATT
ROBERT-WYATT_Dondestan-Revisited
Dondestan (Revisited) (1998)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
ROBERT-WYATT_Old-Rottenhat
Old Rottenhat (1985)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
ROBERT-WYATT_Ruth-Is-Stranger-Than-Richard
Ruth Is Stranger Than Richard (1975)
5/5
-/5
VIRGIN / ROCK
ROBERT-WYATT_Rock-Bottom
Rock Bottom (1974)
5/5
5/5
VIRGIN / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020