.
.
GROUPE/AUTEUR:

MY DYING BRIDE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
A LINE OF DEATHLESS KINGS (2006)
LABEL:
PEACEVILLE RECORDS
GENRE:
DOOM

""
NOISE - 16.08.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
1/5
Avec son disque précédent, et pour la première fois, My Dying Bride a marqué le pas artistiquement, et s'il reste une valeur sure en concert, il n'en va plus de même en studio où la magie semble s'être envolée. Il y a donc une certaine appréhension avant de découvrir "A Line Of Deathless Kings", 9ème album d'un des grands du doom britannique. Aaron Stainthorpe et sa bande ne sont plus aussi souverains et semblent même avoir carrément perdu la formule magique qui leur avait permis de multiplier les grands disques. Et nous ne ferons pas durer le suspens plus longtemps car My Dying Bride nous propose le frère jumeau de son album précédent en réussissant l'exploit de faire encore moins bien. Car ce nouvel opus est long, linéaire, rempli de redites, tellement qu'on ne remarque parfois même pas la coupure entre deux chansons. De plus, la lenteur est au centre de l'album. Même pour du doom, tout cela manque cruellement d'énergie, les riffs de guitares sont aux abonnés absents et Aaron traine sa peine au chant, se contentant l'essentiel du temps d'un chant plaintif, gémi, horriblement banal. A trop vouloir lisser sa musique et la rendre accessible, My Dying Bride perd tous les éléments qui faisaient sa force et s'enfonce dans un doom gothique de très bas niveau d'où n'émerge que quelques petites choses, celles simplement moins mauvaises que la moyenne générale.

Ainsi ne ressort que "L'Amour Aveugle" qui fait office de perle sombre et d'éclaircie au sein de l'album. Son titre en français lui donne même un charme certain et c'est une des seules chansons du disque qui varie un peu le tempo, avec notamment un superbe break à la basse qui lui donne une beauté froide de qualité. A côté, l'introduction de "To Remain Tombless" sauve les meubles et donne un espoir qui retombe rapidement quand le ton lent et monocorde prend le dessus. Enfin, le single "Deeper Down" se sauve également. Le chant d'Aaron y est plus varié, entre voix death, chant clair et plaintif, le tempo est rapide et bouscule l'auditeur après tant de lenteur.

A côté, c'est le désert ! Avec "I Cannot Be Loved", "And I Walk With Them", Thy Raven Kings", "Love's Intolerable Pain" et "One Of Beauty's Daughters" My Dying Bride signe un centre d'album calamiteux, répétitif et ennuyeux à un point rare. On se pince même pour reconnaitre la formation qui nous enchantait d'un doom death ténébreux et funeste à peine 5 ans auparavant et qui ici, ne signe qu'un doom pénible et caricatural, le sommet étant atteint avec un "The Blood, The Wine, The Roses" qui photocopie les succès d'antan sans leur arriver à la cheville et qui se perd sur la fin avec une accélération death très courte et complètement hors de propos et bien tardive.

Le bilan est donc assez catastrophique. En deux disques, My Dying Bride vient de dilapider une grande partie de son capital de crédibilité. Artistiquement, le groupe anglais s'est perdu en un temps record. "A Line Of Deathless Kings" porte bien mal son nom tant le roi du Doom semble prêt de perdre son trône en se caricaturant de la sorte. A présent, il reste à espérer un sursaut d'orgueil de ses auteurs, le groupe et ses fans ne méritant pas une telle fin sans gloire.

Plus d'information sur http://www.mydyingbride.net/



GROUPES PROCHES:
FAAL, THE PROPHECY, PARADISE LOST, CRADLE OF FILTH, AGUENAOU, SATURNUS, GRAEME

LISTE DES PISTES:
01. To Remain Tombless (06:06)
02. L'Amour Detruit (09:08)
03. I Cannot Be Loved (07:04)
04. And I Walked With Them (06:37)
05. Thy Raven Wings (05:22)
06. Love's Intolerable Pain (06:14)
07. One Of Beauty's Daughters (05:40)
08. Deeper Down (06:28)
09. The Blood, The Wine, The Roses (08:21)


FORMATION:
Aaron Stainthorpe: Chant
Adrian "Ade" Jackson: Basse
Andrew Craighan: Guitares
Hamish Glencross: Guitares
John Bennett: Batterie
Sarah Stanton : Claviers


TAGS:
Chant grave
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MY DYING BRIDE
DERNIERE ACTUALITE
MY DYING BRIDE: Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur MY DYING BRIDE
DERNIERE INTERVIEW
"C’est remarquable… des gens nous écrivent pour nous dire que nous avons changé leur vie d’une façon positive même si notre musique peut laisser un sentiment négatif"

NOTES
4/5 (1 avis) 1.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ROBERT WYATT: Dondestan (Revisited) (1998)
ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DESIDERII MARGINIS: Procession (2012)
AUTRES EXTREME
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MY DYING BRIDE
MY-DYING-BRIDE_Ghost-Of-Orion
Ghost Of Orion (2020)
5/5
-/5
NUCLEAR BLAST / DOOM
MY-DYING-BRIDE_A-Map-Of-All-Our-Failures
A Map Of All Our Failures (2012)
4/5
4.5/5
PEACEVILLE RECORDS / DOOM
MY-DYING-BRIDE_For-Lies-I-Sire
For Lies I Sire (2009)
3/5
4/5
PEACEVILLE RECORDS / DOOM
MY-DYING-BRIDE_Songs-Of-Darkness-Words-Of-Lig
Songs Of Darkness, Words Of Light (2004)
2/5
3.5/5
PEACEVILLE RECORDS / DOOM
MY-DYING-BRIDE_The-Voice-Of-The-Wretched
The Voice Of The Wretched (2002)
4/5
-/5
PEACEVILLE RECORDS / DOOM
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020