ARTISTE:

LA SOURIS DÉGLINGUÉE

(FRANCE)
TITRE:

BANZAÏ !

(1991)
LABEL:

MUSIDISC

GENRE:

AUTRES

TAGS:
Chant éraillé, Expérimental, Funky, Fusion, Groovy, Punk
"LSD fait sa révolution avec ce Banzaï aussi inattendu que redoutable : la fusion parfaite du Rock, du Punk, du rap et du Reggae. Magistral"
NESTOR (02.10.2012)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

"Banzaï" est clairement à ce jour l’album le plus atypique de La Souris Déglinguée, et pas uniquement parce que c’est le premier à bénéficier d’une belle pochette. L’évolution, déjà très sensible sur les 2 précédents albums, prend ici tout son sens. Et si on ne peut cantonner "Eddy Jones" et "Quartier Libre" a des disques 'chrysalides', des chambres à mutation ayant permis à "Banzaï" de déployer ses ailes coruscantes, c’est toutefois un peu le sentiment qui prévaut lors d’une première écoute de ce disque (mêlé à un sentiment de trahison, mais rassurez vous, celui-ci disparait très vite). Ce disque voit donc le groupe s’affranchir totalement de ses origines Rockabilly / Punk Rock, pour embrasser un univers à la fois plus riche et plus complexe, dans lequel, comble de l’hérésie, le Rap se taille une place non négligeable. En effet, si les digressions Reggae ou Ska dont La Souris était coutumière, étaient auréolées de respectabilité, il en était tout autrement avec le Rap qui, à l’aube des années 90, ne bénéficiait pas du même voile de légitimité au yeux du public Rock. Pourtant, d’une culture musicale basée majoritairement sur les Ramones, Dr Feelgood et le Rock'n'Roll 50's, le groupe n’hésite pas à prendre son public à contre-pied. Il ne se contente plus d’intégrer dans ses albums des morceaux Reggae, Jazz ou ethniques, il fait de chacune de ses chanson une combinaison complexe née de l’agrégation d’une foultitude de styles musicaux. De ce fait, l’attaque frontale de mise à ses débuts n’est plus systématique. L.S.D. clarifie et fluidifie son propos et ses compositions, notamment en y incorporant des éléments issus d’horizons musicaux très disparates pour se lancer dans un grand bond en avant artistique aussi surprenant qu’intelligent. Et le résultat est… bluffant !

S’il est clair que pour la frange dur des aficionados des muridés (et pour quelques membres du groupe également) la pilule est dure à avaler, la qualité des compositions et la puissance de l’interprétation balaient toute réserve. Tournant le dos à son image (infondée) de groupe basique et statique, La Souris Déglinguée nous sort là un album protéiforme que l’on pourrait presque qualifier d’avant-gardiste. En agrégeant à son Rock'n'Roll des mouvements plus récents il créé sa propre voie, sa propre voix.

Cette nouvelle orientation musicale s’appuie sur une production et des sonorités qui semblent lorgner vers la propreté et l’efficacité commerciale. On constate ainsi avec étonnement que le morceau d’ouverture, "Bangkok", ne comporte aucune guitare, un comble pour La Souris. Mais loin de choquer, le résultat passe très bien. Les samples et autres arrangements électroniques, qui truffent le disque, rendent l’ensemble plus rond, plus moderne. Les cuivres sont ainsi artificiellement gonflés, pour un rendu très heureux. Nous sommes parfois très proche de l’excès, comme cela peut être le cas avec la basse-clavier que l’on trouve sur le pourtant excellent morceau fleuve, "Banzaï". Ce titre de plus de 8 minutes, soit près du double de ce qui était jusqu’alors le morceau le plus long du groupe, est un OVNI dans la discographie du groupe (qui réutilisera cette formule en 1997 avec "La Fin Des Années 70"). Une chose inconcevable 4 ans auparavant. Un tourbillon d’humour, de musicalité, d’efficacité et… de Rap. Mais n’allez pas croire que le groupe a perdu sa niaque. Si, à l’instar de la muleta du Torero, ce sont clairement les sonorités Funk et Rap qui attirent l’attention, cela est essentiellement dû à la surprise qu’ils suscitent. Et cela ne doit pas masquer le fait que le danger ne vient pas de la tapageuse cape rouge mais de l’épée qui est dans la main du matador. Et ce dernier est toujours aussi habile pour doter des titres de la trempe de "Rebelle Afghan" ou de "Les Rues De Pekin", d’une solide base de Rock belliqueux.

Pour ce qui est des thèmes abordés, et comme le titre de l’album le laisse sous entendre, celui-ci est une plongée au cœur de l’Asie du Sud Est. A l’exception de "Contingent X" (une évocation des trains d’appelés du contingent en Allemagne), de "Ramdam" et de "Relou" (inspiré en partie du passé de Pierpoljak), qui revisitent une fois de plus la jeunesse remuante, tous les morceaux sont en connexion avec l’Asie. C’est ainsi le cas des excellents morceaux que sont "Rangoon Lhassa", "Rebelle Afghan", "Les Rues de Pekin", "Banzaï" ou bien "Paris Aujourd’hui". Des titres qui sont au surplus servis par des textes très convaincants. Il est d’ailleurs probable que les textes de ces 2 derniers comportent plus de mots que l’ensemble des chansons que L.S.D. avaient composées jusqu’alors…

S’il est une énorme surprise et une grosse baffe, ce “Banzaï”, gorgé de Rock 'Funkisant', a tout de l’album culte. Il est surtout la preuve que les portes n’existent que pour être défoncée… en douceur.


Plus d'information sur http://www.la-souris-deglinguee.com/



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. Bangkok - 04:47
02. Contingent X - 03:19
03. Ange Gardien - 04:46
04. Ramdam - 03:33
05. Relou - 04:22
06. Rebelle Afghan - 03:08
07. Paris Aujourd'hui - 05:18
08. Rangoon Lhasa - 04:48
09. Muxidi Fusillade - 00:15
10. Les Rues De Pekin - 03:56
11. Tian-an-men Stereo - 00:37
12. Banzai - 08:50

FORMATION:
Jean-Claude: Batterie
Jean-Pierre M: Guitares
Muzo: Saxophone
Rikko: Basse
Taï Luc: Chant / Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
5/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Opération de soutien aux concerts de LSD à l'Oympia
DERNIERE INTERVIEW
LA SOURIS DEGLINGUEE
Alors que son prochain album se fait toujours attendre, La Souris Déglinguée lance une collecte de fonds en vue de financer sa promotion ainsi qu'une série de concerts prévue fin 2014 à l’Olympia. Nous avons fait le point avec son chanteur, Taï-Luc.
 
AUTRES CHRONIQUES
GREEN DAY: Uno ! (2012)
ROCK ALTERNATIF -
PROCOL HARUM: The Well's On Fire (2003)
ROCK - Un album agréable mais sans passion.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LA SOURIS DÉGLINGUÉE
LA-SOURIS-DÉGLINGUÉE_Mekong
Mekong (2005)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
LA-SOURIS-DÉGLINGUÉE_Granadaamok-
Granadaamok ! (1997)
4/5
-/5
MUSIDISC / ROCK
LA-SOURIS-DÉGLINGUÉE_Tambour-Et-Soleil
Tambour Et Soleil (1996)
5/5
-/5
MUSIDISC / ROCK
LA-SOURIS-DÉGLINGUÉE_Quartier-Libre
Quartier Libre (1988)
4/5
-/5
MUSIDISC / ROCK
LA-SOURIS-DÉGLINGUÉE_Eddy-Jones
Eddy Jones (1986)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021