ARTISTE:

ANNIHILATOR

(CANADA)
TITRE:

REMAINS

(1997)
LABEL:

ROADRUNNER RECORDS

GENRE:

METAL INDUSTRIEL

TAGS:
Expérimental
""
CHILDERIC THOR (18.09.2012)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Si personne n'a jamais cherché à contester à Jeff Waters son statut de leader d'Annihilator, groupe qu'il a du reste lui-même fondé, celui-ci a pu, au moins au début de sa carrière, être perçu comme un groupe en tant que tel. En 1997, ce n'est plus vraiment le cas puisque le Canadien a peu à peu fait le vide autour de lui, tout d'abord en limogeant son personnel plus vite qu'une PME, puis en ne conservant que le batteur Randy Black pour finir enfin seul, un temps du moins, celui de Remains. Depuis King Of The Kill, l'homme multiplie les fonctions, de la guitare à la basse, du chant à la production, seule la batterie lui échappant. Sans doute influencé par le Metal indus qui a alors le vent en poupe, il décide de recourir aux samples et à la programmation, ce qui lui offre la possibilité de faire sauter le dernier verrou qu'il ne maîtrise pas.

Ce sixième album nait de, et dans, ce contexte qui voit Annihilator se confondre totalement dans la personne du seul Jeff Waters. De fait, Remains est-il réellement un disque du 'groupe' ou bien un effort solo de son leader et alors unique membre ? La réponse se trouve quelque part entre les deux en cela que la signature du guitariste reste indélébile, à l'image de ce mur rythmique qu'il dresse à la manière de Blockhaus mais qu'il combine cette fois-ci à une armature moderne aux relents industriels, pour un résultat mitigé sinon incompris. Bien qu'ils ne lui ont pas permis de renouer avec le succès de la fin des années 80, au moins sur le sol américain car en Europe et au Japon, ils ont plutôt relativement bien marché, il aurait été naturel pour Waters de continuer sur la lancée de King Of The Kill et de Refresh The Demon et ce, d'autant plus que la paire qu'il forme alors avec Randy Black parait fonctionner.

Au lieu de cela, et avec une certaine audace, il bricole ce Remains étonnant dans sa modernité. Mal aimé, il mérite d'être franchement redécouvert car, à bien l'écouter, il se révèle être une pure tuerie dont les titres se glissent aisément entre les cartouches extraites de Alice In Hell ou Never, Nerverland. La soif d'expérimentation qui tenaille Waters ne lui a pas limé les griffes, bien au contraire. Et le bonhomme de mouliner quelques unes des compositions les plus intenses de son répertoire, rien de moins.

Il faut être sourd pour ne pas reconnaître à cet opus des qualités incontestables qui font de lui une excellente pioche au sein de la discographie d'Annihilator. Malgré leurs atours indus surprenants, des titres de l'acabit de "Sexecution", "No Love" ou "Murder", qui nous introduisent dans ce programme d'une efficacité nucléaire, ont (presque) des allures d'hymnes irrésistibles. En fait, Remains souffre surtout d'un ventre mou, qu'incarne l'enchaînement de "Never", "Human Remains" et "Dead Wrong", morceaux les plus faibles du lot. Car après, le disque amorce un final des plus jouissif, entre la fausse et survoltée ballade "Wind", que Jeff émaille de ses attaques dont il a le secret, le rapide "I Want" qui, enrobé d'autres arrangements, n'aurait pas dépareillé au milieu de Alice In Hell, sans oublier "Reaction" où le chanteur se glisse dans les pompes (vocales) de James Hetfield, et "Bastiage", instrumental terminal de toute beauté.

Réussite artistique (pourquoi pas ?) mais cuisant échec commercial qui enfoncera encore davantage Annihilator dans les limbes de la production métallique, Remains obligera finalement le Canadien, conscient sans doute que ses errances indus ne correspondent ni à ce que ses fans ont envie d'entendre, ni à ce que Roadrunner attend de lui, à regarder dans le rétroviseur du passé, ce qui débouchera sur un Criteria For A Black Widow pourtant bien moins inspiré...


Plus d'information sur http://www.annihilatormetal.com





LISTE DES PISTES:
01. Murder - 04:27
02. Sexecution - 04:35
03. No Love - 04:46
04. Never - 05:15
05. Human Remains - 02:20
06. Dead Wrong - 05:13
07. Wind - 04:21
08. Tricks And Traps - 04:59
09. I Want - 04:26
10. Reaction - 03:28
11. Bastiage

FORMATION:
Jeff Waters: Chant / Guitares / Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (2 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Sondage de la semaine (Annihilator, Black Sabbath, Massacra, Primal Fear...)
DERNIER ARTICLE
Annhilator - Archer - Harlott - Courtrai De Kreun - 06 Novembre 2015
Music Waves est de retour à Courtrai pour assister à la revanche que nous doit Annihilator après son concert raccourci du festival Alcatraz.
DERNIERE INTERVIEW
ANNIHILATOR (26 JUIN 2013)
Avant Dave, les gens qui découvraient le groupe voyaient les différents lineups et devaient penser que j'étais un abruti de dictateur avec qui il doit être très dur de travailler...
 
AUTRES CHRONIQUES
EXPLOSIONS IN THE SKY: Those Who Tell The Truth Shall Die/Those Who Tell The Truth Shall Live Forever (2001)
POST ROCK -
ENDSTILLE: Infektion 1813 (2011)
BLACK METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ANNIHILATOR
ANNIHILATOR_Ballistic-Sadistic
Ballistic, Sadistic (2020)
4/5
3/5
AUTRE LABEL / THRASH
ANNIHILATOR_For-The-Demented
For The Demented (2017)
4/5
4/5
AUTRE LABEL / THRASH
ANNIHILATOR_Suicide-Society
Suicide Society (2015)
3/5
3/5
AUTRE LABEL / THRASH
ANNIHILATOR_Feast
Feast (2013)
4/5
3.3/5
EMI / THRASH
ANNIHILATOR_Annihilator
Annihilator (2010)
4/5
3.7/5
EARACHE / THRASH
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023