ARTISTE:

SECRET SPHERE

(ITALIE)
TITRE:

PORTRAIT OF A DYING HEART

(2012)
LABEL:

SCARLET RECORDS

GENRE:

METAL MELODIQUE

TAGS:
Symphonique
"Un album très plaisant à écouter, doté d’une production soignée et d’une alternance de climats et de mélodies agréables."
OCERIAN (01.11.2012)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Secret Sphere est un groupe italien de power mélodique/symphonique doté d’une identité suffisamment personnelle pour être remarquée. La carrière discographique de Secret Sphere démarre bien avec un "Mistress Of The Shadowlight" (1999) très classique mais très bien réalisé et surtout, "A Time Never Come" (2001) qui assoit une identité forte emprunte de mélodies originales, riches et variées. Le groupe sait s’écarter des sentiers battus du speed mélodique pour emprunter une voie pleine de mélodies accrocheuses, de sensibilité et d’atmosphères assez inventives pour ce style. "A Time Never Come" est, sinon un chef-d’œuvre, en tous cas une production très aboutie et qui marque les esprits de ce début de millénaire. Ensuite, se succéderont des albums de qualité assez variée jusqu’à un retour progressif vers une relative créativité largement portée par le clavier d’Antonio Agate et la guitare du maître d’œuvre Aldo Lonobile.

"Portrait Of A Dying Heart" est déjà le septième album de la bande et constitue une petite révolution avec l’arrivée d’un nouveau chanteur : Michele Luppi. Ce dernier a acquis une certaine renommée grâce à sa participation au groupe italien Vision Divine qui compte, ou a compté, parmi ses membres Olaf Thorsen (ex-Labyrinth), Fabio Lione (Rhapsody Of Fire) ou encore Oleg Smirnoff (ex-Eldritch). Ce changement de vocaliste a pour effet de durcir un peu le propos de Secret Sphere tout en conservant sa personnalité.

Le groupe, qui a enrichi et alourdi sa musique et l’atmosphère de ses compositions avec l'album précédent "Archetype" (2010), a voulu franchir un nouveau cap en recrutant un chanteur possédant une voix plus puissante et plus agressive. Michele Luppi donne une dimension résolument métal à une musique toujours très mélodique avec quelques penchants sonores vers de l’électro (influence de Labyrinth), et des intro très recherchées et travaillées. La production met un peu trop en avant le chant mais pas au point de porter ombrage aux très bonnes compositions qui laissent la part belle aux claviers, tant au niveau des mélodies ou des soli rageurs que dans la création d’ambiances riches et originales. Aldo Lonobile (guitare) s’en donne également à cœur joie, soutenu par une rythmique implacable.

L’album s’ouvre avec une démonstration instrumentale très riche de 6 minutes variées et très plaisantes. Des soli de clavier façon Sonata Arctica, des changements de rythmes et des idées foisonnantes donnent envie à l’auditeur de se plonger corps et âme dans cet opus. Ce travail musical se retrouvera ensuite essentiellement sur les intro, toutes originales et très soignées (‘X’, ‘Wish And Steadiness’, ‘Lie To Me’). Les morceaux sont généralement puissants avec une rythmique appuyée, sans concession et efficace (‘Union’, ‘Healing’), si ce n’est les power ballades qui permettent de clore le propos plus en finesse (‘The Rising Of Love’, ‘Eternity’). Le clavier apporte beaucoup de profondeur et de créativité à l’ensemble. Le bassiste et le batteur se fendent de plusieurs morceaux de bravoures très appréciables. Le reproche que l’on peut faire à cet album réside dans une production qui met un peu trop en avant une voix déjà très puissante ainsi qu’une perte d’originalité sur certains titres qui touchent tout de même au but (‘Eternity’, ‘Union’).

Au final, un album très plaisant à écouter, doté d’une production soignée et d’une alternance de climats et de mélodies agréables. Le changement de chanteur permettra peut-être de faire évoluer le statut de ce groupe proposant une musique riche et facilement identifiable. Les mélodies accrocheuses, quoique parfois un peu bavardes, la puissance et la musicalité de l’ensemble sont à mettre au crédit de ce combo italien qui devrait faire parler de lui dans les années à venir.


Plus d'information sur http://www.secretsphere.org/





LISTE DES PISTES:
01. Portrait Of A Dying Heart - 05:59
02. X -05:22
03. Wish & Steadiness - 05:39
04. Union - 04:07
05. The Fall - 05:13
06. Healing - 04:22
07. Lie To Me - 03:51
08. Secrets Fear - 06:01
09. The Rising Of Love - 04:32
10. Eternity - 5:57

FORMATION:
Aldo Lonobile : Guitares
Andrea Buratto : Basse
Antonio Agate : Claviers
Federico Pennazzato: Batterie
Michele Luppi: Chant
Paolo "Paco" Gianotti : Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
SECRET SPHERE: Détails et extraits de "The Nature Of Time"
 
AUTRES CHRONIQUES
LOVER UNDER COVER: Set The Night On Fire (2012)
HARD ROCK -
SKUNK ANANSIE: Black Traffic (2012)
ROCK ALTERNATIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SECRET SPHERE
SECRET-SPHERE_The-Nature-Of-Time-
The Nature Of Time (2017)
5/5
3.5/5
FRONTIERS RECORDS / METAL MELODIQUE
SECRET-SPHERE_Archetype
Archetype (2010)
2/5
-/5
SCARLET RECORDS / METAL MELODIQUE
SECRET-SPHERE_Sweet-Blood-Theory
Sweet Blood Theory (2008)
2/5
-/5
DOCKYARD1 / METAL MELODIQUE
SECRET-SPHERE_Heart--Anger
Heart & Anger (2005)
3/5
3/5
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SECRET-SPHERE_Scent-Of-Human-Desire
Scent Of Human Desire (2003)
4/5
3/5
METAL MIND / METAL MELODIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021