GROUPE/AUTEUR:

THE MOOR

(ITALIE)

TITRE:
YEAR OF THE HUNGER (2012)
LABEL:
LION MUSIC
GENRE:
METAL PROGRESSIF

""
PROGRACER - 07.12.2012 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
The Moor nous vient de Venise en Italie, contrée fertile en groupes de Prog depuis quelques années. Créé en 2009 par Enrico Longhin (chant, guitare) et Davide Carraro (guitare), deux ex-membres de Bleed In Vain, The Moor s'auto-classe dans un genre progressif et revendique des influences métal, progressives, Death, alternatives voire seventies. Le problème avec l'affluence de groupes italiens dans le métal progressif c'est que la quantité ne rime pas souvent avec qualité et que très peu d'entre eux arrivent à sortir du lot. The Moor réussit-il cette prouesse avec ce premier opus ?

Il n'aura échappé à personne que le groupe a choisi son nom d'après un titre culte d'Opeth. D'ailleurs, l'artwork n'est pas sans rappeler la dernière production du combo suèdois. L'album démarre bizarrement par "Hyperunanium" sans la moindre intro, directement le chant et un riff rythmique sans grand relief : déroutant et, pour tout dire pas très heureux. Le chant est teinté de cette tessiture qu'ont parfois les chanteurs italiens et qui fait hésiter entre voix chaleureuse et des demi-faussetés. Mais plusieurs écoutes vous feront vous y attacher tant la variété des prestations est intéressante.

Si quelques cris death viennent accentuer les passages les plus musclés, rapidement, le groupe nous prouve que le métal progressif est bien leur domaine de prédilection avec un break bien senti et un solo aérien. Les changements de rythmes et d'ambiances sont fréquents, le solo est technique mais pas démonstratif et l'on ne s'ennuie pas dès cette première pièce très accrocheuse (ne manque qu'une intro). Le décor est bel et bien planté. Les titres s'enchaînent ensuite avec plus ou moins de réussite mais avec une constance dans la volonté de proposer des compositions axées sur des riffs musclés et une recherche de musicalité permanente.

Les mélodies sont efficaces et la voix de Enrico Longhin sait se faire rugueuse lorsque le rythme s'accélère ("Covered", "Antikythera") et plus harmonieuse dans les passages plus mélodiques ("Befor Abigail" et "Clouds And Shales" où l'ombre de Geoff Tate plane nettement). Au fil des titres, les chants Death déjà très éparses au début se font plus rares et le propos se fait un peu plus délicat, à l'image de "Venice" à la ligne de chant mélodieuse sur laquelle Debbie Hyshka vient accompagner Enrico pour plus de douceur et pour notre plus grand plaisir.

The Moor nous propose un album assez linéaire, sans aller jusqu'à parler de monotonie, car ils savent varier suffisamment le rythme entre les titres et au cours de ceux-ci de façon à proposer une musique dynamique et agréable. La section rythmique sais se faire discrète et efficace. Quant à Davide Carraro, ses soli sont toujours bien placés avec une grande technique (sans en faire étalage) et ajoutent à l'intérêt de chaque morceau. Mention spéciale à sa prestation sur "The Araising Of Volition", instrumental aux diverses sonorités. Son solo y est particulièrement planant et aérien. Il ne manquera pas de vous faire penser à Rush ou Journey. Un mot sur la production signée Jens Bogren (James La Brie, Devin Townsend, Opeth, Paradise Lost), impeccable et délicieusement rétro. Elle donne un volume cohérent à l'ensemble.

Lion Music ne s'est pas trompé en signant ces quatre italiens. The Moor signe un album réussi qui, s'il ne sera pas le plus remarquable de l'année, a le mérite de ne pas s'engluer dans la masse des productions transalpines du genre. The Moor devra tout de même confirmer pour ne pas sombrer dans l'anonyme conglomérat des groupes ayant débuté leur carrière par un album prometteur sans jamais transformer l'essai.

Plus d'information sur http://www.themoor.org



GROUPES PROCHES:
AONE, HAUCHARD, ATTO IV, RUSH

LISTE DES PISTES:
01. Hyperuranium - 5:30
02. The Others - 4:15
03. The Road - 4:30
04. Covered - 3:57
05. Year Of The Hunger - 3:12
06. Clouds And Shales - 5:20
07. Before Abigail - 3:39
08. Liquid Memories - 5:21
09. Antikythera - 3:35
10. Venice - 4:51
11. The Arising Of Volition - 4:50


FORMATION:
Alberto Businari: Batterie
Davide Carraro: Guitares
Enrico Longhin: Chant / Guitares
Massimo Cocchetto: Basse


TAGS:
70's
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE MOOR
DERNIERE ACTUALITE
The Moor: Year Of The Hunger
Toutes les actualités sur THE MOOR
NOTES
3/5 (1 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
FISCHER'S FLICKER: Katmandon't (2012)
ROCK Un ensemble manquant de signature : l'ennui finit par s'imposer.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DEFTONES: Koi No Yokan (2012)
ROCK INDÉ Avec ce disque, les Deftones signent un réel coup de maître et prouvent aussi qu'en matière de métal moderne, ils restent une formation à part, n'ayant pas besoin d'artifices musicaux pour proposer une musique de qualité.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE MOOR
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020