ARTISTE:

KLAUS SCHULZE

(ALLEMAGNE)
TITRE:

SHADOWLANDS

(2013)
LABEL:

SPV STEAMHAMMER

GENRE:

AUTRES

TAGS:
Electro, Planant
""
CHILDERIC THOR (11.03.2013)  
3/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

A bientôt 66 ans, Klaus Schulze est un homme fatigué. Jadis stakhanoviste effrené capable de composer la moitié de Timewind en une seule nuit ou de graver plusieurs albums en quelques mois, ses sorties officielles se font de plus en plus distantes les unes des autres, quand bien même la série de compilation La Vie Electronique et les nombreux témoignages capturés sur scène lors de la tournée en compagnie de la déesse Lisa Gerrard, tels que Rheingold ou Big In Japan, sont venus gonfler une discographie déjà pléthorique qu'une vie entière ne suffirait pas à explorer.

Marqué physiquement comme nous avions pu le constater lors de son dernier passage parisien, l'Allemand aura donc mis cinq ans pour accoucher du successeur de l'album écrit à quatre mains avec la chanteuse de Dead Can Dance à la réussite artistique mitigée. Pour toutes ces raisons, c'est avec une impatience mêlée d'inquiétude que nous accueillons aujourd'hui Shadowlands, oeuvre encore une fois pantagruélique et plus encore dans son format double, avoisinant avec les 2 heures et demi de musique (!). Quelle est la teneur de celui-ci ? Sombre et mortuaire comme Kontinuum ? Froid et envoûtant comme Farscape ? Ou quelque part entre Techno et Ambient électronique à l'image de Moonlake ou de la série des Contemporary Works ?

Pour faire simple, ce nouvel opus s'inscrit en fait dans la continuité de ce que compose son auteur depuis une petite quinzaine d'années. Celles-ci se révélent être une des périodes les plus intéressantes de sa carrière, davantage en tout cas que le long tunnel courant de Angst (1984) à Totentag (1994), sans charme ni réelle inspiration, nous voilà quelque peu rassurés.

A l'écoute de Shadowlands, on remarque dans un premier temps que la collaboration avec Lisa Gerrad a laissé des traces, comme peuvent l'illustrer "In Between" ourlée de mélopées féminines hantées et, d'une manière générale, ces nappes synthétiques ondoyantes qui semblent vouloir s'étirer à l'infini. Une oreille distraite ou peu familière du style de Klaus Schulze jugera peut-être l'ensemble plat, sans relief. Pour tout dire, vide. C'est l'impression première qui s'impose effectivement. Mais, comme souvent avec le musicien, seules de multiples écoutes permettent de déflorer l'intimité de compositions dont l'apparente simplicité cache en réalité un impressionant travail sur les ambiances. La beauté hypnotique, la richesse de cette myriade de sons, finissent par se dessiner, par petites touches. A la manière qui est la sienne depuis quelques années, tranquille et contemplative, Klaus Schulze installe l'auditeur dans un climat doucereux, injecte la beauté de son art sans que l'on s'en rende compte.

Constitué de trois pistes dont les deux dernières s'enchaînent en réalité, le premier disque nous emporte petit à petit. Moins funéraire que Kontinuum, il n'en est pas moins traversé par une noirceur crépusculaire, à l'image du gigantesque (à tout les points de vue) "Shadowlights", que sillonnent des cordes à la sombre tessiture ou bien encore les dernière mesures de "Licht und Schatten" et son tapis électronique qui envoûte autant qu'il prend aux tripes par sa froideur clinique. Bien qu'un peu roborative, la seconde galette n'est pas non plus sans intérêt, moins l'inutile "Tibetan Loops" que "The Rhodes Violin" dont les 55 minutes (!) n'évitent pas certaines longueurs, se pare de sombres oripeaux qui confinent à une transe hantée.

Mais le fait est qu'après cette abstinence, on espérait mieux et surtout plus que cet album certes agréable, précieux signe de vie d'un musicien qui se fait de plus en plus rare mais un peu facile et figé dans un schéma et une trame qui ne se renouvellent plus. Kontinuum et notamment son glacial "Sequenzer" témoignaient pourtant d'une sève créatrice retrouvée, palpitant de vie ou plutôt de mort. Disque de plus pour son géniteur, Shadowlands reste toutefois largement supérieur aux In=Trance, Miditerranean Pads ou Beyond Recall de triste mémoire mais pose plus de question qu'il n'en résoud quant à l'avenir de Klaus Schulze...


Plus d'information sur http://www.klaus-schulze.com/welcome.htm





LISTE DES PISTES:
01. Shadowlights - 41:12
02. In Between - 17:07
03. Licht Und Schatten - 17:23
04. The Rhodes Violin - 55:24
05. Tibetan Loops - 17:50

FORMATION:
Klaus Schulze: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
CORTO1809
12/03/2013
  0 0  
4/5
Klaus Schulze, c'est un concept en soi. Une musique qui de prime abord peut sembler minimaliste et immobile tant elle évolue lentement. Une évolution lente non seulement dans l'espace d'un disque mais aussi d'album en album. Il serait presque possible d'écouter bout à bout tous ses albums sans trop savoir où se termine l'un et où commence l'autre.
"Shadowlands" n'est donc pas une révolution, ni même une évolution dans la carrière de cet artiste unique qui depuis 40 ans reste fidèle à un style qui lui est propre. Ceux qui n'aiment pas n'aimeront pas plus, ceux qui apprécient apprécieront. Quant à ceux qui ne connaissent pas et qui seraient tentés de découvrir, quelques conseils : préparez-vous mentalement, soyez patients, ouvrez votre esprit, écoutez ce CD de préférence au casque et dans tous les cas dans de bonnes conditions d'écoute. Cette musique ne s'apprécie que si on y accorde toute son attention. Alors seulement on s'aperçoit de la complexité de titres qui paraissent bien lisses quand on commet l'erreur de les écouter superficiellement.
Dans mon échelle de référence des oeuvres de Klaus Schulze, je dirais que "Shadowlands" est plutôt un bon cru.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
KLAUS SCHULZE: Nouvel album en mai
 
AUTRES CHRONIQUES
MISS LAVA: Red Supergiant (2012)
STONER -
THE AURORA PROJECT: Selling The Aggression (2013)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KLAUS SCHULZE
KLAUS-SCHULZE_Black-Dance
Black Dance (1974)
5/5
-/5
VIRGIN / AUTRES
KLAUS-SCHULZE_Irrlicht
Irrlicht (1972)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021