ARTISTE:

BOW

(HOLLANDE)
TITRE:

MAN IN THE MACHINE

(2012)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

AUTRES

TAGS:
Concept-album, Dissonant, Expérimental
"Musique sans fond mélodique, sans invention rythmique, sans innovation sonore, sans signification perceptible. Ca fait beaucoup pour un album !"
ABADDON (14.03.2013)  
1/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

L’art de la chronique requiert un certain recul qui permet de rester dans les clous de l’objectivité. Malgré tout le bon vouloir du monde, il arrive que cette belle résolution arrive à être mise à mal. Démonstration.

Soit un groupe nouvellement arrivé sur la scène progressive : il est ici question de Bow, un projet studio du Néerlandais Chris van der Linden, associant les musiques ambient, électroniques, rock et ethniques. L’idée du premier album du combo, “Man in the Machine”, est de raconter le ressenti émotionnel d’un homme qui se questionne sur son but dans la vie : un concept des plus simples à traduire en musique ! Côté forme, Bow s’attache à éviter toute expression chantée, préférant utiliser des récitatifs à la façon d’une bande-film. On sent déjà l’hermétisme poindre le bout de son nez . Si l’on ajoute que la musique est décrite comme “un collage incroyable d’ambiances rêveuses, de martèlements industriels, de bruits incongrus et et de sons fragiles de harpe”, le décor est planté : nous sommes dans un avant-gardisme propice à tous les débordements.

A la fin de l’écoute de “Man in the Machine” - soyons exact, l’interrogation s’insinue sournoisement dès les premières minutes -, la question qui vient immédiatement à l’esprit est : “Pourquoi ?”. Pourquoi infliger à l’auditeur un tel assemblage de sons hétéroclites sans queue ni tête ponctués de récitatifs assommants, parfois sans même un rythme (‘Neuron Traveller’, atonal et arythmique donc inécoutable), abusant de passages planants réduits à un accord prolongé et saupoudré de bruits divers (‘Mercury Tears’, vide), et dénués de ligne mélodique - attention toutefois, le fond sonore du dernier récitatif (‘I Am A Man’) semble receler une ligne décelable, coupable relâchement !

Objectivement, il n’y a quasiment rien à sauver dans ce disque : si la production est correcte, profonde et équilibrée, elle est “au service” d’une “musique” sans aucun fond mélodique, sans invention rythmique, sans innovation sonore, sans signification perceptible. Ca fait beaucoup pour cet album hautement non-recommandable que Chris van der Linden décrit comme “un voyage hypnotique que vous n’oublierez pas de sitôt”. Hélas !


Plus d'information sur http://www.bow-music.com/



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. I Am Machine - 00:50
02. The Sound Of Meaning - 03:15
03. 16.819.200 Minutes : 00:31
04. Two Wrongs - 05:31
05. Lights Out - 00:36
06. Neuron Traveler - 03:40
07. Mercury Tears - 04:34
08. Sun On A Cold Seed - 03:04
09. Influx - 03:57
10. Sunya - 01:51
11. Mirror Horizon - 05:55
12. The Way Out 08:50
13. I Am Man - 02:26

FORMATION:
Chris van der Linden : Guitares / Claviers / Batterie / Percussions, programmation
Indigo Smith-Poelz: Violon
Keith Wallace: Récitatifs
Martijn Jorissen : Basse
Sarah Nichols: Harpe
Sjors Bogers: Percussions
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
1/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Bow: Man In The Machine
 
AUTRES CHRONIQUES
DIMMU BORGIR: Enthrone Darkness Triumphant (1997)
BLACK METAL -
KING MISFIT: Under Ancient Ground (2012)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021