ARTISTE:

CITY AND COLOUR

(CANADA)
TITRE:

THE HURRY AND THE HARM

(2013)
LABEL:

EPHELIDE

GENRE:

POP

TAGS:
Acoustique, Chant aigu
"Les compositions de The Hurry and the Harm s'avèrent bien éloignées du style furieux décliné par l'ancien groupe de Dallas Green, se nourrissant d'influences folk typiquement nord-américaines, agrémentées d'un zeste de country."
TONYB (24.05.2013)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Sous le patronyme de City and Colour, jeu de mot en référence à son propre nom, se cache le projet solo du canadien Dallas Green, chanteur et guitariste de feu le groupe de post hard-core Alexisonfire, dans lequel il jouait un rôle de "modérateur sonore" à l'opposé des hurlements du chanteur titulaire (merci à Wikipedia pour la bio !). The Hurry and The Harm est le quatrième album d'une discographie tournée vers une musique pop/folk majoritairement acoustique.

Les compositions proposées ici s'avèrent effectivement bien éloignées du style furieux décliné par l'ancien groupe de Dallas Green, se nourrissant d'influences folk typiquement nord-américaines, agrémentées d'un zeste de country. On croise aussi au détour des différents titres quelques influences d'un autre canadien célèbre, un certain Neil Young, mais aussi des intonations qui rappellent les travaux solitaires de Mark Knopfler, notamment dans les interventions feutrées de guitare ou dans les sonorités vintages de clavier.

A l'exception de l'électrique Thirst, les instrumentations sont centrées autour de la guitare sèche tenue par le maître des lieux et les quelques saillies guitaristiques présentes ne sont finalement que des enluminures cantonnées à l'arrière-plan destinées à mettre particulièrement en valeur la voix aiguë de Dallas, au timbre légèrement voilé et flirtant en permanence avec la voix de tête. Les compositions se présentent donc sous la forme de chansons au format classique couplet/refrain, et si certaines peuvent évoquer les grands espaces, la plupart s'avèrent propices à une écoute au coin du feu, sagement lové dans son canapé.

Et c'est peut-être là que le bât blesse à l'écoute de cet album. Malgré une interprétation sans faille et des arrangements soignés, un chant au-dessus de tout soupçon avec une justesse remarquable qui n'est pas forcément l'apanage des chanteurs évoluant ainsi dans les aigus, l'enchaînement de titres par trop semblables tant dans la construction que dans le rendu sonore finit par confiner à l'ennui et laisser espérer une fin rapide. Au-delà même de ce simple constat que les écoutes répétées ne parviendront pas à dissiper, ces chansons passent entre les oreilles sans y laisser de réelle trace mémorisable ce qui s'avère bien dommage compte tenu des éléments précédemment évoqués.

The Hurry and The Harm reste toutefois une galette agréable à écouter, offrant 50 minutes de musique plutôt bien ficelée, mais à laquelle il manque le petit quelque chose qui lui permettrait de décoller véritablement. Elle conviendra aux âmes mélancoliques cherchant un accompagnement non invasif à leur humeur du moment.


Plus d'information sur http://www.cityandcolour.com/



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. The Hurry And The Harm
02. Harder Than Stone
03. Of Space And Time
04. The Lonely Life
05. Paradise
06. Commentators
07. Thirst
08. Two Coins
09. Take Care
10. Ladies And Gentlemen
11. The Golden State
12. Death's Song

FORMATION:
Bo Koster: Claviers
Dallas Green : Chant / Guitares
Jack Lawrence : Basse
James Gadson : Batterie
Matt Chamberlain : Batterie
Spencer Cullum : Pedal Steel
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
City And Colour: The Hurry And The Harm
 
AUTRES CHRONIQUES
NAHAR: The Strange Inconvenience (2013)
BLACK METAL - Errant dans les caveaux d'un Black Doom lugubre, Nahar édifie dans The Strange Inconvenience un art vicieusement malsain qui n'appartient qu'à lui.
KILLSWITCH ENGAGE: Disarm the Descent (2013)
METALCORE - Disarm the Descent ne souffre d’aucun défaut si ce n’est l’éventuelle absence d’un hymne comme "My Curse" qui a propulsé Killswitch Engage au rang de leader du genre.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021